ARCHIVÉ - Réflexions du président

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 novembre 2006— Ottawa (Ontario)

Bâtir un avenir solide pour la S-T canadienne

La compétitivité de notre pays dépend en grande partie de sa capacité d'innover – de créer et de commercialiser de nouvelles technologies et de nouveaux produits et services pour les marchés mondiaux. Au Canada, cette capacité tient à la performance des petites et moyennes entreprises (PME) qui constituent la vaste majorité des entreprises présentes dans tous les secteurs de l'industrie à forte composante technologique.

L'industrie, les universités et le gouvernement ont chacun un rôle à jouer dans l'aide apportée à ces entreprises pour leur permettre de livrer avec succès concurrence sur la scène mondiale. Chacun apporte à l'équation de l'innovation au Canada son propre pôle d'activité, ses atouts et ses capacités uniques. Mais, à moins de pouvoir tirer le meilleur parti possible de leurs actifs et de réussir à les intégrer, nous serons dans l'incapacité d'accomplir des progrès dans les secteurs où nous avons besoin d'un avantage concurrentiel pour réussir.

Ces deux dernières décennies, nous avons vu les efforts accrus qu'ont déployés l'industrie et les universités canadiennes pour instaurer un courant d'innovation scientifique et technologique. Mais est-ce suffisant?  Quel rôle supplémentaire le secteur public joue-t-il dans l'amélioration de la performance du Canada en matière d'innovation?  Qu'apporte-t-il à la table de l'innovation qui soit différent, pertinent et valable?  Alors que la plupart reconnaissent la valeur et l'importance des sciences et technologie (S-T) fédérale dans la prise de décisions, l'élaboration des politiques et le travail de réglementation, l'impact d'organismes comme le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) sur notre système d'innovation est moins connu et compris.

Le Conseil des académies canadiennes a récemment évalué les atouts et les faiblesses du Canada en S-T. Dans son rapport, intitulé L'État de la science et de la technologie au Canada, il dresse une liste des secteurs de développement technologique dans lesquels le Canada est réellement présent. Le CNRC est un intervenant majeur dans la plupart de ces secteurs. À l'égard des faiblesses du Canada mentionnées dans le rapport – par exemple, au chapitre du transfert des connaissances et de la commercialisation des nouvelles technologies – le CNRC prend des mesures concrètes pour y remédier. Les experts canadiens en S-T interrogés dans le cadre de la préparation de ce rapport ont donné de bonnes notes aux laboratoires et installations de recherche du CNRC, ainsi qu'à ses programmes de soutien à la recherche industrielle. De toute évidence, le CNRC est un atout précieux pour l'innovation canadienne.

Même si les universités et l'industrie font de la R-D et commercialisent leurs avancées dans des domaines semblables, les contributions du CNRC sont distinctes en plusieurs points importants. La plus digne d'être soulignée cependant, c'est que le CNRC travaille toujours dans l'intérêt national. Il utilise sa vaste gamme de ressources en R-D et ses capacités d'innovation pour résoudre des enjeux nationaux afin de venir directement en aide à l'industrie. D'une façon délibérée, le CNRC soutient la croissance de l'économie canadienne et favorise le bien-être des Canadiens.

Pendant plusieurs années, les programmes de R-D du CNRC ont favorisé l'essor des entreprises canadiennes à forte composante de S-T dans des secteurs clés de l'économie. Nous avons relevé le défi de la convergence, celui de bâtir des connaissances de pointe dans des secteurs faisant intervenir plusieurs disciplines. Aucun autre organisme au Canada n'intervient dans un éventail de programmes de recherche aussi large ou n'amène autant d'éminents scientifiques dans un aussi grand nombre de disciplines, à s'attaquer aux défis et aux possibilités en S-T pour le bénéfice de l'industrie dans l'ensemble du pays.

Mais le CNRC offre à l'industrie plus que de la R-D participative. Il combine   son expertise en recherche avec d'autres ressources et capacités d'importance critique en   S-T – information en S-T, installations de partenariat industriel, codes nationaux et étalons de mesure, accès aux réseaux canadiens et internationaux et plus encore. En bref, il met à profit un ensemble de programmes complémentaires pour répondre aux besoins de l'industrie et s'aligner sur des priorités nationales bien définies.

À titre d'exemple de cette approche, nous avons travaillé pendant plusieurs années avec des partenaires de l'industrie, du gouvernement et des universités sur des initiatives de développement de grappes technologiques dans plusieurs collectivités du Canada. Des efforts de ce genre pour créer des concentrations d'entreprises à fortes composantes technologiques dans des secteurs technologiques spécifiques peuvent fort bien déterminer le succès futur de l'industrie canadienne sur la scène mondiale.

Notre nouvelle stratégie, intitulée La science à l'oeuvre pour le Canada, établit les orientations que va prendre le CNRC pour faire une différence encore plus grande au cours des prochaines années. Nous allons contribuer à la capacité concurrentielle de l'industrie canadienne dans des secteurs clés et nous contribuerons à améliorer la viabilité économique des collectivités. Nous allons bonifier les conseils et l'aide en matière de technologie que nous dispensons aux jeunes et aux petites et moyennes entreprises. Nous allons augmenter le transfert de connaissances et de technologies créées par le CNRC aux entreprises qui sont en bonne posture pour capitaliser sur celles-ci. Grâce à   des programmes de R-D ciblés et des collaborations multidisciplinaires, nous allons nous attaquer à des questions persistantes dans le domaine de la santé et du mieux-être, de la protection de l'environnement et du développement de sources d'énergie propres et renouvelables. Et nous allons continuer d'avoir recours aux stratégies qui ont fait leurs preuves depuis longtemps pour renforcer le système d'innovation du Canada.

Notre objectif est de voir le Canada réussir en mettant des produits et des services innovants sur le marché. Nous sommes déterminés à contribuer à générer de la richesse et à améliorer le mieux-être des Canadiens. C'est cet engagement de mettre La science à l'oeuvre pour le Canada qui fait vraiment du CNRC une force unique dans le secteur de la S-T et de l'innovation au pays.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :