ARCHIVÉ - Une technologie développée au Canada... et qui souhaite rester au Canada

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 mars 2006— Ottawa (Ontario)

Le CNRC organise le premier atelier sur l'établissement d'installations intégrées pour un revêtement composite céramique-métal appliqué par projection d'oxygaz à haute vitesse (HVOF)

De la coutellerie en acier inoxydable aux prothèses pour les hanches et les genoux, le chrome fait maintenant partie de notre quotidien. Sous forme solide, le chrome est inoffensif, mais le chrome hexavalent — une variante associée au placage électrolytique au chrome pour protéger les composants de trains d'atterrissage contre l'usure et la corrosion — est cancérigène, et il est à l'origine d'une série de problèmes de santé.

Robuste, durable et performant, le nouveau revêtement composite céramique-métal appliqué de surface, issu de la technologie par projection d'oxygaz à haute vitesse (HVOF), constitue une innovation importante appelée à remplacer le chrome dans la fabrication des trains d'atterrissage. Produit nocif pour l'environnement et la santé publique, le chrome est aujourd'hui délaissé par l'industrie aérospatiale mondiale qui lui préfère la technologie HVOF.

Le nouveau procédé HVOF protège le train d'atterrissage des aéronefs contre l'usure et la corrosion.
Le nouveau procédé HVOF protège le train d'atterrissage des aéronefs contre l'usure et la corrosion.

Optimisée par le groupe Technologie de surface de l'Institut des matériaux industriels du CNRC à Boucherville et un groupe de recherche de l'Institut de recherche en aérospatial du CNRC d'Ottawa, cette technologie permet la fabrication de revêtements durs en utilisant la combustion à haute vélocité. Utilisée avec succès dans le cadre du programme nord-américain Hard Chrome Alternatives Team (HCAT), elle fait partie de toute une série de revêtements nouveaux et améliorés qui sont le fruit des activités de recherche et de développement de l'IMI-CNRC. Ces revêtements innovateurs permettent d'une part de protéger les équipements et les structures contre la dégradation des matériaux et d'autre part d'améliorer la productivité des procédés industriels.

Adoptée par les grands donneurs d'ordre du secteur de l'aérospatiale, cette innovation a séduit rapidement des fournisseurs américains. Les Canadiens, pour leur part, restent timides par rapport à l'implantation de cette technologie. Le CNRC entend changer les choses en organisant le 1er mars 2006 le premier Atelier sur l'établissement de installations intégrées de projection HVOF adaptée à l'industrie canadienne de l'aérospatiale spécialisée dans la fabrication de trains d'atterrissage.

L'intérêt y est : 35 sous-traitants du secteur ont répondu positivement à l'invitation de l'IMI-CNRC pour participer à cette journée consacrée à la technologie HVOF. Au programme, des présentations de la part des grands fabricants de trains d'atterrissage situés dans les régions de Montréal et de Toronto : Goodrich Aerospace, Heroux-Devtek et Messier Dowty, qui ont tous adopté cette technologie, mais qui pour le moment ne trouvent aucun fournisseur canadien en mesure de répondre à leurs besoins. Ils seront appuyés dans leurs plaidoyers par deux grands joueurs de l'industrie qui prendront également la parole à cet atelier, Boeing et Bombardier.

« En mettant sur pied cet atelier, le CNRC et Industrie Canada apportent une réelle occasion d'affaires aux entreprises sous-traitantes canadiennes spécialisées en placage ou autres traitements de surface, explique Jean-Gabriel Legoux, agent de recherche et l'un des organisateurs de cette journée. Aujourd'hui, les grands fabricants canadiens sous-traitent aux États-Unis, ce qui est compliqué, car cela augmente les délais de production et les risques liés aux fluctuations des devises. Le besoin est réel, la technologie existe, il reste à trouver les partenaires. Notre rôle, au CNRC, est d'accompagner les technologies que nous développons jusqu'à l'étape de leur mise en marché. C'est exactement ce que nous faisons avec cet atelier sur la projection HVOF. »

Le revêtement composite céramique-métal est appliqué par projection d' oxygaz à haute vitesse, un procédé de vaporisation thermique.
Le revêtement composite céramique-métal est appliqué par projection d' oxygaz à haute vitesse, un procédé de vaporisation thermique.

Les fabricants de l'industrie aérospatiale sont à la recherche d'un guichet unique ou d'un consortium d'entreprises qui peuvent leur fournir des services intégrés d'usinage, de projection HVOF, de meulage et polissage (superfinishing), d'électroplacage par cadmium (revêtement anti-corrosion), de peinture et d'inspection finale.

Cet atelier sera donc l'occasion idéale pour les entreprises présentes de penser alliances stratégiques. « Tous les partenaires seront réunis pour comprendre l'importance de ce nouveau marché, et notamment le volume potentiel de ventes, poursuit M. Legoux. C'est un nouveau créneau qui suscite énormément d'intérêt. Il est essentiel que les entreprises canadiennes soient sensibilisées à son existence et se mettent au travail pour aller chercher une part de ce marché en développement. Déjà, deux entreprises américaines qui sont en mesure de fournir ces services ont annoncé qu'ils ouvriraient des usines au Canada pour pouvoir mieux répondre aux exigences des grands fabricants mondiaux de trains d'atterrissage qui sont situés dans le corridor Montréal-Toronto. »

En réunissant les fabricants et leurs fournisseurs lors de ce premier atelier, le CNRC soutient l'industrie canadienne de l'aérospatiale en l'aidant à effectuer une transition nécessaire dictée par un marché au fort potentiel. De la conception d'une technologie innovatrice à l'appui de sa mise en marché, la boucle est bouclée, faisant du CNRC un acteur de taille dans la croissance d'un secteur important de l'économie canadienne.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :