ARCHIVÉ - Que d'eau, que d'eau...

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 juillet 2007— Ottawa (Ontario)

Tous les jours, les municipalités partout au pays perdent plus de 150 millions de litres d'eau précieuse chaque fois que des conduites fuient ou se brisent en raison de leur âge ou de conditions climatiques extrêmes.

L'enjeu n'est pas qu'environnemental, il est aussi associé à la qualité de l'eau. C'est pourquoi les membres de la grappe technologique des infrastructures durables de Regina, en Saskatchewan, cherchent comment approvisionner les Canadiens en eau plus sûrement et efficacement.

Des chercheurs de Regina et d'Ottawa, des municipalités et des entreprises imaginent de nouveaux moyens pour détecter et gérer les fuites — grâce à la technologie du CNRC qui localise ces dernières par le son dans les canalisations souterraines. Une entreprise canadienne vend déjà la technologie LeakFinderRT du CNRC aux gestionnaires d'aqueduc du monde entier.

Les scientifiques du CNRC, la ville de Regina, l'Université de Regina et le secteur privé inventent des technologies pour détecter les fuites avant qu'elles s'aggravent, comprendre et surmonter les problèmes de distribution d'eau et fournir aux responsables des logiciels avec lesquels ils géreront mieux cette infrastructure.

« Le changement climatique devenant réalité et les sécheresses se multipliant, de plus en plus de conduites et d'égouts se brisent à Regina », explique David Hubble, directeur du Centre de recherche sur les infrastructures durables du CNRC. « L'idéal serait de repérer une fuite quand elle est assez petite pour qu'on adopte un plan de réfection moins coûteux, au lieu d'attendre une crise pour réagir. »

Un chercheur du CNRC et un ingénieur-conseil fixent des appareils à une canalisation.
Un chercheur du CNRC et un ingénieur-conseil fixent des appareils à une canalisation.

« L'initiative des grappes technologiques du CNRC favorise des partenariats de recherche entre les gouvernements fédéral et provinciaux, les administrations municipales, l'industrie et le secteur de l'enseignement supérieur.

Elle permet d'accélérer la commercialisation de nouvelles technologies mises au point par de petites et moyennes entreprises, et de créer une capacité régionale en S et T dans des industries et des secteurs clés partout au Canada... »

Réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada

Mai 2007, gouvernement du Canada

Regina se remet à peine d'un pic historique dans les canalisations défectueuses – les plus vieilles surtout, en amiante-ciment, qui forment près de 70 pour cent du réseau principal. Le CNRC et ses partenaires municipaux et privés veulent établir pourquoi le sol bouge et les conduites brisent sous la ville. Sachant cela, les municipalités du pays entier pourraient prolonger la vie des réseaux d'aqueduc – en économisant temps et argent. Ces recherches aboutiront à des logiciels commercialisables qui faciliteront la prise de décisions.

Communities of Tomorrow inc., de Regina – partenariat sans but lucratif entre le CRNC, Diversification de l'économie de l'Ouest, la ville de Regina, l'Université de Regina, et le ministère de l'Industrie et des Ressources de la Saskatchewan – finance en partie le projet actuel de détection et de gestion des fuites. Détection mise à part, les chercheurs souhaitent préserver l'eau en supprimant carrément les fuites. Ils envisagent des méthodes d'essai non destructives et des appareils robotisés pour inspecter les conduites et mieux gérer la situation en vue d'éviter de futurs problèmes.

La coopération avec l'industrie porte aussi sur les solutions technologiques aux problèmes de qualité de l'eau dans les réseaux de distribution, sur la création d'outils de surveillance à distance et sur la gestion des eaux pluviales dans des conditions difficiles – notamment le changement climatique. Une fois validés, ces outils seront commercialisés et exploités par les bureaux d'experts et les municipalités du Canada et d'ailleurs.

En Amérique du Nord, il en coûte chaque année entre 2 et 23 milliards de dollars pour remplacer les infrastructures municipales. La majorité des experts pensent que le travail de la grappe de technologie des infrastructures durables de Regina aura des retombées nationales et internationales, toutes les villes ayant besoin de meilleurs instruments pour maintenir les réseaux indispensables à la population. Jamais il n'y a eu de si bon moment pour les collaborations de ce genre en R-D.


Lien suggéré :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :