Formation d’une planète - 2016

Ken Tapping, Le 10 août 2016

Dans le ciel cette semaine…

  • Mars et Saturne apparaissent bas à l’horizon après la tombée de la nuit.
  • Mars est la plus brillante et Saturne se trouve à sa gauche.
  • Lune sera nouvelle le 2 août et entrera dans son premier quartier le 10.

Les 12 et 13 août prochains, la Terre franchira une autre étape de sa formation. Elle plongera alors dans un nuage de débris cosmiques : ce sera la cuvée des Perséides de 2016. Après cette traversée, notre planète sera un peu plus massive.

La Terre, le Soleil et toutes les autres planètes du système solaire se sont formés il y a quelque 4 500 millions d’années à partir d’un nuage de gaz et de poussières qui s’est effondré sur lui-même. Les petites particules à l’intérieur du nuage se sont agglutinées à d’autres, devenant toujours plus grosses. Un des amas ainsi formés, le plus volumineux, a donné naissance au Soleil. Les autres ont formé les planètes et les autres corps célestes de notre système planétaire. Encore aujourd’hui, le processus se poursuit, mais à un rythme beaucoup plus modeste. Les nombreux objets en orbite autour du Soleil entrent parfois en collision avec les planètes et continuent à leur croissance.

Aux confins du Système solaire subsiste un réservoir contenant des millions de roches et d’amas de glace et de poussières, dont certains font plusieurs kilomètres de diamètre. Il arrive que ces objets, par suite d’une collision ou d’un autre phénomène, dévient de leur orbite et prennent une nouvelle trajectoire qui les conduit au cœur du système intérieur. Plus ils s’approchent du Soleil, plus la température s’élève, ce qui fait fondre la glace et évaporer les matériaux volatils. Les jets de vapeur qui s’échappent propulsent la poussière dans l’espace. Sous l’effet du vent solaire et des radiations, la matière libérée forme de longs cordons spectaculaires – la queue des comètes. Chaque fois que l’un de ces objets déroutés passe à proximité du Soleil, il perd un peu de sa substance et sème des débris de plus en plus nombreux sur sa trajectoire. Il existe de nombreuses comètes dans le système solaire, à différentes étapes de leur désintégration. La comète à l’origine des Perséides est la comète Swift-Tuttle, du nom des auteurs de sa découverte en 1862. Son orbite est littéralement jonchée de débris qui filent à quelque 60 km/s. Chaque année en août, la Terre plonge dans ces débris à sa propre vitesse orbitale, soit 30 km/s. Nous traverserons la partie la plus dense de ce champ les 12 et 13 août prochains.

La plupart des débris sont minuscules, si bien qu’ils s’évaporent lorsqu’ils pénètrent à grande vitesse dans l’atmosphère terrestre. En se désintégrant, ils produisent un bref éclair de lumière dans le ciel, que l’on appelle souvent « étoile filante ». Évidemment, les étoiles sont de toute autre nature, et une collision avec une étoile serait catastrophique pour notre planète et annihilerait la vie sur Terre. On doit plutôt utiliser le terme « météores » pour décrire ces phénomènes lumineux. Ce qui subsiste de la météorite tombe au sol sous forme de particules microscopiques qui s’ajoutent à la masse terrestre. Certaines météorites contiennent du fer que l’on peut récupérer au moyen d’un aimant puissant fixé à une perche ou au toit d’un bâtiment. Il faut un microscope pour voir les débris ainsi capturés.

Les Perséides semblent provenir du nord-est, de la constellation de Persée plus précisément, d’où le nom qu’on leur a donné. Elles sont visibles à l’œil nu; il suffit de disposer d’une vue dégagée vers leur point d’origine et que le ciel soit sombre, à l’abri de la pollution lumineuse. Munissez-vous d’une couverture pour vos observations, car les nuits peuvent être fraîches en août, surtout lorsque l’on veille pendant longtemps sans bouger.

On peut aussi entendre les météorites tomber à la radio. Syntonisez une station de la bande FM que vous ne captez pas normalement. Vous pourrez entendre sporadiquement des petits pics dans le signal, qui sont l’écho du météore. Habituellement, cela se traduit par un sursaut, mais parfois l’impulsion peut durer une trentaine de secondes. Cette technique d’observation fonctionne par tous les temps, le jour comme la nuit. Dans le sud de la Colombie-Britannique, la station Sunny 102.3 FM, de Modesto, en Californie se prête bien à cet exercice de détection.

Chaque année, la Terre traverse plusieurs champs de météorites de toutes les tailles. Elle se fait aussi bombarder par des météorites solitaires qui peuvent frapper en tout temps. On peut donc en voir à longueur d’année, si le temps le permet, ou opter pour la technique de détection radio. Les 12 et 13 août, ainsi que la veille et le lendemain, assurez-vous tout de même de guetter le firmament pour ne pas rater le spectacle. Pensez aussi à ajouter une nouvelle station à la liste de sélection de votre radio d’auto, vous pourriez faire des découvertes.

Ken Tapping est astronome à l'Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches du Canada, à Penticton (C.-B.) V2A 6J9.

Tél. : 250-497-2300
Téléc. : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :