ARCHIVÉ - Une vision canadienne de l'astronomie et de l'astrophysique internationales

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le 01 février 2003— Ottawa (Ontario)

 

Le président du CNRC, M. Arthur Carty, a reçu un accueil favorable des astronomes de plusieurs pays, qui étaient réunis à Seattle (État de Washington) le mois dernier, à l'occasion de la 201e assemblée de l'American Astronomical Society (AAS). Durant son allocution, M. Carty, invité à titre de conférencier principal durant la séance d'élaboration des politiques à laquelle assistent des milliers de scientifiques venus de tous les coins d'Amérique du Nord et d'ailleurs, a préconisé l'élaboration d'un plan mondial en astronomie au cours de la prochaine décennie.

« Je crois que l'élaboration et la mise en oeuvre d'un plan de collaboration mondiale en astronomie permettraient de mettre en commun des forces créatrices jusqu'ici inexploitées, qui pourraient changer notre manière de voir le monde », a déclaré M. Carty.

Chaque domaine de la science repose sur la collaboration internationale; cependant, l'astronomie offre une voie de coopération unique, tant pour l'examen des profonds mystères de notre Univers qui semblent insolubles que pour la mise sur pied de nouvelles installations devant servir à les étudier. La collaboration internationale en astronomie a ouvert la voie à une nouvelle génération d'installations internationales d'observation, autant sur la Terre avec les télescopes Gemini qu'en orbite (satellite Explorer pour l'observation dans l'ultraviolet lointain). Or le Canada et le CNRC ont joué un rôle prépondérant dans bon nombre de ces initiatives.

« Malgré sa petite taille, notre pays a fait sa marque dans le domaine de l'astronomie et des technologies qui la sous?tendent. Notre pays est fermement engagé à participer aux effets de collaboration internationale et il a su démontrer sa détermination à respecter ses engagements à long terme », a ajouté M. Carty.

Parmi les récentes contributions de l'Institut Herzberg d'astrophysique du CNRC (IHA-CNRC), mentionnons la mise au point du système d'optique adaptative pour le Télescope Canada-France-Hawaii. L'IHA?CRNC a aussi dirigé une équipe internationale de recherche qui a participé à la conception et à la construction du prestigieux spectrographe multi-objets Gemini, qui a capté la première image lumineuse de ce qu'on appelle la " galaxie spirale parfaite ", dans la constellation des Poissons. Ces projets témoignent bien de l'engagement du CNRC en matière de collaboration internationale.

Qui plus est, la collaboration internationale en astronomie procure des avantages économiques substantiels. Non seulement l'astronomie et l'astrophysique sont?elles devenues des industries majeures au sein desquelles le Canada occupe une place de premier plan, mais les technologies utilisées dans ces domaines ont également eu d'importantes retombées ailleurs. Ainsi, la recherche a créé divers débouchés commerciaux, notamment dans les domaines de l'ingénierie des structures novatrices (gros télescopes, enceintes, antennes), de la gestion, de l'archivage et de l'exploration des données, des revêtements optiques et des instruments de précision (en astronomie et ophtalmologie).

Les travaux préparatoires menés à ce jour ont ouvert la voie à une nouvelle ère dans le domaine de la recherche en astronomie, qui se distingue par la mise sur pied de nouvelles installations majeures, souvent désignées " observatoires mondiaux ". L'élaboration d'un plan mondial à long terme, qui examinerait les possibilités dans ce domaine, semble donc être la suite logique de ce processus de collaboration internationale au sein duquel le CNRC joue un rôle prépondérant.

Le CNRC collabore avec un grand nombre d'organismes internationaux, qui appartiennent à des disciplines fort variées. En 2001?2002, par exemple, le CNRC a participé à plus de 350 ententes officielles de collaboration internationale d'une valeur totalisant 146 millions de dollars, avec des centaines de partenaires issus des secteurs public, privé et universitaire.

Pour en savoir plus sur les travaux du CRNC en astronomie.

Amas globulaire, Messier 5. Les centaines de milliers d'étoiles de cet amas sont retenues par l'attraction gravitationnelle qu'elles exercent les unes sur les autres. Les amas de ce type sont les plus vieux objets dont on peut mesurer l'âge avec une certaine précision.

La présidente de la Société canadienne d´astronomie, Mme Gretchen Harris, appuie vivement cette vision mondiale de l´astronomie préconisée par M. Carty et elle estime que le Canada pourrait y jouer un rôle prépondérant.
« De fait, les astronomes canadiens ont déjà su se tailler une place de premier plan, tant sur la scène nationale qu´internationale, dans la poursuite d´un plan à long terme pour l´astronomie et autres activités connexes », a-t-elle déclaré.


Renseignements : Relations avec les médias
Conseil national de recherches Canada
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :