ARCHIVÉ - Combattre la chaleur à Kandahar

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 octobre 2007— Ottawa (Ontario)

Peu importe leur opinion sur la guerre en Afghanistan, les Canadiens attachent le plus grand prix à la santé et au bien-être de leurs soldats. Cet été, l'équipage canadien des tanks Leopard en poste à Kandahar a quelque peu échappé à la chaleur insoutenable du désert grâce aux vestes réfrigérantes que le CNRC a testées dans un four surdimensionné.

En février, les ingénieurs du CNRC ont reproduit l'été afghan dans un caisson environnemental où la température varie de -51 °C à +55 °C. Ils ont chauffé un tank Leopard à 44 °C pendant que des volontaires de l'armée simulaient une mission sur le terrain en chargeant et déchargeant le canon de 105 mm du blindé.

Un tank Leopard sous le soleil afghan au Canada.
Un tank Leopard sous le soleil afghan au Canada.

Les Leopard lourdement armés ont été expédiés en Afghanistan l'an dernier, car le tank constitue la meilleure défense contre les bombes et les mines le long des routes. Les militaires craignaient néanmoins que la température dépasse 50 °C à l'intérieur, en été.

« Pareille chaleur accable les membres de l'équipage et leurs facultés intellectuelles et physiques s'en ressentent, de sorte qu'ils peuvent se retrouver en danger », explique Ira Jacobs, de Recherche et développement pour la défense Canada, à Toronto.

La solution : une veste réfrigérante. Mais il fallait d'abord en vérifier l'efficacité dans le rigoureux climat afghan.

À la fin de 2006, le ministère de la Défense nationale a demandé au CNRC de préparer un test réaliste pour la veste. Ce n'est pas la première fois que l'armée demande au CNRC de simuler des conditions difficiles pour lui venir en aide. Ainsi, les tanks Leopard, qu'utilisent nos soldats pour patrouiller dans certaines des régions les plus froides du Canada, ont déjà subi des essais avec simulation de glace et de neige.

Avant le test, les ingénieurs du CNRC ont pourvu le tank d'un blindage supplémentaire, semblable à celui qui renforce les blindés en Afghanistan. Les modifications ont nécessité de l'expertise en conception, soudage et intégration. Pour imiter le soleil afghan, les ingénieurs et techniciens du CNRC ont installé 300 ampoules à halogène de 500 watts chacune dans le caisson. Afin d'intensifier les rayonnements UV, ils les ont dépouillées de leur bulle de verre protectrice. « C'était midi à Kandahar », raconte Don LeBlanc, responsable du caisson climatique du CNRC, à Ottawa.

« C'était midi à Kandahar. »

Don LeBlanc, responsable du caisson climatique du CNRC

En vue de l'essai, les employés du CNRC se sont généreusement enduits de lotion solaire FPS 60. Une grande feuille d'isolant recouvrait aussi le tank afin de réduire la température à sa surface, qui peut atteindre un infernal 80 °C au soleil!

Trois volontaires, membres d'équipage expérimentés, ont procédé aux manoeuvres à l'intérieur, d'abord dans leur tenue habituelle, ensuite avec la veste réfrigérante. Un fluide réfrigérant circule à l'intérieur de cette dernière afin de rafraîchir le corps.

« L'équipage a tenu beaucoup plus longtemps dans le tank avec la veste », reprend LeBlanc, ajoutant que cela pourrait même constituer un avantage tactique sur l'adversaire, qui évite généralement d'engager le combat au moment le plus chaud de la journée.

Les tests terminés, les vestes ont été livrées en Afghanistan à temps pour l'été. Les militaires lui ont accordé la meilleure note. « Ces vestes nous sauvent la vie », affirme le major A.K. Welsh, responsable des essais du CNRC pour le ministère de la Défense nationale. Grâce à elles, nos soldats ne courent plus le risque d'insolation. Ils travaillent confortablement toute la journée. Nous ne remercierons jamais assez le CNRC pour son aide dans l'application de cette solution. »

Le caisson climatique du CNRC est disponible pour vérifier la résistance de divers véhicules, leur matériel, leur cargaison mais aussi leurs occupants à un froid ou à une chaleur extrêmes.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :