ARCHIVÉ - Les ingénieurs du CNRC concourent au rayonnement des sciences

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 03 avril 2003— Ottawa (Ontario)

Des ingénieurs de l'Institut de recherche en construction du CNRC pèsent le TAP de l'équipe Eggs on Target de l'école Churchill Alternative.Le CNRC a récemment clôturé la troisième mouture du défi qu'il lance annuellement aux étudiants pour souligner la Semaine nationale du génie (du 1er au 9 mars). Plus de 580 élèves de 5e et de 6e année de la région d'Ottawa avaient accepté de relever le Défi. L'événement leur donne l'occasion unique de s'attaquer à un problème technique en équipe et de le résoudre avec l'aide d'ingénieurs bénévoles. « En voyant les étudiants avancer des idées et passer par le processus d'expérimentation qui les a parfois obligés à tout reprendre à zéro, on se dit qu'il faut garder l'esprit ouvert et ne rien écarter d'emblée. Cela donne du poids au danger des idées préconçues », a commenté Guy Felio, conseiller spécial auprès du vice-président, Soutien technologique et industriel.

L'équipe gagnante de la session du matin, l'équipe Freezex, en compagnie de MM. Gilles Bourret (gauche) du groupe ADGA et Bill Wallace du CNRC (droite)

Cette année, l'entreprise consistait à construire un système d'avitaillement polaire (SAP) capable de ravitailler une expédition dans l'Arctique. Chaque groupe devait bâtir un véhicule en mesure de transporter et de protéger sa cargaison (un oeuf cru) lors de son largage d'une plateforme située à 1,75 mètre du sol. Le SAP devait déposer l'oeuf le plus près de la cible, sur le sol, sans le casser. On a également évalué la créativité et l'inventivité avec lesquelles le produit était présenté.

Harry Baker, agent d'évaluation à l'Institut de recherche en construction du CNRC (IRC-CNRC), l'un des ingénieurs bénévoles, a noté qu'au début, les élèves avaient beaucoup de mal à adopter une approche méthodique au problème. Ils ne voyaient pas l'utilité de tracer un plan ni de réfléchir à la façon d'utiliser les matériaux, par exemple. « La plupart voulaient construire l'appareil sur-le-champ », a-t-il expliqué. Mais les équipes ont fini par progresser dans la conception de leur appareil. « Beaucoup étaient fières d'avoir trouvé un concept réalisable et d'avoir construit leur SAP. Une d'elles a commencé avec un SAP carré qui n'arrivait pas à franchir la plateforme, si bien qu'elle a dû le modifier pour lui donner une forme cylindrique.. Une autre a éprouvé de la difficulté avec les essieux et les roues, et été contrainte d'apporter des changements à son modèle jusqu'à la dernière minute. »

Un ingénieur de l'Institut de recherche en construction du CNRC teste le TAP conçu par l'équipe Smiles de l'école Elmdale.

Son collègue, David Dudzinski, agent de recherche à l'Institut de recherche aérospatiale du CNRC, qui participait également au Défi, a lui aussi observé cette évolution. « Dans la majorité des cas, le modèle final était différent de ce que les élèves avaient proposé au départ. Les équipes paraissaient aussi avoir plus de cohésion qu'au début. », a-t-il déclaré.

Le Défi gravite autour de grands thèmes telles la créativité, l'innovation et la résolution de problèmes. Comme l'a si bien dit M. Dudzinski, « de par sa nature même, la recherche exige qu'on soit créatif, qu'on innove et qu'on résolve des problèmes, et le CNRC doit son existence à la recherche. À mon avis, il est impossible d'inculquer la créativité et l'esprit d'innovation. Ces qualités doivent être alimentées par des programmes comme le Défi en génie. »

Les ingénieurs du Conseil ont avancé plusieurs suggestions pour l'an prochain, entre autres donner au Défi une envergure pan-canadienne, concevoir une catapulte qui lancerait un oeuf ou construire un pont en pâtes alimentaires, avec de la colle blanche et du fil à coudre ordinaire.

Le CNRC remercie ses partenaires pour avoir contribué au rayonnement de la science et fait du Défi un succès, en l'occurrence le Musée des sciences et de la technologie du Canada, la section d'Ottawa des Professional Engineers of Ontario, le groupe AGDA, le Conseil des écoles catholiques d'Ottawa-Carleton et l'Association des étudiants en génie de l'Université Carleton.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :