Occasion monstre pour les fibres microscopiques

Le 10 février 2016— Sherbrooke (Québec)

L’avenir des nanotubes de nitrure de bore en cours de production

Parfois, le seul obstacle qui empêche un produit novateur de s’épanouir sur le marché est qu’on n’en fabrique pas assez ni suffisamment vite pour satisfaire la demande. Tel est le cas des nanotubes de nitrure de bore (NNB), la fibre la plus robuste, légère, conductrice et chimiquement résistante que l’on connaisse.

Produit révolutionnaire aux extraordinaires capacités, les NNB n’ont pas encore réussi à se propulser sur les marchés canadien et étrangers, uniquement parce que les producteurs n’arrivent pas à les fabriquer à l’échelle industrielle. Du moins, c’était le cas jusqu’à maintenant.

En recourant à un équipement spécial de l’entreprise québécoise Tekna Plasma Systems Inc. et à un nouveau procédé de fabrication mis au point au Conseil national de recherches du Canada (CNRC), ces deux partenaires ont engendré la solution unique, tant espérée, qui, non seulement, permettra de fabriquer pendant longtemps des NNB à grande échelle, mais fera aussi du Canada le principal producteur mondial de ces fibres.

Une masse de résultats encourageants

Si les efforts antérieurement déployés par le secteur de la fabrication ont débouché sur des NNB trop grands ou de forme trop irrégulière pour en autoriser la synthèse à l’échelle industrielle, le nouveau procédé de plasma thermique à induction du CNRC fait intervenir un taux de refroidissement élevé pour produire des NNB à petit diamètre impeccables et d’une grande pureté, à un rendement élevé.

Emballée par cette percée, Tekna a vite acquis du CNRC le droit exclusif d’employer son procédé pour produire puis vendre les NNB qui serviront dans les matériaux composites évolués, notamment des fibres, des tissus et des pellicules minces. « Ces nanotubes engendreront de tout nouveaux types de matériaux à la performance distincte pour de nombreuses applications, notamment dans les secteurs de l’aérospatiale, de la biomédecine et de l’automobile », croit Luc Dionne, chef de la direction à Tekna.

L’accord de licence autorise aussi l’entreprise à fabriquer des NNB en quantité suffisante pour que les fournisseurs commencent à les intégrer à d’autres matériaux comme la céramique ultra légère ou les blindages transparents. L’avantage sur la concurrence qui en découle ouvrira de nouveaux créneaux sur le marché à Tekna, qui pourra multiplier ses activités. « Tekna est fière d’avoir conclu cette entente qui fera marque avec le CNRC », ajoute M. Dionne.

Renforcer l’industrie de la fabrication

Avec un taux de production cent fois plus rapide que les technologies antérieures, sinon davantage, le partenariat CNRC-Tekna promet d’ouvrir de nouveaux marchés et de tirer parti du rôle du Canada, principal producteur mondial de NNB. « En mettant ce nouveau matériau novateur dans les mains d’un entrepreneur canadien du secteur de la fabrication, le CNRC contribue à préserver et à élargir la part de marché que détient le Canada dans ce secteur primordial », a déclaré Duncan Stewart, gestionnaire principal du portefeuille Technologies de sécurité et de rupture au CNRC.

Les NNB sont dotés de propriétés incroyables, comme la transparence aux rayonnements visibles et infrarouges, le blocage des neutrons, l’isolation électrique et la production de courant électrique. Pour cette raison, « les multiples applications que laisse entrevoir la production industrielle de NNB auront un impact positif sur l’industrie de la défense et de la sécurité, un des moteurs essentiels de l’innovation au Canada », affirme M. Stewart.

Grâce à leurs propriétés uniques et à une robustesse sans précédent, les nanotubes de nitrure de bore devraient révolutionner les matériaux techniques dans une foule d’applications commerciales. Fruit de l’ingéniosité et de la collaboration, cette minuscule technologie permettra à l’industrie canadienne de récolter gros en devançant ses concurrents.

Liens connexes :

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :