ARCHIVÉ - Récipiendaire de la bourse Holmes

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 03 août 2003— Ottawa (Ontario)

Alison Allan est la récipiendaire pour 2003/2004 de la bourse H.L. Holmes servant à financer les études postdoctorales. Mme Allan recevra 90 700 $ par année pendant deux ans pour effectuer des recherches sur un important indicateur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein.

Le projet retenu

Dr. Alison Allan, récipiendaire de la bourse H.L. Holmes servant à financer les études postdoctorales.Récipiendaire de nombreuses bourses et prix, Mme Allan est titulaire d'un doctorat en sciences biomédicales de l'Université de Guelph, où elle a effectué ses études de premier cycle en biologie moléculaire et en génétique. Elle a de nombreuses publications à son actif. Elle est boursière postdoctorale au laboratoire de Mme Ann Chambers et M. Alan Tuck du London Regional Cancer Centre (LRCC) à London, Ontario. Affilié à l'Université Western Ontario et au London Health Sciences Centre, le LRCC est un établissement de traitement et de recherche de calibre mondial desservant 1,2 million de personnes dans le Sud-Ouest de l'Ontario.

« Mme Alison Allan est la récipiendaire toute désignée pour cette bourse », de déclarer Arthur Carty, président du CNRC », de déclarer le président du CNRC, Arthur Carty. « Je suis sûr qu'elle ira très loin dans son domaine et apportera une contribution importante à la mise au point de cibles thérapeutiques pour le cancer et l'élucidation des mécanismes biologiques de la métastase. »

Mme Allan examinera le rôle fonctionnel de la protéine ostéopontine (OPN), dans le cancer du sein et la métastase (dissémination des cellules cancéreuses à partir de leur siège principal et apparition de tumeurs secondaires éloignées de la source). Ces travaux contribueront à mieux faire comprendre le fonctionnement et les mécanismes moléculaires d'action de l'OPN dans la malignité du cancer du sein. Ces études compléteront des recherches cliniques en cours au LRCC qui ont permis d'identifier l'OPN comme un important indicateur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein. La recherche permettra à Mme Allan d'atteindre ses objectifs à long terme, qui sont d'intégrer les approches expérimentales et cliniques dans l'étude des mécanismes moléculaires du développement du cancer, en particulier ceux qui sont utiles pour l'identification de cibles diagnostiques et thérapeutiques possibles.


La Bourse

« J'essaie de donner à des Canadiens les meilleures chances possibles pour acquérir de l'expérience en recherche et pour se perfectionner professionnellement. Si un candidat a les capacités nécessaires pour obtenir un PhD dans une université de grande renommée telle que Harvard ou Princeton, etc., et aimerait passer une année de recherche postdoctorale à Cambridge ou à MIT, eh bien c'est ce candidat qui m'intéresserait. En second lieu, comme je l'ai déjà indiqué, je voudrais que le candidat puisse bénéficier des meilleures possibilités de formation et d'expérience. »

M. R.H.L. Holmes
le 12 avril 1984

La bourse H.L. Holmes a été créée par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) en l'honneur de feu R.H.L. Holmes, chimiste qui a passé une bonne partie de sa carrière en Alberta. Léguée par ce dernier au CNRC, en reconnaissance de ses efforts en vue de promouvoir l'excellence en recherche, cette bourse vise à améliorer la recherche au Canada en soutenant les études postdoctorales menées sous la direction de chercheurs de premier plan dans des écoles d'études supérieures ou des instituts de recherche de réputation mondiale. Chaque bourse financera un chercheur pendant une période d'une à deux années, selon les fonds disponibles et le projet de recherche, et peut atteindre 100 000 $ par année. La recherche doit être effectuée dans le domaine de la chimie, de la physique, de la biologie et des mathématiques appliquées aux sciences médicales et biologiques.

Sont admissibles à cette bourse tous les citoyens canadiens diplômés d'une université canadienne reconnue. Le candidat doit avoir démontré ses capacités en recherche et avoir obtenu son doctorat d'une université canadienne ou d'une université étrangère de haut calibre dans les cinq années précédant la demande. Les candidats sont évalués par le comité de sélection de la bourse H.L. Holmes sur la base des critères suivants : l'expérience démontrée en recherche du candidat, le mérite scientifique du projet de recherche, les évaluations faites par des personnes qui connaissent les travaux du candidat, ainsi que l'acceptation et l'appui de l'organisation d'accueil.

« La bourse H.L. Holmes rend service à la fois aux chercheurs canadiens et au Canada, » explique le M. Peter Hackett, Vice-Président Recherche au CNRC. " Les boursiers bénéficient de l'opportunité de travailler dans les laboratoires internationaux de haute renommée et le Canada bénéficie des nouvelles compétences et connaissances que ces derniers rapportent avec eux au pays lorsque leur projet est terminé. »


Anciens récipiendaires

2009 — Bryan Davies, Récipiendaire de la bourse Holmes

2007 — Jennifer Estall, Récipiendaire de la bourse Holmes

2005 — M. Cowan, boursier postdoctora à l'Université de Toronto

Mme Allan est la troisième , les deux autres étant Suzanne Demczuk en 1997 et Carol Dallaire en 1994.

Mme Suzanne Demczuk, boursière postdoctorale à l'Hôpital de Montréal pour enfants, a reçu la somme de 200 000 $ pour un projet de recherche de deux ans sur les origines des microdélétions dans le chromosome 22 humain. Au nombre des signes et symptômes associés à ce problème figurent une malformation cardiaque caractérisée par de faibles taux de calcium dans le sang, des infections fréquentes durant l'enfance, une fissure palatine et d'autres malformations faciales. Cette recherche a été effectuée au Laboratoire de génétique endocrinienne de l'Hôpital de Montréal pour enfants sous la direction de Constantin Polychronakos. Mme Demczuk est titulaire d'un doctorat en génétique moléculaire, d'une maîtrise ès sciences en cytogénétique et d'un baccalauréat ès sciences en génétique humaine de l'Université McGill. Avant d'être boursière à l'Hôpital pour enfants de Montréal, Mme Demczuk a effectué des recherches postdoctorales à l'Institut Curie de Paris.

La bourse Holmes a été décernée pour la première fois au M. Carol Dallaire, boursier postdoctoral en chimie synthétique et supramoléculaire à l'Université du Texas, qui a reçu 180 000 $ pour deux ans afin de mener à bien deux nouveaux projets à l'Institut Steacie des sciences moléculaires (ISSM-CNRC) du CNRC. En étroite collaboration avec G. Burton, P. Arya, W.K. Surewicz et J.A. Ripmeester de l'ISSM-CNRC, il a travaillé sur un projet interdisciplinaires et inter-instituts sur la lutte contre le cancer (ß-carotène) ainsi que sur un projet portant sur les matériaux supramoléculaires, biomimétiques de l'ISSM-CNRC. Le M. Dallaire a obtenu un doctorat en chimie organique et organométallique à l'Université McMaster, une maîtrise ès sciences en chimie organique et un baccalauréat ès sciences en chimie à l'Université de Sherbrooke. Avant d'aller travailler à l'Université du Texas, le M. Dallaire a également effectué des recherches postdoctorales sous la direction du Prix Nobel et professeur Jean-Marie Lehn à l'Université Louis Pasteur à Strasbourg.

Renseignez-vous davantage sur La bourse H.L. Holmes pour recherches postdoctorales.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :