Nouveaux horizons dans l’espace

Le 14 juillet 2015— Ottawa (Ontario)

Tracer la voie vers Pluton

Le mardi 14 juillet 2015, l’humanité frôlait Pluton de près pour la première fois, portant l’exploration planétaire jusqu’aux confins du système solaire. Au terme d’un périple de neuf ans, la sonde spatiale New Horizons de la NASA a réussi son survol de la planète naine, recueillant des données et prenant en grande première des photos de près.

Pareil exploit aurait été impossible sans les innovations et les contributions de centaines de scientifiques du monde entier, car l’engin spatial à pilotage automatique – le plus rapide jamais lancé –, s’il était source de promesses, courait aussi de grands dangers en approchant de sa cible. En effet, avec les dizaines de milliers d’objets glacés qui émaillaient son parcours de cinq milliards de kilomètres, New Horizons aurait facilement pu entrer en collision, surtout au passage de la Ceinture de Kuiper, au large de Neptune.

Pour atténuer ces risques, des chercheurs des quatre coins du monde, y compris du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), ont collaboré pour réunir les données astronomiques indispensables au système de navigation de la sonde durant son périple. Ce faisant, ils ont joué un rôle crucial dans le guidage de New Horizons jusqu’à sa destination.

Voyager dans l’Univers

En arrivant près de Pluton, l’engin spatial a pris soin d’éviter les dangers éventuels que poseraient des anneaux inconnus, des lunes minuscules, la poussière rocheuse et les débris glacés. Pour cela, les responsables de la mission se sont fiés au système de repérage et de mesure de position de grande précision fourni par le télescope Canada-France-Hawaï (TCFH) et sa caméra MegaPrime.

Grâce à des techniques d’étalonnage élaborées au Centre canadien de données astronomiques (CCDA) et à un système mis au point par Stephen Gwyn du CNRC, la caméra MegaPrime a pu être calibrée avec une précision supérieure à celle de toutes les autres caméras à grand champ actuellement employées pour capter des images du ciel. L’appareil doit sa précision à une dizaine d’années d’exploitation par les astronomes du Canada et leurs partenaires du monde entier.

« Les investissements de longue date du Canada dans la recherche spatiale, par l’entremise d’installations internationales comme le TCFH, portent leurs fruits », a déclaré Greg Fahlman, gestionnaire principal, CNRC Herzberg, Astronomie et astrophysique. « En participant à des observatoires de calibre mondial comme le TCFH, les Canadiens ont l’occasion de faire progresser de manière appréciable nos connaissances de l’Univers. »

La chasse aux étoiles

Les données astronomiques saisies par la caméra MegaPrime et d’autres grands télescopes sont archivées à l’observatoire virtuel du CCDA, que le CNRC exploite à ses installations de Victoria, en Colombie-Britannique. Grâce au fait qu’il est membre de ces observatoires internationaux, le Canada permet aux entreprises du pays de contribuer à leur conception et à leur construction. « Astronomique est le terme qui qualifie le mieux la collaboration sans laquelle une mission aussi complexe n’aurait pu réussir », ajoute Daniel Devost, directeur des activités scientifiques au TCFH.

À dire vrai, les astronomes voient déjà plus loin. Après Pluton, la sonde New Horizons possèdera assez de carburant pour effectuer un autre tour du système solaire extérieur. Étant donné que la mission repose sur des données astronomiques, le CNRC continuera d’utiliser les relevés ultra précis du TCFH afin de faciliter la modélisation et l’étalonnage requis pour repérer et caractériser un autre corps céleste que l’engin pourrait examiner au passage en 2018-2019.

« À la fin de son périple, New Horizons aura révolutionné ce que nous savons des origines et de l’évolution du système solaire », affirme Marc Buie, de l’équipe chargée de tenir la sonde à l’écart des dangers de l’espace. « Et le CCDA et le TCFH ont joué un rôle capital dans ces découvertes ». Ceci nous rappelle que l’ingéniosité à l’origine de la mission trouve sa source dans nos véritables étoiles, ici sur Terre.

Liens connexes :

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :