Mariage entre l'art et la science

Ken Tapping, le 19 septembre 2017

Dans le ciel, cette semaine…

  • Le 22 septembre, à 15 h 02 (heure de l’Est) /12 h 02 (heure du Pacifique), le Soleil croisera l'équateur céleste en plongeant dans l’hémisphère Sud, ce qui marquera l'équinoxe d'automne.
  • Saturne est bas à l’horizon au sud-ouest.
  • Vénus se lève et brille intensément à l’aube, tandis que Mars et Mercure se fondent dans les lueurs du lever.
  • La Lune sera nouvelle le 19.

L’Observatoire royal de Greenwich a été fondé en 1675, sous l’ordre du roi Charles II, pour aider la navigation. Il a été érigé sur le méridien d’origine (la longitude zéro) qui correspond à l’heure de Greenwich (aujourd’hui, le temps universel). John Flamsteed a été le premier astronome royal chargé de l’Observatoire. L’une de ses tâches a consisté à établir des cartes stellaires précises pour la navigation maritime.

Avec le temps, les limites de Londres se sont étendues et la ville a fini par engloutir l’Observatoire. Les problèmes de pollution lumineuse causés par cette croissance ont nui aux observations et mené à la fermeture de la vénérable institution. Du haut de sa colline surplombant la Tamise, l’Observatoire royal de Greenwich a alors été converti en musée.

L’un des joyaux de la collection du musée est l’Atlas Coelestis de Flamsteed, une carte aussi magnifique que précise. Ce qui frappe le visiteur, outre l’emplacement exact des étoiles sur la carte, est le bestiaire de créatures mythiques qui représentent les constellations. Non seulement le document est un objet scientifique de valeur, mais il est aussi une œuvre d’art en soi.

En plus des instruments originaux de l’Observatoire, la collection du musée referme des instruments anciens provenant de partout dans le monde, dont plusieurs exhibent le même souci pour la science et l’esthétisme. Ces instruments fabriqués en laiton et en ébène sont impeccablement polis. Les échelles et les graduations des instruments de mesure sont ornées de représentations de personnages mythiques propres à l’astronomie. Les artisans qui les ont fabriqués avaient autant le souci de l’esthétisme que du rendement scientifique.

Dans la Grèce antique, les arts et les sciences étaient placés sous les auspices des Muses, les neuf filles de Zeus : Calliope présidait à la poésie épique; Clio, à l’histoire; Euterpe, à la musique et à la poésie lyrique; Érato, à la poésie amoureuse; Melpomène, à la tragédie; Polymnie, aux hymnes et à la poésie sacrée; Terpsichore, à la danse; Thalie, à la comédie et Uranie, à l’astronomie. En plus de témoigner de leur amour pour la poésie, cette liste montre que les Grecs anciens assimilaient l’astronomie à un art de création.

À notre époque, les ressources servent essentiellement à maximiser le rendement scientifique, les considérations esthétiques venant loin derrière, même si la recherche de beauté peut constituer un puissant outil scientifique. Il y a quelques années, une conférence donnée par une astrophysicienne à notre observatoire a été une révélation. Elle a présenté une sélection d’images prises par le télescope spatial Hubble lors de différentes campagnes. Les images originales étaient saisissantes, mais après le traitement qu’elle leur a fait subir, elles sont devenues de véritables œuvres d’art. Pourtant, elle a tout simplement retourné et rogné les images pour créer des compositions artistiques. Dans le cas des images colorées, le choix de la palette fait foi de tout. Avec les bons accents chromatiques, les images deviennent non seulement plus faciles à interpréter, mais leur potentiel scientifique ressort mieux.

L’art a toujours été un prisme pour appréhender le monde qui nous entoure. Ceux qui nous ont précédés dans l’histoire l’ont bien démontré en faisant place à l’expression artistique dans la recherche de l’utilité. Stonehenge aurait pu tout aussi bien se résumer à une série de pierres ou de pieux disposés en cercle, mais ceux qui ont construit le monument ont érigé l’équivalent antique d’une cathédrale. Même de nos jours, alors que l’utilitarisme prime dans la conception des instruments scientifiques, l’art réussit à s’infiltrer, comme le prouvent les photos d'antennes de radiotélescopes disposées de manière géométrique dans le désert, de télescopes trônant majestueusement devant la Voie lactée en arrière-plan, sans oublier les dômes d’observatoire perchés au sommet de montagne, rendus rutilants par le coucher du Soleil.

Ken Tapping est astronome à l'Observatoire fédéral de radioastrophysique du Conseil national de recherches du Canada, à Penticton (C.-B.) V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
Télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :