Projets de collaboration - Systèmes de bioénergie pour des applications stationnaires viables

Le programme Systèmes de bioénergie pour des applications stationnaires viables des réseaux souhaite trouver des partenaires pour les projets suivants. Pour en savoir davantage sur les possibilités offertes, communiquez avec Jonathan Martin, gestionnaire de programme, Énergie, mines et environnement au 604-221-3069.

Liquéfaction hydrothermale des matières premières organiques et des déchets riches en eau

Les matières organiques riches en eau ne revêtent généralement que très peu d’intérêt pour les technologies thermochimiques traditionnelles en raison de la nécessité pénalisante de les faire sécher. La liquéfaction hydrothermale de ces matières offre une solution alternative qui permet de les transformer en bio-huiles et en combustibles liquides.

Cette technologie utilise les déchets municipaux et industriels tels que les déchets ménagers organiques, les résidus de fermentation, les boues résiduaires, les résidus organiques industriels ou agricoles, les boues des usines de pâtes et papier et les algues cultivées dans les bassins d’eaux usées à l’aide du dioxyde de carbone émis par les installations industrielles. Elle se prête donc bien à la production durable de biocarburants liquides et gazeux, de produits chimiques et d’engrais à partir de matériaux considérés comme des résidus à faible valeur.

L’unité pilote de liquéfaction hydrothermale du CNRC a été conçue et fabriquée sur mesure pour mettre à l’essai et démontrer cette technologie. C’est l’une des rares unités de cette dimension en service au Canada. Le CNRC est à la recherche de collaborateurs industriels et municipaux pour tester et optimiser la technologie à divers types de matières premières et mettre au point des solutions durables permettant de valoriser les résidus à faible valeur ajoutée en les transformant en biocarburants, en énergie et en produits chimiques renouvelables. Cette technologie est particulièrement attrayante pour les industries et les municipalités qui doivent payer pour disposer de certains résidus.

Pour en savoir plus sur la liquéfaction hydrothermale des matières premières organiques riches en eau au CNRC, communiquez avec Jonathan Martin (604-221-3069).

Chef de projet : Devinder Singh 

Des solutions sur mesure pour le développement de turbines à gaz à haute efficacité

Au cours des dernières décennies, des fabricants de moteurs de turbines à gaz ont collaboré avec le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) en vue de développer des technologies novatrices, faisant appel aux installations et à l'expertise de classe mondiale de l'organisation.

La conversion de la biomasse en énergie utilisable est réalisée à l'aide de systèmes d'alimentation tels des moteurs alternatifs, des turbines à gaz et des chaudières. Or, la mise au point de systèmes d'alimentation propres à haute efficacité est essentielle à l'utilisation améliorée de la bioénergie. Exploitées à l'aide de différents combustibles et offrant un rapport puissance/poids élevé et une combustion fiable et souple, les turbines à gaz sont une plateforme idéale pour la bioénergie.

Récemment, le CNRC a travaillé avec Doosan Heavy Industries, de la Corée du Sud, équipementier de turbines à gaz et chef de file mondial en construction de centrales, afin d'aider l'entreprise à développer des systèmes de combustion hautement efficaces et fiables pour son nouveau gros moteur à turbine à gaz. Les ingénieurs de Doosan ont passé plusieurs mois en compagnie d'experts du CNRC afin de mener les essais nécessaires à la conclusion de ce projet de grande portée dans les délais impartis.

L'évaluation de l'efficacité et de la performance de systèmes constitue l'une de nombreuses façons dont les experts du programme Bioénergie du CNRC collaborent avec leurs partenaires pour mettre au point des solutions adaptées. Nos installations de recherche peuvent également être utilisées pour développer la prochaine génération de technologies visant à accroître la souplesse du carburant, à réduire les émissions et à en améliorer l'exploitabilité grâce à une vaste gamme de méthodes d'essai et d'équipements orientés sur l'atomisation et la pulvérisation du carburant.

Découvrez comment nous pouvons vous aider à intégrer la bioénergie dans vos systèmes d'alimentation actuels et futurs en communiquant avec Jonathan Martin Jonathan Martin (604-221-3069).

Chef de projet : Sean Yun

Meilleure prévision des flux de déchets municipaux pour la production de bioénergie

Les municipalités canadiennes sont aux prises avec un fardeau financier et environnemental de plus en plus lourd associé à l’enfouissement des ordures, tout en manquant de sites convenables pour les décharges publiques, si bien que les régions sont en quête de solutions de rechange à long terme. Or, les déchets solides municipaux (DSM) pourraient servir de matière première à la production de bioénergie. Pour cela cependant, il faut d’abord établir précisément la composition des DSM, leur quantité, la variabilité de leurs caractéristiques et les flux de résidus disponibles.

Le CNRC a collaboré avec la branche ontarienne de la Solid Waste Association of North America (SWANA) pour rehausser la qualité des données et concevoir un nouvel outil de modélisation permettant de prévoir avec précision la production et le détournement des DSM au Canada.

Mis au point par le CNRC en étroite collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, le Service canadien des forêts, Environnement Canada et la SWANA, le modèle recourt aux données municipales pour profiler les habitudes des collectivités en matière de déchets, puis prévoir le volume sur lequel on peut compter et la composition des résidus.

Les municipalités et les autres administrations publiques qui recueillent des données sur les DSM sont conviées à coopérer avec le CNRC à la réalisation de modèles qui détermineront avec précision les DSM disponibles, leur composition et les technologies de conversion en vue d’échafauder des solutions rentables et durables à la gestion des déchets.

Communiquez avec Jonathan Martin (604-221-3069) pour améliorer et optimiser la précision de vos prévisions relatives aux déchets solides municipaux.

Chef de projet : Farid Bensebaa

Chef de programme technique : Will Skrivan

Des boues municipales transformées en énergie propre

Mondialement, les communautés utilisent des technologies dans le secteur de la bioénergie et réussissent à valoriser des résidus solides.

Désireuse de mettre à profit une de ces technologies, la bio méthanisation, la Régie d'Assainissement des Eaux du Bassin de Laprairie, au Québec, construira une usine de biogaz en vue de recycler annuellement 110 000 tonnes de boues humides secondaires générées par la station d'épuration.

Pour transformer la biomasse en biogaz générateur de chaleur et d'énergie, la Régie a installé un réservoir d'hydrolyse en amont d'un digesteur anaérobie afin de prétraiter les boues. En collaboration avec le CNRC, la Régie cherche à évaluer l'efficacité du système en comparant la production de méthane attendue des boues non traitées par rapport aux boues hydrolysées.

Grâce à l'expertise en biotechnologie du CNRC et à son usine pilote de biotransformation anaérobie, dotée d'installations adaptables, les chercheurs ont été en mesure de reproduire, en laboratoire, le système novateur et les conditions d'exploitation uniques de la Régie. Le CNRC a donc pu valider la performance du système et y proposer des ajustements afin d'optimiser le processus de transformation de la biomasse. Les résultats détaillés de l'évaluation ont été publiés dans l’édition du mois d’octobre du magazine Vecteur Environnement.

Chef de projet : Jean-Claude Frigon

Lien connexe

Date de modification :