ARCHIVÉ - Le CNRC noue des liens avec l'Amérique latine en santé

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 06 avril 2006— Ottawa (Ontario)

Photo d'un bébé qui reçoit un vaccin (crédit : Heber Biotec, Ingeniería Genética y Biotecnología)
Photo d'un bébé qui reçoit un vaccin (crédit : Heber Biotec, Ingeniería Genética y Biotecnología)

Le paludisme, la méningite, le choléra et la tuberculose – les systèmes de santé publics déjà malmenés doivent composer avec la réapparition de ces maladies. Aujourd'hui plus que jamais, la résolution de tels problèmes de santé, d'envergure réellement planétaire, exige un effort collectif : sciences de la vie, technologie, innovation et réglementation jouent un rôle capital dans l'implantation des bases qui nous aideront à réagir – pas seulement à l'intérieur d'un pays, mais au-delà de ses frontières.

Le Conseil national de recherches (CNRC) tenait récemment un atelier international de quatre jours ayant pour objectif d'améliorer le développement de vaccins pour l'être humain et les réseaux de vaccination internationaux. Des spécialistes en maladies infectieuses, des responsables de la réglementation et des gens d'affaires du Canada et d'Amérique latine se sont rencontrés pour l'occasion à Ottawa. Ils venaient du Brésil, du Chili, de Cuba, de Colombie et du Mexique pour s'entretenir avec leurs collègues et homologues du Canada. Les participants ont applaudi cette activité de réseautage, car elle leur a permis d'amorcer un dialogue international sur la création, la fabrication, la commercialisation et la distribution des vaccins. Les tables rondes ont aussi favorisé des pourparlers sur les partenariats en R‑D coopérative et des réseaux internationaux de vaccination combinés à une meilleure harmonisation des normes réglementaires.

Gabrielle Adams, directrice générale de l'Institut des sciences biologiques du CNRC (ISB‑CNRC), instigatrice de l'événement, animait un groupe de chercheurs, de représentants de l'industrie et d'experts en réglementation qui ont discuté des difficultés en la matière et réclamé un plus grand partage de l'information et de meilleures possibilités de partenariat entre le Canada et l'Amérique latine. Les membres du groupe ont suggéré qu'on organise plus de réunions de ce genre au niveau national ou à celui des institutions afin de multiplier les échanges entre scientifiques.

M. Vicente Verez Bencomo (Universidad de La Habana, Cuba), Mme Eleonora Altman (ISB-CNRC, Canada) et Mme Violeta Fernandez Santana (Universidad de La Habana, Cuba).
M. Vicente Verez Bencomo (Universidad de La Habana, Cuba), Mme Eleonora Altman (ISB-CNRC, Canada) et Mme Violeta Fernandez Santana (Universidad de La Habana, Cuba).

Plusieurs organismes du gouvernement et entreprises du Canada étaient représentées au forum, notamment l'ISB‑CNRC, qui l'avait organisé, et le Bureau des relations internationales du CNRC, Santé Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada, ImmunoVaccine Technologies, Variation Technologies et Sanofi Pasteur Ltd. De son côté, l'Amérique latine était représentée par les délégués de plusieurs organes gouvernementaux ou commerciaux, dont l'Instituto Butantán et Bio-Manguinhos du Brésil, l'Instituto Finlay, le Centro de Ingeniería Genética y Biotecnología, le Centro de Estudios de Antigenos Sinteticos et l'Universidad de la Habana de Cuba et l'Instituto Mexicano del Seguro Social et Birmex du Mexique.

Fidèles aux objectifs du symposium, les participants ont exposé de grands enjeux avant de les débattre. Face aux problèmes de commercialisation évoqués par les chercheurs d'Amérique latine, diverses personnes ont présenté des éléments de solution utiles et des modèles canadiens, parmi lesquels le Programme d'aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI‑CNRC). Les scientifiques des nations présentes ont souligné l'importance d'une aide financière substantielle et soutenue du gouvernement aux organismes de R‑D. Plusieurs ont appelé néanmoins à des mesures d'encouragement plus généreuses et à une participation accrue du secteur privé dans la commercialisation des découvertes.

Durant cette rencontre de grands intellects, les chercheurs du CNRC ont illustré leur savoir-faire dans la création et le mode d'administration de vaccins en présentant notamment leurs travaux sur les vaccins conjugués contre la méningite C, la technique de diagnostic Pentabody et l'administration de vaccins au moyen d'archéosomes.

Les participants ont rappelé que les nations doivent absolument partager l'information pour que les zones communes de la recherche sur les maladies infectieuses progressent plus rapidement. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a décrit son rôle dans une uniformisation plus étroite des processus de réglementation. Ses délégués ont souligné comment l'organisme veille à ce que les vaccins restent abordables et respectent les normes de qualité dans les Amériques.

Un des points saillants de cette semaine d'exposés sur la création de vaccins a sans nul doute été la présentation de Peter Singer, directeur du Joint Centre for Bioethics de l'Université de Toronto. Cet éminent chercheur en sciences de la vie a expliqué comment les progrès en génomique et en nanotechnologie pourraient engendrer un monde en meilleure santé. Il a aussi rappelé l'importance des activités de réseautage internationales comme le symposium, car elles favorisent la R‑D coopérative entre partenaires du monde entier.

M. Peter Singer (Université de Toronto).
M. Peter Singer (Université de Toronto).

Le forum sur la création de vaccins n'aurait pu voir le jour sans l'aide du Secrétariat canadien de la biotechnologie (SecCB) ni le dynamisme d'Eleonora Altman, du CNRC. Cette dernière a rapproché cultures et continents afin de mettre sur pied un programme de vaccination contre Helicobacter pylori en Amérique latine avec ses collègues du Chili, de Cuba et de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Le SecCB appuie les ministères et les organismes du gouvernement fédéral s'occupant de biotechnologie sur le plan des politiques et de la coordination dans le cadre de la Stratégie canadienne de la biotechnologie.

Organe de R‑D de renommée mondiale, le CNRC s'efforce de bâtir des ponts entre les nations grâce à des programmes de pointe en biotechnologie médicale. Les activités internationales de ce genre accéléreront le transfert des connaissances et conduiront à l'avènement plus rapide de vaccins novateurs qui résoudront les problèmes de santé d'envergure planétaire. La réussite de ces efforts concertés se soldera par une amélioration constante de la santé et du bien-être dans les pays en développement ainsi que par l'éradication des maladies infectieuses sur la planète.


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :