ARCHIVÉ - Le Canada et la France collaborent à la recherche sur les dispositifs électroniques de la prochaine génération

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 03 août 2003— Ottawa (Ontario)

De concert avec leurs collègues du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) français, les chercheurs du CNRC se lancent dans la conception d'appareils électroniques et de réseaux de transmission des données sans silicium. L'usage de matériaux organiques et de polymères débouchera sur un affichage et un transfert plus rapides, souples et rentables des données.

La collaboration entre le CNRC et le CNRS rassemble des experts en chimie pure et en chimie des matériaux, en optique physique, en physique des appareils et dans la technologie de fabrication des appareils en question. Les chercheurs de l'Institut des sciences des microstructures, de l'Institut Steacie des sciences moléculaires et de l'Institut de technologie des procédés chimiques et de l'environnement du CNRC engageront leur savoir-faire dans l'aventure. Le CNRC passant à de nouveaux domaines de recherche d'importance stratégique, les équipes multidisciplinaires, composées d'éléments de ses 18 instituts, deviennent de plus en plus la norme.

À l'heure actuelle, le fonctionnement des appareils électroniques et du matériel de télécommunication repose sur des matériaux inorganiques tels le silicium et le germanium, deux minéraux difficiles et onéreux à traiter. Les fortes pressions en vue d'une circulation plus rapide et plus fluide de l'information requièrent des changements à ce niveau. Bien que les fabricants ne ménagent pas leurs efforts, l'industrie approche rapidement de la limite matérielle et économique des technologies s'appuyant sur les composés inorganiques.

Un nouveau secteur de recherche, fort prometteur, concerne l'usage de nouveaux matériaux comme les composés organiques et les polymères, molécules qu'on peut littéralement modeler à son gré afin d'optimiser les principales propriétés associées au traitement et au transfert des données comme le transport de charges et l'électroluminescence. On a déjà accompli des progrès importants en intégrant des diodes organiques électroluminescentes (OLED) aux systèmes d'affichage des ordinateurs. Ces dispositifs s'allument quand une charge électrique les traverse, d'où la moins grande consommation d'énergie et l'emploi d'écrans plus plats et plus polyvalents, puisque l'éclairage en arrière-plan devient inutile. Systèmes d'affichage mis à part, cette nouvelle technologie présente d'excitantes possibilités quant à un meilleur rendement des réseaux de transmission des données par la création d'appareils d'optoélectronique organiques tels les semi-conducteurs organiques.

Avec leurs homologues du CNRS, les chercheurs du CNRC s'attaqueront aux divers aspects indispensables au succès commercial des dispositifs organiques. Un des points capitaux que l'équipe abordera se rapporte à l'étude minutieuse et à la fabrication éventuelle de nouveaux et meilleurs matériaux polymériques ou organiques électroluminescents.

L'équipe du CNRC s'efforcera aussi de perfectionner les techniques de conditionnement en vue d'une production fiable et peu coûteuse de dispositifs polymériques-organiques à couches multiples. L'un des grands avantages des matériaux de ce genre est que les dispositifs voient le jour grâce à des procédés de fabrication d'une souplesse extrême, l'impression par jet d'encre ou la lithographie douce, par exemple. Il s'agit d'une nette amélioration par rapport aux méthodes usuelles de fabrication faisant appel aux matériaux inorganiques. Enfin, l'équipe tentera de mettre au point des matériaux et des dispositifs organiques pour l'industrie des télécommunications.

Ce projet s'inscrit dans un protocole d'entente plus ambitieux entre le CNRC et le CNRS. En vertu de cette entente, les deux organismes débloqueront des fonds pour des projets conjoints. Dix instituts du CNRC poursuivent présentement 13 projets dans le cadre du protocole d'entente, reconduit en 2001. L'entente originale entre les deux organismes remonte à 1971.


Pour en savoir plus sur les instituts du CNRC qui participent à ce protocole d'entente :


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :