ARCHIVÉ - Coup de pouce de plusieurs millions de dollars à l'installation de faisceaux de neutrons

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 mai 2007— Ottawa (Ontario)

Situé dans la vallée de l'Outaouais, à deux heures de route à l'ouest d'Ottawa, le Centre canadien de faisceaux de neutrons du CNRC (CCFN-CNRC) de Chalk River est une installation scientifique sans équivalent au Canada. Le Centre abrite une série de spectromètres de neutrons – des appareils employés par les chercheurs pour examiner les matériaux à l'échelle de l'atome. Rien qu'au cours des trois dernières années, les professeurs d'une cinquantaine de départements d'université de toutes les provinces et leurs étudiants s'y sont rendus pour apprendre à se servir des neutrons dans leurs programmes de recherche.

Le professeur Dominic Ryan (troisième personne à partir de la droite) visite le Centre canadien de faisceaux de neutrons du CNRC avec un groupe d'étudiants diplômés en physique de l'Université McGill afin d'en apprendre davantage du chercheur Zin Tun du CNRC (à droite) sur la diffusion des neutrons.
Le professeur Dominic Ryan (troisième personne à partir de la droite) visite le Centre canadien de faisceaux de neutrons du CNRC avec un groupe d'étudiants diplômés en physique de l'Université McGill afin d'en apprendre davantage du chercheur Zin Tun du CNRC (à droite) sur la diffusion des neutrons.

À l'instar de dizaines d'autres professeurs en science ou en génie du Canada, le physicien Dominic Ryan de l'Université McGill donne à ses étudiants la chance d'appliquer les neutrons dans leurs travaux et leurs études. Cet enseignant figure parmi ceux qui bénéficieront d'une nouvelle subvention de 6,59 millions de dollars pour appui aux ressources majeures du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG). Grâce à cette subvention les universitaires canadiens pourront accéder aux installations uniques du CCFN-CNRC pendant encore cinq ans.

« Nos cinq spectromètres de neutrons fonctionnent 24 heures par jour, sept jours par semaine, et sont administrés à la manière d'un service international à la disposition des usagers », explique John Root, directeur du CCFN-CNRC. « Pendant que les scientifiques du Centre poursuivent des recherches avant-gardistes et mettent au point de nouveaux instruments à neutrons et méthodes de travail en fonction des objectifs nationaux, plus de 80 % du temps d'exploitation des spectromètres vont à des projets auxquels participent des personnes de l'extérieur – soit des universités, des industries et des laboratoires publics des quatre coins du Canada comme de l'étranger. »

Diffractomètre neutronique C2. Détecteur BF3 sensible à la position à 800 fils; espacement des fils de 0.1°; angle de diffusion de 80° mesuré simultanément.
Diffractomètre neutronique C2. Détecteur BF3 sensible à la position à 800 fils; espacement des fils de 0.1°; angle de diffusion de 80° mesuré simultanément.

« Les chercheurs et les étudiants des universités canadiennes restent les principaux utilisateurs des installations du CCFN-CNRC », précise M. Root. « Notre mission consiste notamment à permettre aux enseignants et aux étudiants d'exploiter pleinement les puissantes techniques faisant appel aux faisceaux de neutrons pour leur inculquer de nouvelles connaissances sur les matériaux étudiés dans maintes disciplines telles la physique, la chimie, les sciences des matériaux, de la terre ou de la santé, et le génie. » Le CNRC voit à l'intendance des installations et s'assure que les spectromètres et les appareils auxiliaires soient constamment à la disposition des utilisateurs de l'extérieur.

Plutôt que de recourir à la perception de droits des professeurs de passage pour financer le programme d'exploitation externe, la subvention d'appui pour ressources majeures du CRSNG suffira à stabiliser le financement des installations à plus long terme. Cette subvention simplifie l'accès des installations pour les utilisateurs, fournit au CCFN-CNRC un mécanisme transparent pour rendre des comptes à sa clientèle première, soit les universitaires canadiens, et ceux-ci à leur tour, au CRSNG, par le processus normal d'un rapport annuel.

Selon John Root, « Le programme d'exploitation du CCFN-CNRC démontre bien comment maximiser les retombées des installations scientifiques fédérales pour le Canada par une mobilisation de la collectivité du savoir, y compris les universités, les industries et les laboratoires publics. Ce service complémentaire est une ressource pour les échanges internationaux en vertu desquels des scientifiques de l'étranger visitent le CCFN-CNRC tandis que des chercheurs canadiens sont accueillis aux centres similaires des autres pays. »

« De plus, l'installation fournit un accès à l'industrie contre le recouvrement de leurs coûts dans divers domaines comme l'énergie, la production de matériaux, l'aérospatiale, la construction automobile et la fabrication en général, ce qui améliore leur compétitivité. Ce milieu multidisciplinaire, où des experts internationaux côtoient des chercheurs de l'industrie, ajoute à l'expérience enrichissante que vivent les étudiants canadiens quand ils passent au CCFN-CNRC afin d'intégrer l'aspect expérimental de la diffusion des neutrons à leurs programmes. »

« La hausse appréciable du financement du CRSNG illustre clairement que les universités canadiennes appuient le programme d'exploitation par les utilisateurs du CCFN-CNRC. Une enquête indépendante, menée par des experts internationaux, l'appuyait d'ailleurs fortement, reprend le professeur Ryan. À présent, nous devons nous montrer à la hauteur des attentes. Avec les nouveaux appareils de réflectométrie de neutrons prévus ce printemps et un été d'expérimentation très chargé, nous sommes engagés sur la bonne voie. »


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :