ARCHIVÉ - Une carte routière technologique donne à l'industrie de l'aluminium une orientation claire

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 07 septembre 2007— Ottawa (Ontario)

Le Canada demeure l'un des principaux fournisseurs d'aluminium au monde, mais la Chine et d'autres nations ont maintenant pris les devants pour ce qui est de la capacité de production des produits semi-finis et de leur vente. Bien que la demande mondiale d'aluminium brut poursuive son ascension, d'autres pays y satisfont à moindre coût, de sorte que l'industrie canadienne de l'aluminium doit explorer d'autres voies si elle veut récupérer sa part du marché. Telle est précisément la raison d'être des cartes routières technologiques.

Au terme de deux années de collaboration entre le Réseau Trans-Al inc. et le CNRC ainsi que ses partenaires des universités, de l'industrie et du gouvernement, une feuille de route pour le secteur canadien de la transformation de l'aluminium a été dressée. Cette carte routière récemment publiée fait suite à celle de 2000 portant sur l'industrie de l'aluminium, qui avait débouché sur des développements intéressants, notamment la création du Centre des technologies de l'aluminium du CNRC (CTA-CNRC) dans la région du Saguenay, au Québec.

Si la première carte routière visait à rehausser la capacité de production primaire du pays, la seconde met l'accent sur les technologies de transformation – la voie, selon les experts, vers une expansion soutenue et la stabilisation de la part de marché.

Une équipe de quatre personnes a tracé la carte routière technologique après consultation de plus de 150 experts du secteur. De gauche à droite : Marie-Christine Gagnon et Jean-François Pouliot, du Réseau Trans-Al inc., en compagnie d'Alain Simard et de Caroline Gaudreault, du Centre des technologies de l'aluminium du CNRC.
Une équipe de quatre personnes a tracé la carte routière technologique après consultation de plus de 150 experts du secteur. De gauche à droite : Marie-Christine Gagnon et Jean-François Pouliot, du Réseau Trans-Al inc., en compagnie d'Alain Simard et de Caroline Gaudreault, du Centre des technologies de l'aluminium du CNRC.

« crédit photo : Centre québécois de recherche et de développement de l'aluminium (CQRDA) »

« L'occasion est venue pour l'industrie canadienne d'inscrire sa marque sur la scène internationale de la transformation de l'aluminium, affirme Alain Simard, agent de développement commercial au CTA-CNRC. Les recommandations formulées dans la carte routière et les opportunités qui s'y dégagent aideront le Canada à devenir le pays où convergent innovation et aluminium – un pays à la fine pointe des technologies de transformation. »

Qu'est-ce qu'une carte routière technologique?

La carte routière technologique offre une orientation pour le développement futur d'une industrie. Elle repose sur les prévisions de la demande du marché et sur les procédés novateurs qui permettront d'y répondre. Elle marque l'aboutissement d'un processus de planification au cours duquel des experts interprètent les tendances, prévoient les besoins et fixent une direction afin de satisfaire ces besoins par l'investissement dans la technologie.

Pour en savoir plus sur les cartes routières technologiques, veuillez consulter le site Web d'Industrie Canada à http://strategis.ic.gc.ca/epic/site/trm-crt.nsf/fr/Home

La Carte routière technologique canadienne de la transformation de l'aluminium – Édition 2006 fournit des données factuelles sur les marchés, les technologies propices à la croissance, ainsi que les fabricants et fournisseurs d'équipement qui se spécialisent dans le secteur de l'aluminium. Elle brosse un portrait à jour du secteur canadien de la transformation de l'aluminium en le comparant à celui d'autres pays, afin que les chefs d'entreprise puissent plus facilement cerner les principaux créneaux laissant entrevoir des débouchés. Son objectif primordial est d'amener l'industrie canadienne à élaborer des technologies de transformation novatrices et des techniques évoluées de modélisation des produits de l'aluminium qui inciteront plus de fabricants à intégrer l'aluminium à leurs produits.

« La carte routière de 2006 fait ressortir les enjeux que l'industrie de la transformation de l'aluminium doit relever si elle veut s'approprier une plus grande part du marché mondial, explique M. Simard. L'industrie a notamment besoin d'un meilleur accès aux installations d'essai pour créer des produits plus performants qui répondront aux exigences les plus strictes des secteurs des transports, du bâtiment et de l'énergie. »

Alain Simard, du Centre des technologies de l'aluminium du CNRC, est l'un des artisans de la nouvelle carte routière technologique.
Alain Simard, du Centre des technologies de l'aluminium du CNRC, est l'un des artisans de la nouvelle carte routière technologique.

« crédit photo : Centre québécois de recherche et de développement de l'aluminium (CQRDA) »

L'installation du CNRC au Saguenay apporte déjà les connaissances, l'équipement et le soutien essentiels au développement de technologies de pointe pour les produits en aluminium. Avec le concours de partenaires de l'industrie, on y simule et évalue des procédés – comme l'hydroformage, le moulage à l'état semi-solide, l'assemblage par adhésifs, le soudage laser et le soudage par friction-malaxage – qui donneront des produits finis et semi-finis en aluminium. On y forme aussi du personnel hautement qualifié pour l'industrie de la transformation de l'aluminium.

Vous aimeriez en savoir davantage sur les enjeux et les possibilités de l'industrie canadienne de l'aluminium? Jetez un oeil à la Carte routière technologique canadienne de la transformation de l'aluminium \xE2\x80\x93 Édition 2006 à http://www.trans-al.com/Accueil/tabid/1333/Default.aspx.


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :