Piloter l’industrie à travers la glace

Le 27 janvier 2016— St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador)

La base de données sur les icebergs : un projet qui fait des vagues

Photo par Shane McKay, CNRC

Face à l’expansion rapide que connaît l’exploitation des gisements pétroliers et gaziers au large de la côte est du Canada et compte tenu des convoitises politiques et économiques de plus en plus grandes que suscite l’Arctique, il est impérieux que les navires et les ouvrages de haute mer fonctionnent en toute sécurité dans les eaux canadiennes. Pour éviter les collisions, protéger les structures existantes dans les eaux infestées d’icebergs et les mettre à l’abri de l’accumulation de glace et d’autres formidables obstacles, on continue de miser sur des stratégies qui font appel aux prévisions.

Capitaines et timoniers s’en remettent à toutes les données qu’ils peuvent trouver sur l’emplacement, la densité, la forme et la taille des icebergs pour éviter des dommages à leur navire lorsqu’ils naviguent dans ces eaux. Malheureusement, ces données sont depuis toujours disséminées dans de multiples bases, souvent propriété exclusive de certains, et, même si l’on navigue dans ces régions depuis des siècles, prédire avec certitude l’état de la mer est toujours un défi.

Afin d’y remédier et de réduire au maximum les risques pour le personnel, les biens et l’environnement, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a créé un ensemble de bases de données de pointe qui saisissent les informations essentielles sur les icebergs et leur emplacement et les regroupent. Financées par Ressources naturelles Canada (RNCan) dans le cadre de son Programme de recherche et de développement énergétiques (PRDE), ces bases de données sont maintenant considérées comme une source d’information incontournable sur les icebergs qui peuplent les eaux canadiennes de l’Atlantique Nord.

Retour au quai

Quand l’exploitation des Grands Bancs en était à ses débuts, les organismes qui réglementent les eaux extracôtières, les sociétés pétrolières, les universités et les bureaux d’ingénieurs recueillaient tous leurs propres données sur les icebergs, données qu’ils géraient eux-mêmes et qu’ils partageaient que très rarement. Ce n’est que vers le milieu des années 1990 que l’industrie et les organismes de réglementation de l’est du Canada ont commencé à colliger ces données, dans la mesure que le permettait la technologie.

Aujourd’hui, ce projet permanent du PRDE et du CNRC compile et groupe l’information sur les icebergs dans trois bases de données uniques portant sur l’emplacement, la forme et la gestion de ces montagnes de glace. Ces bases rassemblent au-delà de 400 ans d’observations visuelles et radar, de relevés géométriques en deux et trois dimensions et de rapports sur la gestion des icebergs qui remontent jusqu’à 1973. Combinées, elles constituent désormais un outil indispensable pour les opérations dans les eaux de l’Arctique.

« Quand nous nous attaquons à un projet sur la côte atlantique, les bases de données sur les icebergs nous fournissent des renseignements cruciaux sur divers aspects », explique Walt Spring (Ph. D.), président de Bear Ice Technology. « Celles sur les signalements et la forme des icebergs nous procurent l’information nécessaire à la conception et aux opérations, tandis que celle sur la gestion de ces énormes blocs de glace nous renseigne sur les possibilités de remorquage lors de la planification des déconnexions des plateformes pétrolières. »

Voir clair en eau trouble

En plus de leur rôle primordial comme source d’information sur la détection et l’emplacement des icebergs, les bases de données du PRDE-CNRC fournissent aux parties intéressées des renseignements sur la façon de maîtriser ceux-ci, sur leur géométrie et sur leur nombre. Parce qu’elles constituent une meilleure source de savoir sur les icebergs, source à laquelle on accède gratuitement, elles ont ouvert la porte à un processus décisionnaire plus rentable ainsi qu’à une protection accrue des vies humaines et de l’environnement. La réduction d’incertitude qui en découle au sujet des icebergs et des dangers de la glace en haute mer facilite maintes activités le long de la côte atlantique du Canada.

Des chercheurs de l’Université Memorial de St. John's, à Terre-Neuve, recourent maintenant aux bases de données du PRDE-CNRC comme source d’information principale sur la forme des icebergs, en vue de mettre au point un nouveau système de profilage qui dessinera la partie immergée de l’iceberg. « Sachant la forme des icebergs répertoriés dans la base de données, nous pouvons en simuler le tracé avec des véhicules sous-marins autonomes », déclare Mingxi Zhou, candidat au doctorat à l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les bases de données du PRDE-CNRC sont mises-à-jour annuellement à partir des nouveaux relevés effectués par les navigateurs, les utilisateurs et divers intervenants, ce qui permet d’en enrichir l’information, tout en la gardant actuelle et pertinente. Le succès de l’initiative du CNRC trouve confirmation dans la vive et constante implication des intervenants ainsi que dans le maintien de l’aide fédérale dont elle bénéficie. En reconnaissant les bénéfices de ces outils pour l’industrie maritime du Canada, tel un phare, le CNRC guide les opérations maritimes dans l’Atlantique Nord, les rendant plus sûres et efficaces.

Liens connexes :

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :