ARCHIVÉ - Coup de pouce technologique à l'industrie canadienne de l'automobile

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 02 septembre 2008— Ottawa (Ontario)

Imaginez la voiture de demain : racée, légère et puissante. Elle se meut grâce à l'électricité, ou à un mélange de carburants classiques et de remplacement. Compacte et à la fine pointe de la technologie, elle ne laisse virtuellement aucune marque sur l'environnement. Durable en dépit des rudes conditions climatiques, elle coûte moins que la plupart des modèles économiques actuels. Et la cerise sur le gâteau : elle est fabriquée au Canada.

Un doux rêve? Pour qu'il se réalise, le secteur canadien de l'automobile a besoin de solutions pour surmonter les difficultés qui pèsent présentement sur le marché mondial. Pour être compétitive internationalement, l'industrie doit trouver des moyens novateurs de prendre le virage vert tout en accroissant son rendement et en réduisant ses coûts. Relever pareil défi exige du gouvernement et des chefs de l'industrie qu'ils voient loin et concertent leurs efforts.

Conscient de la situation, le CNRC s'est entretenu avec les fabricants et les fournisseurs de matériel automobile, les organismes de recherche universitaires, les associations industrielles, les ministères et les organismes qui financent la S-T afin d'échafauder une stratégie générale de recherche et de développement pour le secteur automobile.

une auto

« Nous avons brossé un panorama de la situation afin d'établir quelles tendances affectent l'industrie et de cerner ses besoins les plus criants au niveau des sciences et de la technologie », déclare Michel Dumoulin, qui chapeaute la planification du secteur automobile au CNRC. « Ensuite, nous avons identifié les compétences et les installations du CNRC qui pourraient jouer un rôle crucial sur ce plan, en revitalisant la R-D industrielle. Le CNRC ne pourrait être mieux placé pour aider l'industrie à profiter d'un essor stratégique de la technologie et à saisir une part plus copieuse du marché international. »

La stratégie du CNRC dans le secteur automobile misera essentiellement sur une meilleure économie de carburant et sur la réduction des émissions. Plusieurs instituts du CNRC s'uniront pour mettre au point des matériaux et des structures plus légers, rendre les véhicules plus aérodynamiques, créer de nouveaux systèmes de propulsion comme les véhicules hybrides rechargeables, et intégrer les technologies de l'information aux automobiles.

L'industrie de l'automobile demeure le plus important secteur manufacturier du Canada. En effet, il explique 12 % du PIB en fabrication et 24 % des échanges commerciaux dans ce domaine. Malheureusement, la concurrence des autres pays, le faible coût de la main-d'oeuvre à l'étranger, la demande plus vive pour les modèles spéciaux et des normes plus sévères au niveau des émissions entravent l'expansion de la part canadienne du marché international.

Le CNRC a déjà connu un succès considérable dans la synthèse, la formulation, la caractérisation et l'essai de nouveaux matériaux. En se concentrant sur la production de métaux, de polymères et de biocomposites plus légers pour les pièces automobiles, il permettra à l'industrie de bâtir des véhicules moins lourds et moins gourmands. L'Institut des matériaux industriels du CNRC et le Centre canadien de faisceaux de neutrons du CNRC coopèrent déjà avec d'autres partenaires pour mettre au point de nouveaux alliages métalliques, des biomatériaux et des procédés innovateurs qui donneront des pièces plus robustes et plus légères.

Le CNRC possède aussi une expertise considérable dans l'élaboration de procédés de fabrication évolués. En recourant à de nouvelles méthodes et technologies pour perfectionner le moulage, l'usinage, l'assemblage, le surfaçage et le montage, le CNRC transférera de nouveaux procédés à ses partenaires de l'industrie.

une auto

Le secteur de l'automobile bénéficiera aussi de l'expertise et des installations du CNRC au niveau des biocarburants, des systèmes à piles à combustible et à hydrogène, des batteries et des nouvelles technologies de stockage et de conversion de l'énergie. L'Institut d'innovation en piles à combustible du CNRC à Vancouver s'alliera à l'Institut de technologie des procédés chimiques et de l'environnement du CNRC ainsi qu'à des partenaires de l'industrie pour amener jusqu'au marché des véhicules mus par d'autres systèmes de propulsion et des hybrides rechargeables. Aux laboratoires de l'Institut des matériaux industriels du CNRC à London, en Ontario, on mettra aussi l'accent sur le développement de matériaux évolués et de procédés de fabrication adaptables, destinés à l'industrie de l'automobile.

Le CNRC dispose d'atouts considérables dans les technologies et les systèmes habilitants susceptibles d'avoir une incidence appréciable sur le secteur de l'automobile. Ainsi, l'industrie profitera du savoir-faire du CNRC en biotechnologie, en chimie des carburants, dans les nanocomposites, en aérodynamique, dans les technologies de l'information et les revêtements de surface, dans les capteurs et dans d'autres domaines de la R-D.

De son côté, Industrie Canada a annoncé une initiative de R-D coopérative de cinq ans et de 145 millions de dollars dans le secteur de l'automobile afin d'aider l'industrie à aplanir les obstacles au niveau de l'innovation, de la productivité et de la compétitivité. Le CNRC fait partie des principaux intervenants dans cette initiative. Au cours des cinq prochaines années, il injectera 30 millions de dollars de plus dans les projets de R-D touchant le secteur automobile.

Dans l'orchestration de ces efforts nationaux, le CNRC concourra avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, la Fondation canadienne pour l'innovation, AUTO 211, l'Association des fabricants de pièces d'automobile du Canada, Precarn92, le ministère du Développement économique et du Commerce de l'Ontario, le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation du Québec, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada et les laboratoires CANMET3 de Ressources naturelles Canada.

Pour en savoir plus sur la stratégie du CNRC pour le secteur de l'automobile, on communiquera avec Michel Dumoulin au 450-641-5181 ou à michel.dumoulin@imi.cnrc-nrc.gc.ca.

1 Le réseau de centres d'excellence AUTO21 oeuvre à la consolidation de l'industrie canadienne de l'automobile en favorisant l'excellence en recherche coopérative dans les secteurs public/privé ainsi que le développement du capital humain et social.

2 Precarn est une société indépendante sans but lucratif qui veille au développement de technologies de pointe en vue de leur exploitation commerciale.

3 Le Centre de la technologie de l'énergie CANMET est le principal organisme S-T fédéral qui a pour mission d'élaborer et d'illustrer les technologies et les procédés axés sur l'économie d'énergie, les énergies de rechange et les sources d'énergie renouvelables.

Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :