ARCHIVÉ - Guerre aux poux sur les bancs...

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 septembre 2006— Ottawa (Ontario)

... les bancs de poissons. La plupart d'entre nous associons les poux à des enfants qui se grattent la tête sur les bancs de l'école, mais les bancs sous-marins sont aussi harcelés par une autre sorte de poux. Les poux de mer sont de minuscules parasites qui se nourrissent à même le saumon, ce qui rend le poisson beaucoup plus vulnérable à la maladie et aux infections qui causent d'importantes pertes économiques pour les Canadiens. Les chercheurs du CNRC d'Halifax travaillent à prévenir et à contrôler ces épidémies, qui peuvent coûter jusqu'à 60 millions de dollars chaque année dans le monde.

Saumon affecté par des poux de mer
Saumon affecté par des poux de mer

Les poux de mer sont aussi connus sous le nom de poux du saumon, ou Lepeophtheirus salmonis. À l'Institut des biosciences marines du CNRC (IBM-CNRC), Neil Ross, directeur de la recherche, et Stewart Johnson, agent principal de recherche, et leur équipe étudient le fondement biochimique de l'interaction entre le saumon et le pou de mer. Pour rester vivants, les parasites ont besoin de s'établir et de se nourrir à partir d'organismes hôtes, mais ce faisant, ils sécrètent diverses substances chimiques, dont des protéines. L'équipe du CNRC examine de près de quelle façon les sécrétions des poux de mer interfèrent avec l'immunité du saumon à la maladie.

Que se passe-t-il lorsqu'il y a infestation de poux de mer?

Une fois qu'ils sont présents dans un élevage de saumon, des centaines ou des milliers de poux de mer s'accrochent à des poissons hôtes. Les poux de mer se nourrissent à même le saumon, ce qui affaiblit ce dernier et le rend encore plus vulnérable aux maladies. Dans son effort de survie, le saumon utilise presque toute son énergie pour se débarrasser de l'eau de mer, ce qui entrave sa croissance. Les éleveurs de saumon finissent par nourrir un poisson qui ne grandit pas, et les stocks de saumons malades perdent toute valeur et sont invendables de façon profitable.

À l'aide de méthodes empruntées à la génomique, à la protéomique et à la biochimie, les chercheurs du CNRC ont découvert que les poux de mer sécrètent certaines enzymes digestives dans le mucus du saumon. Ces enzymes aident les poux de mer à se nourrir, et ont comme conséquence de supprimer les réponses immunitaires du saumon. Cette réaction fait du tort aux stocks de saumon et aux élevages en rendant le poisson plus susceptible aux maladies. M. Ross et son équipe étudient également le rôle que jouent les protéines présentes dans le mucus du saumon dans la protection contre la maladie.

Même si les poux de mer peuvent être présents dans les stocks de poissons sauvages, c'est dans les élevages qu'on les trouve surtout en grand nombre. Et, si l'élevage du saumon est encore une industrie jeune, qui n'existe que depuis les années 1980, il n'en joue pas moins un rôle économique vital dans les régions Atlantique et Pacifique du Canada.

Pou de mer
Pou de mer

Pour tenter de minimiser les infestations de poux de mer et les pertes financières, certains éleveurs essaient de séparer les poissons jeunes, susceptibles, des générations plus matures et infectées. D'autres introduisent des drogues antiparasites coûteuses dans leur nourriture pour poissons. Cependant, M. Ross et ses collègues chercheurs de l'IBM-CNRC ont découvert une autre solution, plus respectueuse de l'environnement : ils ont breveté les gènes des protéines sécrétées par les poux de mer et identifié les candidats à un vaccin.

Leur recherche a mené au développement et à l'essai d'un vaccin contre les poux de mer qui offre un potentiel de mise en marché. Il a été développé avec Microtek International Ltd., un partenaire du secteur privé et client du PARI-CNRC, situé à l'installation de partenariat industriel du CNRC, à Halifax.

Pour éviter de nuire aux vaccins efficaces pour poissons qui sont déjà sur le marché et pour minimiser le nombre d'injections à administrer à chaque poisson, le nouveau vaccin doit être incorporé aux vaccins existants. Il doit aussi faire l'objet d'essais méticuleux dans les réservoirs et dans les cages de mer, et d'un suivi pour détecter les réactions négatives. Les chercheurs espèrent que le nouveau vaccin protégera les générations futures de stocks de saumon contre les ravages des poux de mer et qu'il réduira la dissémination potentielle des poux de mer dans les stocks de saumon sauvage. Et ce faisant, ils espèrent contribuer à minimiser les pertes économiques.

Ce projet de collaboration traitant des poux de mer réunit l'IBM-CNRC et Microtek International, avec un financement initial provenant d'une subvention du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et des partenaires stratégiques du CNRC, avec des collaborateurs du Atlantic Veterinary College de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, sous la direction de John Burka.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :