ARCHIVÉ - Le directeur de l'Institut de nanotechnologie accède à la Société royale

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 01 janvier 2003— Ottawa (Ontario)

 

La Société royale a récemment admis dans ses rangs le Dr Danial Wayner, directeur général par intérim de l'Institut national de nanotechnologie du Conseil national de recherches (INN-CNRC).

Cet insigne honneur survient quelques mois à peine après que le chimiste de 44 ans a été retenu pour piloter ce qui promet d'être un projet scientifique des plus palpitants et des plus ambitieux du Canada depuis des décennies : l'érection d'un institut national de nanotechnologie au coût de 120 millions de dollars.

Avant d'être choisi pour diriger l'Institut national de nanotechnologie du CNRC, le Dr Wayner a vu les travaux qu'il poursuivait à l'Institut Steacie des sciences moléculaires (ISSM-CNRC) d'Ottawa honorés en raison de leur apport majeur à l'électrochimie des radicaux organiques libres et de leur approche novatrice à la cinétique et à la thermochimie des radicaux neutres libres et des ions radicaux.

« Les travaux du Dr Wayner et ceux de ses collègues du CNRC contribuent de manière importante à faire du Canada l'un des pays les plus novateurs du monde. »
- Allan Rock, ministre de l'Industrie

« Dan Wayner est l'une des étoiles montantes du Canada. Son accession parmi les membres de la Société royale illustre bien la richesse de ses contributions à la science, à la technologie et à l'innovation canadiennes, ainsi que de ses travaux en nanotechnologie et dans les nanosciences. »
- Le Dr Arthur Carty, président du CNRC.

Le travail du Dr Wayner en électrochimie et ses recherches sur la calorimétrie photo-acoustique induite par laser ont considérablement accru le nombre d'énergies de dissociation de liaison sur lesquelles on peut se fier dans le monde et abouti au premier recensement complet du potentiel standard des radicaux. Le chimiste a aussi permis à la science de réaliser un grand pas en éclaircissant les principes fondamentaux du transfert des électrons et en nous aidant à concevoir de meilleures sondes chimiques pour les ions radicaux et les intermédiaires des radicaux alcoxyles. Depuis, les spécialistes de chimie physique organique et minérale du monde entier considèrent de telles sondes comme le test ultime pour ces intermédiaires.

Le Dr Wayner a même exploité ses connaissances et son savoir-faire en chimie physique organique pour apporter des modifications organiques à la surface des semi-conducteurs, un nouveau secteur de recherche sur lequel devraient s'appuyer les futures technologies dans les domaines de l'électronique moléculaire, des capteurs et des biopuces.

Société royale du Canada, L'Académie canadienne des arts, des sciences et des lettres est le principal organisme national regroupant d'éminents scientifiques, chercheurs et gens de lettres.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :