ARCHIVÉ - Une subvention d'un million fait sourire des chercheurs en santé bucco-dentaire du CNRC

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 octobre 2006— Ottawa (Ontario)

Déjà eu une carie? Déjà souhaité ne pas avoir à subir l'épreuve d'un fraisage et d'un plombage chez le dentiste? Une équipe de recherche du CNRC vient de recevoir une subvention de 1 078 480 US$ pour s'attaquer au problème du dépistage précoce de la carie dentaire. Cette subvention du National Institute of Dental and Craniofacial Research des National Institutes of Health des États-Unis a pour but de nous épargner ces désagréables visites chez le dentiste.

Dites aaah : faire la lumière sur la carie

De concert avec des médecins dentaires, l'équipe de l'Institut de biodiagnostic du CNRC (IBD-CNRC) qui se penchera sur la carie s'efforce de mettre au point une technologie combinant une méthode d'imagerie, la tomographie par cohérence optique (TCO) et la spectroscopie Raman dans l'espoir de détecter les caries beaucoup plus tôt. À l'inverse des radiographies, qui ne permettent pas l'identification des jeunes lésions, cette technologie non invasive fait appel à des rayonnements non ionisants.

La spectroscopie Raman aidera les chercheurs à examiner de près les dents humaines.
La spectroscopie Raman aidera les chercheurs à examiner de près les dents humaines.

De concert avec des médecins dentaires, l'équipe de l'IBD-CNRC qui se penchera sur la carie s'efforce de mettre au point une technologie combinant une méthode d'imagerie, la tomographie par cohérence optique (TCO) et la spectroscopie Raman dans l'espoir de détecter les caries beaucoup plus tôt. À l'inverse des radiographies, qui ne permettent pas l'identification des jeunes lésions, cette technologie non invasive fait appel à des rayonnements non ionisants.

Les dentistes éprouvent de la difficulté à déceler les caries à leurs débuts et à suivre l'évolution de la maladie avec les méthodes de diagnostic existantes, qui reposent sur des critères cliniques subjectifs, de sorte que les lésions primaires passent souvent inaperçues. Elles ne sont diagnostiquées que plus tard, trop pour éviter fraisage et obturation. Par ailleurs, on répare inutilement certaines lésions alors qu'on pourrait interrompre la carie et les guérir par des méthodes ne recourant pas à la chirurgie comme l'application de fluorure.

L'équipe qui étudiera la carie dentaire estime que les dentistes ont besoin d'aide à trois égards :

  • pour déceler et évaluer les lésions primaires sans cavité;
  • pour établir si la restauration de la dent par des méthodes chirurgicales invasives est nécessaire;
  • pour suivre les traitements conservateurs qui contribueront au rétablissement.
Le personnel de l'IBD-CNRC et ses collaborateurs utilisent la tomographie par cohérence optique pour examiner une molaire.
Le personnel de l'IBD-CNRC et ses collaborateurs utilisent la tomographie par cohérence optique pour examiner une molaire.

Un dépistage précoce de la carie permettrait au dentiste de stopper les dommages et d'en renverser la progression par des méthodes plus douces tel l'usage de fluorure (présent dans l'eau potable, la pâte dentifrice, les rince-bouches et les traitements topiques) plutôt qu'en recourant à l'ablation irréversible puis à la restauration souvent douloureuse de la structure dentaire. L'approche de l'IBD-CNRC marque la réorientation des soins bucco-dentaires vers un diagnostic plus précis et une meilleure gestion de la santé bucco-dentaire du patient.

L'équipe de recherche est un consortium dirigé par le Groupe de la spectroscopie de l'IBD-CNRC (le chercheur principal L.-P. Choo-Smith et M. Hewko, M. Sowa, A. Ko, J. Werner) avec qui collaborent des cliniciens de l'Université du Manitoba (C. Dong, W. Wiltshire, Colin Dawes) et de l'Université Dalhousie (B. Cleghorn). Des ingénieurs en micro-optique de l'Institut national d'optique du Québec (dirigés par P. Topart) leur prêtent main-forte. Cette subvention s'ajoute à celles accordées à quelques membres de l'équipe par la Manitoba Medical Service Foundation et l'Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des Instituts de recherche en santé du Canada (IALA-IRSC).

Les recherches de l'équipe devraient conduire à un diagnostic et à une prise en charge plus efficaces de la carie dentaire par des méthodes plus économiques et moins invasives que celles habituellement employées par les dentistes. Une meilleure santé buccale des patients et un mieux-être général de la population devraient en découler.

Une image TCO en couleurs fausses illustrant a) l'émail sain d'une dent (rétrodiffusion minimale de la lumière avec profondeur) et b) une carie primaire proximale (importante rétrodiffusion de la lumière).
Une image TCO en couleurs fausses illustrant a) l'émail sain d'une dent (rétrodiffusion minimale de la lumière avec profondeur) et b) une carie primaire proximale (importante rétrodiffusion de la lumière).

Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :