ARCHIVÉ - Le CNRC fait l'essai d'une technologie visant à améliorer l'orientation des pilotes par le toucher

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 03 novembre 2003— Ottawa (Ontario)

La désorientation spatiale constitue un véritable problème pour les pilotes et cause près de 10% des accidents d'avion mortels. L'Institut de recherche aérospatiale du CNRC applique contribue présentement son expertise en matière d'essais en vol pour l'évaluation d'un outil qui aiderait les pilotes à conserver leur orientation spatiale en l'absence de repères visuels.

Le capitaine Angus Rupert, directeur du Spatial Orientation Systems, U.S. Naval Aerospace Medical Research Laboratory, portant la veste utilisant le système tactile de perception de l'orientation (TSAS).L'Institut de recherche aérospatiale du Conseil national de recherches (IRA-CNRC) et R & D pour la défense Canada – Toronto (RDDC Toronto) évaluent présentement le système tactile de perception de l'orientation (TSAS) qui aide les pilotes à conserver leur orientation spatiale en l'absence de repères visuels. La technologie fait appel à des simulateurs tactiles insérés dans une veste de pilote pour fournir de l'information intuitive et continue sur l'orientation spatiale. D'après des essais initiaux menés ailleurs, le TSAS permettrait de réduire la charge de travail du pilote et d'améliorer la sécurité en vol en éliminant la nécessité, pour le pilote, de balayer visuellement les instruments lorsqu'il navigue dans des conditions de visibilité réduite.

L'hélicoptère de   recherche du IRA-CNRC, le Bell 212. L'IRA-CNRC effectue présentement des essais en vol du TSAS avec ses deux hélicoptères de recherche, un Bell 205 et un Bell 412. « Nous fournissons l'expertise en matière d'essais en vol dans des conditions de visibilité réduite et aidons la Marine américaine à intégrer la veste aux capteurs et aux systèmes de commande de l'hélicoptère. Nous collaborons aussi avec l'Institut à l'amélioration des algorithmes de tenue de la position du TSAS », a déclaré Sion Jennings, expert en interfaces pilote-véhicule de l'IRA-CNRC.

La désorientation spatiale constitue un véritable problème pour les pilotes. En effet, lorsqu'ils naviguent dans les nuages ou à la noirceur, ils peuvent perdre leur orientation parce que l'oreille interne et le sens du toucher (peau-muscles-jointures) fournissent de l'information erronée sur la direction dans laquelle se trouve le sol. Le seul moyen qu'ils ont pour déterminer leur orientation, c'est de regarder l'horizon ou les instruments de l'aéronef. Pendant les quelques secondes où le pilote éloigne son regard des instruments, il peut subir une désorientation spatiale et ainsi risquer de dériver l'aéronef de son vol horizontal pour subir un accident. Ce problème est accru par la venue des lunettes de vision nocturne et autres technologies nouvelles qui permettent aux pilotes de naviguer dans des conditions où une telle désorientation est le plus susceptible de se produire.

Dans le but d'améliorer cette situation, le capitaine Angus Rupert, directeur des systèmes d'orientation spatiale au Aerospace Medical Research Laboratory de la Marine américaine a mis au point le TSAS, qui fournit de l'information sur l'orientation par le biais du sens du toucher. Le système consiste en une matrice de stimulateurs tactiles cousus à l'avant, au dos et sur les côtés d'une veste de refroidissement de l'air initialement mise au point par RDDC pour les pilotes pendant la guerre du Golfe, en 1991. Ces stimulateurs tactiles produisent un stimulus qui fait le tour du torse dans la même direction que l'aéronef se déplace, fournissant aux pilotes une indication additionnelle sur leur position. Le système est intuitif, nécessitant une formation de quelques minutes seulement.

L'expérience en cours a été rendue possible grâce au Comité de coordination de la standardisation « Air » (ASCC), une organisation internationale qui aide les forces aériennes de ses pays membres à combattre l'ennemi côte-à-côte lors d'opérations conjointes et interarmées. « En collaborant, les ministères de la défense peuvent étirer leur budget de recherche. Ceci nous permet de développer le produit et d'améliorer les mesures de prévention de la désorientation spatiale pour tous les pays de l'ASCC », a dit le M. Bob Cheung, scientifique et spécialiste en désorientation spatiale à la Section des systèmes d'appui aérospatiaux de RDDC Toronto.

La technologie TSAS a aussi d'autres applications potentielles. Elle pourrait assurer une meilleure coordination des activités de l'équipage en leur fournissant simultanément la même information. Le système pourrait aussi faciliter le contrôle d'un aéronef dans des situations d'urgence comme, par exemple, en cas d'incendie dans la cabine, d'incapacité causée par les lasers, ou de défaillance des instruments. De plus, il pourrait aider les pilotes au sol à commander les véhicules aériens non habités (UAV).

Dans l'espace, le TSAS pourrait permettre aux astronautes de conserver leur orientation spatiale pendant les activités à l'extérieur des véhicules spatiaux en créant un point de référence artificiel pour le " bas " et, sur terre, il pourrait aider les personnes âgées à éviter les blessures causées par les chutes en leur fournissant une rétroaction sur leur équilibre pendant qu'elles marchent. Finalement, il pourrait permettre à l'industrie du divertissement de mettre au point des jeux vidéo encore meilleurs.


Liens suggérés :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :