ARCHIVÉ - Vancouver -- portail de l'énergie verte au Canada

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 avril 2007— Ottawa (Ontario)

L'adoption généralisée de la technologie des piles à combustible et de l'hydrogène atténuerait considérablement notre dépendance à l'égard des hydrocarbures, source d'énergie non renouvelable, tout en réduisant radicalement les émissions de gaz à effet de serre et améliorant la qualité de l'air dans les villes. Des solutions « vertes », voilà ce que le CNRC espère trouver avec le Portail de l'hydrogène et des piles à combustibles de son Institut d'innovation en piles à combustibles, à Vancouver. Le CNRC s'est associé à Ressources naturelles Canada, à Industrie Canada, au gouvernement de la Colombie-Britannique et à Hydrogène et piles à combustible Canada afin que l'industrie canadienne puisse accéder en ligne à ce centre de démonstration technologique dont l'inauguration est prévue en mai.

Titichai Navessin assemble une pile à combustible en vue d'évaluer un nouveau module d'électrodes à membrane; ce module constitue le coeur de la pile où le combustible est transformé en électricité.
Titichai Navessin assemble une pile à combustible en vue d'évaluer un nouveau module d'électrodes à membrane; ce module constitue le coeur de la pile où le combustible est transformé en électricité.

Le Portail sera lancé dans le cadre du colloque international sur l'hydrogène et les piles à combustibles, et du salon qui l'accompagne, qui se tiendra du 29 avril au 2 mai.

Les participants au colloque qui visiteront le Portail verront de leurs propres yeux des produits et des technologies recourant aux piles à combustible et à l'hydrogène en action. Le Portail mettra en relief les toutes dernières percées scientifiques, les possibilités de commercialisation ainsi que les projets de recherche et de développement des plus éminents experts de la planète en la matière.

Comme le soulignait Chris Curtis, vice-président d'Hydrogène et piles à combustible Canada : « Pour que les technologies de l'hydrogène et des piles à combustible se développent et trouvent preneur, il faut les faire connaître. Le Portail illustrera leurs avantages, qui sont d'atténuer l'impact du changement climatique, de résoudre les problèmes de pollution de l'air, de procurer une source d'énergie sûre et fiable, et de multiplier le nombre d'emplois par l'innovation. »

Les piles à combustibles

Qu'ont une maison, une torche électrique, une automobile et un ordinateur portable en commun? Tous utilisent une pile à combustible.

La pile à combustible est un dispositif électrochimique qui transforme l'hydrogène ou un autre carburant en électricité, eau et chaleur. Elle fonctionne à la manière d'une pile ordinaire, mais n'a pas besoin d'être rechargée. Elle produit de l'électricité presque indéfiniment, tant qu'il y a du combustible.

La pile à combustible peut être alimentée avec de l'hydrogène, du gaz naturel, du méthanol ou la technologie Formira.

Tiré du site Web d'Hydrogène et piles à combustible Canada

Les piles à combustible sur le devant de la scène

La consommation mondiale d'énergie devant augmenter de 60 pour cent d'ici 2020, le moment est venu pour le CNRC de s'associer à des partenaires afin de trouver de nouvelles sources d'énergie propres et durables.

Le CNRC a donc commencé à mettre en place les éléments nécessaires dès 1998 en constituant un groupe de travail qui avait pour mission d'attirer l'attention sur les technologies des piles à combustible et de l'hydrogène. En 2003-2004, le CNRC avait réuni 85 millions de dollars pour créer une grappe technologique dans ce domaine à Vancouver.

L'initiative prend maintenant de l'ampleur et les partenaires se multiplient. Vancouver héberge déjà la grappe la plus évoluée au monde d'entreprises et d'organismes misant sur ces nouvelles technologies.

Avec Ballard Power Systems, un des principaux fabricants de piles à combustibles de la planète, la grappe de Vancouver compte plus de 70 pour cent des 1 800 Canadiens qu'emploie cette industrie en pleine croissance.

L'installation du CNRC sur le campus de l'Université de la Colombie-Britannique illustre parfaitement ce qu'on peut réaliser sans pétrole ni gaz naturel. Malgré la demande d'énergie qu'exige un tel édifice, le centre subvient à ses besoins grâce à des panneaux de cellules photovoltaïques, à des thermopompes souterraines et à une pile à combustible à oxyde solide.

Pourquoi l'hydrogène?

Ce gaz a de nets avantages. Employé pour produire de l'énergie comme dans les piles à combustible ou les moteurs à combustion interne modifiés, il ne pollue pas.

Les émissions peuvent être nulles, selon la méthode de production. On extrait l'hydrogène du méthanol, du gaz naturel, de l'éthanol, du pétrole et des matières premières renouvelables, si bien que la plupart des régions du globe peuvent en produire. La production, le stockage, le transport et l'utilisation de l'hydrogène dans les piles à combustible et les moteurs à combustion interne ne posent aucun danger et l'hydrogène permet d'accumuler l'énergie solaire, éolienne et marémotrice quand on n'en pas besoin.

Les technologies des piles à combustible et de l'hydrogène canadiennes sont déjà mises à l'épreuve. Les chariots élévateurs de Wal-Mart et des autobus, partout en Europe, y recourent tandis qu'on s'en sert pour chauffer l'eau dans les maisons au Japon et pour alimenter sans interruption les pièces où sont groupés les serveurs de télécommunications aux É.-U.

À l'inverse des combustibles fossiles, les piles à combustible à hydrogène ne produisent pas de particules, de monoxyde de carbone, d'oxydes d'azote ni de composés organiques volatils. Avec des pays nouvellement riches aussi peuplés que la Chine, où des milliers d'automobiles supplémentaires prennent subitement la route chaque semaine, la nécessité de nouveaux carburants non polluants se fait encore plus criante.


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :