Alethia Biotherapeutics et le CNRC unissent leurs forces pour s'attaquer de front aux cellules cancéreuses

La collaboration accélère le développement d'un produit thérapeutique et engendre un partenariat commercial

Le 15 novembre 2013— Montréal (Québec)

De nos jours, un décès sur huit dans le monde est causé par le cancer. Plus que le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme réunis! Et cette pandémie progresse à une vitesse alarmante, un enjeu planétaire qui, pour être maîtrisé, nécessite des esprits brillants, mais aussi des technologies et des approches inédites.

Entrée en scène d'Alethia Biotherapeutics. Cette entreprise montréalaise déniche les gènes qui codent la maladie, puis en valide l'usage comme cible en vue de l'élaboration de nouveaux traitements contre le cancer et d'autres maladies. Ces nouvelles thérapies augurent bien pour les malades – et laissent entrevoir des débouchés appréciables pour la compagnie canadienne. Selon un rapport de Visiongain, le marché mondial des agents anticancéreux dépassera 116 milliards de dollars d'ici 2017Note de bas de page 1. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) aide Alethia à tirer parti de ces possibilités.

Alethia se spécialise dans les thérapies à anticorps monoclonaux, macromolécules fabriquées en laboratoire et spécialement modifiées pour se lier à des protéines précises à la surface des cellules tumorales. En se fixant à l'une d'elles, l'anticorps monoclonal rend la cellule plus apparente au système immunitaire, bloque ses signaux de croissance, empêche la formation de nouveaux vaisseaux sanguins ou achemine des rayonnements ou une substance toxique qui détruiront la celluleNote de bas de page 2.

"Le CNRC est en quelque sorte le prolongement de notre équipe de R-D; il a catalysé la métamorphose d'Alethia qui, d'une entreprise entièrement tournée vers la recherche de cibles, est devenue une société spécialisée dans le développement de produits thérapeutiques."

Yves Cornellier,
président-directeur général, Alethia Biotherapeutics

Cette innovation a catalysé le lancement de quelques produits par la suite couronnés de succès. Bien que prometteuse, la thérapie exige cependant une expertise particulière, une infrastructure de R-D onéreuse et d'abondantes ressources. C'est demander beaucoup d'une entreprise de biothérapeutique naissante comme Alethia. Dans sa quête visant à découvrir, à développer puis à commercialiser un traitement à anticorps monoclonaux d'une grande efficacité, l'entreprise a choisi de nouer une alliance stratégique avec le CNRC dès ses premiers pas. Grâce à cette collaboration, Alethia a pu acheter la licence lui permettant d'exploiter les anticorps réalisés par Maureen O'Connor et son équipe au CNRC. Des anticorps qui pourraient accentuer la réaction des patients à la chimiothérapie et ralentir la progression du cancer – et ces anticorps figurent en bonne place dans les produits thérapeutiques que propose Alethia.

L'entreprise a aussi tiré parti du savoir-faire de Traian Sulea et de Bernard Massie en « humanisation » des anticorps et en création de lignées cellulaires à rendement élevé pour la fabrication à grande échelle des anticorps monoclonaux. Lors des étapes initiales du développement, les anticorps monoclonaux sont prélevés sur des souris. Les scientifiques doivent ensuite remplacer des parties vitales des anticorps de souris par des composantes humaines avant qu'on puisse les commercialiser, sans quoi l'organisme les percevrait comme un corps étranger.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec le CNRC depuis plus de six ans à présent, et avons acquis la licence pour exploiter plusieurs de ses innovations dans nos laboratoires », déclare M. Yves Cornellier, président-directeur général d'Alethia Biotherapeutics. « Une petite entreprise comme la nôtre n'aurait jamais pu rassembler les capacités voulues pour créer des produits thérapeutiques à l'interne. Le CNRC est en quelque sorte le prolongement de notre équipe de R-D; il a catalysé la métamorphose d'Alethia qui, d'une entreprise entièrement tournée vers la recherche de cibles, est devenue une société spécialisée dans le développement de produits thérapeutiques. L'élaboration de nos produits s'en est trouvée accélérée, ce qui a débouché sur un partenariat de codéveloppement et d'exploitation mondial avec le centre international de biotechnologie IBC Generium, en Russie. »

"Le CNRC a indéniablement favorisé notre essor, raccourci les délais précédant les essais cliniques et permis à l'entreprise de livrer concurrence aux plus grandes sociétés biothérapeutiques de la planète."

Yves Cornellier,
président-directeur général, Alethia Biotherapeutics

En vertu de cette alliance internationale, les entreprises mettront conjointement au point un anticorps novateur qui interdira la prolifération des cellules cancéreuses, et partageront les recettes futures de sa vente. IBC Generium envisage de commercialiser le produit en exclusivité en Russie ainsi que dans la Communauté des États indépendants, tout en versant à Alethia des montants pour les jalons du développement et des redevances.

« Rien qu'à lui seul, ce marché représente des dizaines de millions de dollars », affirme M. Cornellier. « Aux revenus que nous avons récoltés à la signature de l'entente s'en ajouteront d'autres qui permettront à Alethia de créer de nouveaux produits thérapeutiques prometteurs pour les personnes atteintes du cancer. Le CNRC a indéniablement favorisé notre essor, raccourci les délais précédant les essais cliniques et permis à l'entreprise de livrer concurrence aux plus grandes sociétés biothérapeutiques de la planète. »

Personne-ressource

Yves Quenneville
Chef, relations clients
Conseil national de recherches du Canada
Téléphone : 514-496-8507
Courriel : Yves.Quenneville@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :