ARCHIVÉ - Le CNRC fournit à un client du secteur aérospatial les frissons requis

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 juin 2007— Ottawa (Ontario)

Un hiver clément à Peebles (Ohio), a plongé GE Aviation dans l'embarras, l'an dernier. En effet, le fabricant de moteurs à réaction devait procéder à des essais de givrage pour certifier son GEnx – le nouveau moteur d'une poussée de 75 000 lb que l'entreprise met au point pour le 787 Dreamliner révolutionnaire conçu par Boeing.

La taille massive de l'engin exige que les tests, effectués à une température aussi basse que -20 °C, se déroulent à l'extérieur. Malheureusement, il n'a jamais fait assez froid aux installations de GE, en Ohio, pour réunir les conditions voulues pour les essais.

L'entreprise a donc songé au CNRC, qui avait deux choses en abondance : l'air polaire canadien et l'expertise en givrage. En l'espace de cinq mois, CNRC Aérospatiale et GE Aviation ont bâti une nouvelle installation pour les tests de givrage destinés à certifier les moteurs de grandes dimensions à l'Aéroport international de Mirabel, à Montréal. L'installation a été construite avec la coopération des Aéroports de Montréal.

La nouvelle installation de givrage du CNRC à Mirabel
La nouvelle installation de givrage du CNRC à Mirabel

« GE Aviation avaient besoin d'aide. Comme nous avions déjà travaillé ensemble dans le passé, ils connaissaient notre expérience en givrage et savaient que la Federal Aviation Administration (FAA) nous prendrait au sérieux », explique Jim MacLeod, spécialiste en essai de moteurs au CNRC. « Avec nous, le projet était sûr d'aboutir. »

Le moteur GEnx est arrivé à Mirabel en février pour y être testé six semaines jusqu'à la fin de mars. « Nous étions absolument emballés de venir à Mirabel pour les essais et de pouvoir compter sur le talent des scientifiques et des ingénieurs du CNRC », déclare Daniel Verreault, directeur régional de GE pour le Canada.

Test du moteur GEnx en cours à Mirabel
Test du moteur GEnx en cours à Mirabel

Le GEnx est conçu pour être moins polluant que ses prédécesseurs. Il fait aussi sensiblement moins de bruit, consomme moins et libère moins de gaz. On l'utilisera sur des appareils tel le 787 Dreamliner de Boeing, qui accueillera de 210 à 330 passagers et remplacera les gros porteurs actuels comme le Boeing 767. « Ce moteur a une importance vitale pour l'avenir de GE Aviation », confie M. Verreault.

On voit grand

La nouvelle installation de Mirabel est une soufflerie extérieure dotée de sept ventilateurs de 2,4 m de long qui soufflent l'air sur le moteur à raison de 3 000 lb par seconde. Longue de 23 mètres, elle accueille des moteurs à poussée maximale de 85 000 lb – plus qu'assez pour accommoder le GEnx.

Pour simuler le givre en vol, un mât pulvérise de très fines gouttelettes d'eau chauffée qui refroidissent rapidement et gèlent au contact de l'entrée d'air du moteur.

Avec le réchauffement de la planète et des conditions météorologiques de plus en plus difficiles à prévoir, les entreprises comme GE ne peuvent plus compter sur le temps glacial dont elles ont besoin pour satisfaire aux exigences de la FAA concernant l'essai des plus gros moteurs. « C'est un risque majeur, reprend M. Verreault. Fera-t-il assez froid pour que le moteur soit certifié dans les délais promis au client? »

Les tests de ce genre s'effectuent à l'extérieur en raison de la taille du moteur et de l'énergie qu'exigerait la climatisation de grandes installations intérieures. Les installations comme celle de Mirabel constituent une solution de rechange. Le CNRC s'en servira aussi afin de faire avancer les recherches cruciales qu'il poursuit pour le compte du secteur aérospatial.

« La certification du GEnx a été complétée à Mirabel. La chose aurait été irréalisable sans le formidable soutien du CNRC. »

Daniel Verreault, directeur régional de GE Aviation pour le Canada

« Tout le monde y gagne. Tant l'industrie que les chercheurs du CNRC, qui comprennent le givrage mieux que personne », poursuit M. Verreault.

GE reviendra à Mirabel l'hiver prochain pour tester un modèle plus modeste de son moteur, destiné à l'aéronef 747-8. Au fur et à mesure que la demande augmentera pour de tels services, on devra peut-être construire des installations de givrage encore plus au nord pour assurer une longue saison de tests possibles.

La nouvelle installation de Mirabel ajoutera au savoir-faire actuel du CNRC dans le domaine du givrage et lui permettra de mieux répondre aux exigences toujours plus grandes de l'aérospatiale. « Nous sommes au bon endroit, au bon moment, avec le personnel adéquat », affirme Bob Hastings, directeur du laboratoire des turbines à gaz de CNRC Aérospatiale. « Avec nos installations d'Ottawa pour les moteurs de petite taille et celle de Mirabel, le CNRC pourrait bien devenir le centre mondial par excellence en certification pour le givrage. »


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :