ARCHIVÉ - La grappe en photonique à Ottawa -- Éclairant la voie pour l'économie du Canada au 21e siècle

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 mai 2006— Ottawa (Ontario)

Quelques-uns des plus grands leaders et penseurs de la planète ont livré quantité de réflexions impérissables traduisant combien il importe de coopérer pour réussir. Bill Gates a réduit les formidables réalisations de Microsoft à une simple recette de cuisine en déclarant que l'entreprise n'aurait jamais connu un tel succès si elle n'avait misé d'emblée sur le partenariat. Dans le cadre de sa mission visant à stimuler l'essor de grappes technologiques de calibre mondial un peu partout au Canada, le Conseil national de recherches a lui aussi hissé la collaboration locale et internationale au sommet d'une stratégie gagnante. La grappe en photonique d'Ottawa, réputée dans le monde entier, est un vibrant témoignage de la conviction du CNRC dans la puissance du partenariat.

Boîtes à gants et dépôt de vapeur chimique métallique-organique
Boîtes à gants et dépôt de vapeur chimique métallique-organique

Les racines de la grappe en photonique d'Ottawa se perdent dans une longue tradition d'entraide communautaire. Le CNRC en avait réuni les ferments dès la fin des années 1980, convainquant les représentants de Bell-Northern Research, des entreprises locales et des universités voisines à oeuvrer de concert sur des projets de recherche et de développement cruciaux. Vingt ans plus tard, le CNRC continue de resserrer ses liens avec ses partenaires des secteurs public et privé, au Canada comme à l'étranger, afin que notre pays demeure à la fine pointe de l'industrie de la photonique.

 
 
Grappes 101
 
 

« Grappe » est un terme que les économistes ont emprunté à la science pour décrire une agglomération d'entreprises novatrices toujours plus nombreuses autour d'un noyau d'installations de R-D. Une grappe technologique ne pourrait prospérer sans son intégration à la communauté – les chefs d'entreprise, les responsables de la R‑D, les administrations publiques et les milieux financiers doivent se rencontrer pour parler de leurs besoins et échanger des idées.

 
 

Les installations de recherche dont le CNRC a émaillé le Canada servent de plaques tournantes à des grappes technologiques dynamiques dans maints domaines scientifiques et techniques. C'est pourquoi Ottawa possède la grappe en photonique la plus énergique du Canada et l'une des cinq meilleures au monde.

 
 

Jusqu'à présent, la collaboration la plus digne de mention (et les journalistes ne le contesteront pas) est sans nul doute la décision, adoptée par le CNRC en 2002, de réunir l'Université Carleton, le gouvernement ontarien et le gouvernement du Canada afin de créer son Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques (CCFDP‑CNRC). Les 43 millions de dollars injectés dans l'aventure ont soutenu l'essor de la grappe en photonique d'Ottawa en permettant aux membres de l'industrie d'accéder à des services de commercialisation et de prototypage hors pair. Le Centre procure aux entreprises locales un avantage déterminant sur la concurrence étrangère et fait en sorte que leurs produits soient mis en marché plus rapidement. Au printemps 2006, le CNRC a d'ailleurs remporté le prix « Partenariat technologique de l'année » du Centre de recherche et d'innovation d'Ottawa (OCRI) pour avoir piloté la construction de ce centre de recherche de premier plan.

Les efforts déployés par le CNRC pour amorcer la croissance de la grappe en photonique d'Ottawa ne se sont toutefois pas limités à trouver la brique et le mortier du Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques. En effet, l'automne dernier, le CCFDP‑CNRC et l'Infotonics Technology Centre de l'État de New York concluaient une entente prouvant que l'union fait bien la force quand il s'agit de se mesurer à la concurrence internationale sur le marché de la photonique. L'entente canado-américaine donnera aux partenaires la chance d'identifier des domaines de coopération particuliers, qui sont habituellement la chasse gardée du secteur privé, notamment :

  1. proposer à la clientèle de chaque organisme des services de conception, de prototypage et de production pilote sans égal dans le monde;
  2. identifier les occasions où les installations, le personnel, l'équipement et l'expertise des organismes se complètent afin de mener à bien des projets communs;
  3. au besoin, s'échanger les coordonnées de leurs relations.

Plus près de nous, en novembre 2005, le CNRC a joué un rôle primordial dans la concrétisation de l'International Photonics Commercialization Alliance (IPCA), alliance nord-américaine qui établit des liens entre les organisations canadiennes et étasuniennes de photonique. L'IPCA est un organe central qui rattache les grappes technologiques, les entreprises et les centres de commercialisation des technologies en leur garantissant un leadership international et le soutien voulu, le temps que les technologies de photonique franchissent le processus de commercialisation. Fidèle à la vision du CNRC, qui est de bâtir et faire grandir des grappes d'innovation locales dans le Canada entier, cette alliance enrichira le milieu dans lequel entrepreneurs, investisseurs et chercheurs échangeront leurs idées.

Le CNRC n'est certes pas le premier à croire dans le pouvoir de la coopération, ni à y voir de la sagesse. Des millénaires avant lui, Platon affirmait que le tout est plus grand que la somme de ses parties. Si l'humanité n'avait eu foi dans cette philosophie, l'exploration de l'espace, le téléphone, l'Internet, les vaccins, voire la lotion solaire n'auraient jamais vu le jour. Tandis que le CNRC continue de repousser les limites de la coopération nationale et internationale, des communautés novatrices, de nouvelles entreprises, des emplois et des projets de recherche et de développement qui changeront notre vie à jamais voient eux aussi le jour partout au Canada.

La grappe en photonique d'Ottawa – rayonnement mondial, portée locale

En plus de satisfaire aux besoins de l'industrie en proposant des prototypes et des essais de production à échelle réduite, le CCFDP‑CNRC a souvent pour tâche de rendre les technologies et les investissements moins « risqués » pour les jeunes entreprises canadiennes.

  • Rien que l'an dernier, trois clients du CCFDP‑CNRC ont réussi à obtenir du capital de risque pour financer la mise en marché de produits prometteurs. Que cela signifie-t-il pour l'économie locale et la grappe d'Ottawa? À elles trois, ces entreprises ont engagé 24 employés et prévoient bientôt grossir encore leurs effectifs.

Les universités canadiennes ont accès aux installations de fabrication du CCFDP‑CNRC grâce à la coordination de CMC Microsystèmes, organisme sans but lucratif constitué en vertu d'une loi fédérale.

  • L'an dernier, les chercheurs des universités canadiennes ont bénéficié de 18 essais de prototypage.

Le CCFDP‑CNRC se veut aussi un centre d'apprentissage national. L'Université Carleton orchestre le volet de formation officiel au Centre et a pour responsabilité d'échafauder et d'exécuter la stratégie de formation et d'éducation du CCFDP‑CNRC.

  • Grâce à cela, six nouveaux programmes d'enseignement ont été lancés au Centre. Forte de ses compétences dans l'enseignement supérieur, l'Université Carleton concourt aux activités de recherche et de développement poursuivies au CCFDP‑CNRC avec des programmes de recherche misant sur la simulation, la conception, la fabrication et le testage de nouveaux dispositifs et systèmes de photonique.

Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :