Le CNRC fête le cinquantenaire du drapeau canadien

Le 13 février 2015— Ottawa (Ontario)

La science derrière le drapeau du Canada – hier et aujourd'hui

Aujourd'hui est le Jour du drapeau national du Canada. En 1965, le premier ministre Lester B. Pearson confiait au CNRC le soin de choisir et de définir avec précision le rouge du drapeau. Le regretté Gunter Wyszecki préconisa et établit une norme à double seuil pour cette couleur en se servant d’un spectrophotomètre et d’une procédure de mesure élaborée par le CNRC. Le CNRC a fait figure de pionnier en appliquant le premier système standard de colorimétrie de la Commission internationale de l’éclairage (CIE) à la couleur d’un emblème national, faisant ainsi du Canada et de l’industrie canadienne des chefs de file en colorimétrie et dans la mesure des propriétés optiques des matériaux.

Il y a cinquante ans, le CNRC spécifia le rouge du drapeau au moyen d'un spectrophotomètre de laboratoire.

Un comité du drapeau national de l’Office des normes générales du Canada (ONGC), composé de 21 personnes, se réunit à intervalles réguliers pour examiner les normes applicables à l’usage du drapeau, et procéder à des comparaisons de mesure en vue de s’assurer que les drapeaux sont techniquement exacts et adhèrent aux normes et pratiques servant de référence. En font partie des techniciens de laboratoires d’essai de textiles, de l’industrie, de grands fabricants de drapeaux et de divers ministères.

De nos jours, la métrologie du CNRC joue un rôle déterminant dans plusieurs applications industrielles. Ainsi, la couleur de certains biens manufacturés – tissus, pièces d'automobile, impressions et encres, peintures, plastiques, produits de papier – doit être contrôlée afin d'améliorer la qualité et de réduire les coûts. En effet, chaque année, l'industrie peut perdre des centaines de milliards de dollars en marchandises, impossibles à écouler en raison d'une couleur ou d'un aspect inacceptable.

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :