Le CNRC aide l’industrie pétrolière et gazière à ouvrir de nouveaux territoires dans la mer de Beaufort

Une base de données à la grandeur de l’industrie facilite l’exploitation sécuritaire et responsable des gisements extracôtiers et marins

Le 02 décembre 2013— mer de Beaufort

Le CNRC aide l’industrie pétrolière et gazière à ouvrir de nouveaux territoires dans la mer de Beaufort (PDF 71,6 Ko)

La mer de Beaufort constitue une nouvelle frontière d'importance pour bon nombre de géants du secteur pétrolier et gazier. Bordant les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et l'Alaska au nord, cette étendue d'eau est soumise au rude climat de l'Arctique et couverte de glace la majeure partie de l'année. Des relevés géologiques récents indiquent que les roches sédimentaires sous le plancher océanique abritent de vastes gisements de pétrole et de gaz naturel.

Cette richesse potentielle incite les grandes sociétés pétrolières et gazières comme Imperial Oil et BP à solliciter des permis pour effectuer des forages dans la mer de Beaufort d'une valeur de centaines de millions de dollars. Cependant, une entreprise de cette nature est onéreuse dans l'Arctique, et s'y greffe une foule de difficultés. Y aménager un seul puits pourrait coûter au-delà de 500 millions de dollarsNote de bas de page 1.

Pour optimiser leurs investissements, mais aussi veiller à la sécurité des opérations et assumer leurs responsabilités, les entreprises ont besoin des informations qui leur permettront de prendre des décisions éclairées quant à l'exploration et au forage des fonds sous-marins. Tel est l'objectif du projet de recherche auquel coopèrent le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et l'industrie pétrolière/gazière. Son but : créer une base de données exhaustive et conviviale qui fournira aux sociétés des données pertinentes sur la mer de Beaufort en vue de faciliter la planification des activités extracôtières et marines, les décisions en ingénierie et les opérations. Ces données portent notamment sur les courants marins, les propriétés et la solidité de la glace, les mouvements des floes et l'activité sismique sur le plancher océanique.

"Ce projet serait irréalisable sans le CNRC. Les scientifiques du CNRC apportent une connaissance intime de l'Arctique à leurs partenaires, ce qui favorise la collaboration en R-D indispensable à la réalisation de nos objectifs mutuels."

Neil Darlow,
directeur environnemental pour le projet commun d'exploration de la mer de Beaufort d'Imperial Oil

Lancé en 2010, le projet tire parti des ressources et du savoir-faire du CNRC, de chefs de file de l'industrie pétrolière et gazière comme BP, ConocoPhillips, ExxonMobil, Imperial Oil et Statoil, ainsi que d'Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, au nom de l'Office national de l'énergie, organisme responsable de la réglementation en la matière. « Nous avons conçu et rempli une base de données qui permet le stockage, la consultation et la visualisation des informations sur l'environnement de la mer de Beaufort », explique Ivana Kubat, ingénieure de projet du CNRC. « Ce dépôt de données offre déjà aux sociétés pétrolières et gazières un meilleur aperçu des conditions qui prévalent dans la mer de Beaufort. »

Selon Bill Maddock, coordonnateur de la technologie et des travaux dans l'Arctique chez BP, la base de données concourt directement à la sécurité et à l'efficacité des opérations dans la mer de Beaufort. « Même si les recherches antérieures de l'industrie et des universités ont permis d'amasser une multitude de données environnementales sur la région, ces données restent très dispersées. Grâce au projet coopératif avec le CNRC, nous regroupons, rationalisons et traitons les informations pertinentes sur l'Arctique dans une base centrale à laquelle ont accès tous les partenaires de l'industrie. Ce dépôt, qui s'étend à l'ensemble du secteur, fera en sorte que tous travaillent à partir d'une source cohérente et précise de données en vue de planifier puis d'exécuter des projets de développement sécuritaires et responsables dans la région. »

Neil Darlow, directeur environnemental pour le projet commun d'exploration de la mer de Beaufort d'Imperial Oil, insiste sur l'utilité des données. « Cette base de données rehausse notre productivité et nous aide à prendre de saines décisions techniques, fondées sur les meilleures informations disponibles. Par exemple, les relevés sur les conditions de glace nous aident à déterminer les bâtiments qui se prêtent le mieux à tel ou tel travail, et les voies de navigation les plus sûres jusqu'au site, mais aussi l'approche ainsi que les dates idéales pour les forages extracôtiers, le type d'équipement le plus sécuritaire et les systèmes d'évacuation d'urgence. Tout cela contribue à rendre les opérations extracôtières et marines plus sûres et plus responsables. »

« Nous collaborons avec le CNRC dans le domaine de la R-D sur l'Arctique depuis plus de 30 ans, ajoute-t-il. Ce projet serait irréalisable sans le CNRC. Les scientifiques du CNRC apportent une connaissance intime de l'Arctique à leurs partenaires, ce qui favorise la collaboration en R-D indispensable à la réalisation de nos objectifs mutuels. »

Le CNRC et ses partenaires continuent d'intégrer de nouveaux jeux de relevés environnementaux à la base de données et de perfectionner ses fonctionnalités afin d'en maximiser l'utilité pour l'industrie et les organismes de réglementation.

Personne-ressource

Enzo Gardin
Chef, relations clients
Conseil national de recherches du Canada
Téléphone : 613-991-2987
Courriel : Enzo.Gardin@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :