Une technologie canadienne purifie l’air au moyen d’un biogaz renouvelable

Le 25 mars 2015— Vancouver (Colombie-Britannique)

Regard neuf sur l'énergie verte

Au fil du temps, la matière organique se décompose et libère un gaz invisible qui se dissipe naturellement dans l'atmosphère et contribue au réchauffement climatique. Si on le capte cependant, ce gaz peut être utilisé comme source d'énergie renouvelable de laquelle on tirera puissance et électricité, qui seront ensuite employées dans tout, des automobiles aux bâtiments. Par contre, ce gaz (ou biogaz) doit d'abord être purifié. Il faut en retirer les impuretés organiques et les polluants qui autrement endommageraient l'équipement spécial utilisé pour le récolter et le contenir.

Bien que la technologie servant à purifier le biogaz existe depuis des années, l'entreprise de Colombie-Britannique Quadrogen Power Systems en a inventé une meilleure qui apporte un souffle nouveau à la façon dont les déchets agricoles, forestiers et animaux sont traités dans le monde. En effet, si les techniques plus anciennes ne retirent qu'une fraction des impuretés nocives qui contaminent le biogaz, le nouveau système l'en débarrasse presque totalement pour donner le biométhane le plus pur offert sur le marché. Le système d'épuration novateur peut de surcroît être utilisé avec de l'équipement courant de production d'énergie et des technologies plus pointues telles les piles à combustible.

Selon Alakh Prasad, président et chef de direction de Quadrogen, l'entreprise est sur le point de devenir un chef de file mondial dans le domaine de l'épuration des gaz en raison de ses systèmes uniques et rentables auxquels recourent déjà quelques-unes des plus grandes sociétés nord-américaines. « Notre équipe d'ingénieurs a établi qu'il existait un besoin pour une technologie plus efficace et plus fiable d'épuration du biogaz, une technologie susceptible d'avoir une incidence positive marquée sur l'environnement », explique-t-il. « D'entrée de jeu, nous savions que nous devrions nous entourer des esprits les plus brillants pour amener cette technologie sur le marché. C'est pourquoi nous nous sommes tournés vers le CNRC. »

Une formule gagnante

M. Prasad a d'abord fait connaissance avec le Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), qui lui a permis de surmonter bon nombre des obstacles auxquels se butait sa jeune entreprise. Une fois établie et le développement de la technologie amorcé, Quadrogen s'est ensuite tournée vers les experts en bioénergie du CNRC afin qu'ils l'aident à abattre quelques-uns de ses plus gros obstacles techniques. « Le CNRC possède une solide expertise dans les domaines qui nous intéressent et il nous a prêté main-forte au niveau de l'ingénierie, de la conception mécanique et des méthodes d'essai », reprend M. Prasad.

Grâce à l'aide du CNRC, Quadrogen a pu commercialiser sa technologie en moins de trois ans et s'est vite attiré des partenaires et des clients. « Nous sommes enchantés d'avoir joué un rôle déterminant à cet égard », avoue Will Skrivan, chef d'équipe technique au programme Systèmes de bioénergie pour des applications stationnaires viables du CNRC. « Les objectifs de Quadrogen épousent étroitement les nôtres : rendre les solutions bioénergétiques moins coûteuses et supprimer les risques techniques pour les utilisateurs précoces et autres. »

Quadrogen a réussi à aborder le problème de l'épuration du biogaz sous un angle totalement nouveau. « Nous avons mis au point un procédé complet en quatre étapes qui élimine les contaminants, alors que les autres technologies exploitent un procédé en une ou deux étapes », poursuit M. Prasad. « Notre système produit un biométhane ultra propre. Modulaire et évolutif, il nous permet de concevoir des sous-systèmes à l'interne, puis d'en confier la fabrication à des fournisseurs, géographiquement plus près de la clientèle. »

De la puissance pour l'avenir

Quadrogen procède actuellement à sa première installation en Colombie-Britannique, chez l'un des plus grands producteurs nord-américains de fruits et de légumes de serres hydroponiques. Contrairement aux autres installations qui ne génèrent qu'une ou deux formes d'énergie, celle-ci révolutionnera le marché mondial du méthane capté dans les décharges publiques en produisant simultanément de l'électricité, de la chaleur, du gaz carbonique de qualité alimentaire et de l'hydrogène – une véritable première dans le monde.

L'équipe de Quadrogen a aussi déployé tous les efforts possibles pour apaiser les inquiétudes de l'industrie. En effet, de nombreux clients en puissance avaient signalé que les systèmes existants ou antérieurs n'avaient fonctionné que quelques semaines ou mois avant de rendre l'âme. La première installation de Quadrogen – dans une usine d'épuration des eaux usées de Californie – fonctionne de façon ininterrompue depuis plus de trois ans, traitant plus de 21 millions de pieds cubes de biogaz sans montrer le moindre signe de détérioration.

« Ce périple qui a transformé une jeune entreprise d'une personne en acteur mondial du secteur de la bioénergie n'aurait pas été possible sans l'appui du CNRC », confie M. Prasad. « Nos revenus ont presque doublé chaque année et nous avons l'intention de persévérer dans cette voie avec l'aide continue du CNRC. » Et avec le perfectionnement projeté de sa technologie, Quadrogen ne manquera certes pas de garder ce marché débordant d'énergie pour de nombreuses années à venir.

Liens connexes :

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :