Solstice d'hiver 2014

Ken Tapping, le 17 décembre 2014

Dans le ciel cette semaine…

  • Jupiter se lève vers minuit.
  • Mars est très bas à l’horizon à la fin du jour. Mercure rase l’horizon à l’aurore.
  • Nouvelle Lune le 22 décembre.

Le 21 décembre à heure 18 h 03, heure avancée de l'Est (15 h 03, heure avancée du Pacifique), le Soleil atteindra le point le plus au sud de son périple annuel. Cet évènement astronomique appelé solstice d'hiver correspond au jour le plus court de l'année. À partir de ce moment, les jours s'allongent, tout doucement au début et de plus en plus rapidement par la suite.

Depuis l'avènement du chauffage central, de l'éclairage artificiel et des importations de denrées de pays étrangers, le solstice d'hiver a perdu la signification qu'il avait pour nos ancêtres. Pour eux, le fait de savoir que les jours allaient s'allonger et que la chaleur serait de retour était très important. Ce moment donnait donc lieu à des célébrations et à des cérémonies pour inciter le Soleil à revenir chauffer les latitudes nordiques et raviver l'espoir de son retour. Chez les Romains, les Saturnales soulignaient le solstice d'hiver. La montée du Christianisme en Europe a découragé les fêtes païennes, mais devant la grande popularité de celles entourant le solstice d'hiver, le nouveau culte s'est approprié les célébrations en les consacrant à la naissance de Jésus. Les modifications apportées ultérieurement au calendrier ont eu pour effet de décaler la fête de quelques jours après le solstice, à la date que nous connaissons aujourd'hui en Occident.

Les saisons, tout comme les équinoxes du printemps et de l'automne et les solstices d'hiver et d'été qui les séparent, sont causées par l'orientation de l'axe de rotation de la Terre. Cet axe est une droite imaginaire qui traverse la Terre par les pôles, nord et sud, et qui se continue dans l'espace. Imaginez une orange percée en son centre par une aiguille à tricoter. L'axe terrestre pointe vers Polaris, l'étoile Polaire. Sur l'orbite que la Terre effectue en un an autour du Soleil se trouve un point où l'hémisphère nord fait directement face à l'astre : c'est le solstice d'été, qui tombe aux environs du 21 juin. Six mois plus tard, la Terre se trouve de l'autre côté du Soleil, l'hémisphère nord est alors incliné dans l'autre direction : c'est le solstice d'été, autour du 21 décembre. À mi-chemin exactement de ces deux points, l'inclinaison de la Terre est neutre par rapport au Soleil, ce sont les équinoxes du printemps et de l'automne, autour du 21 mars et du 21 septembre, respectivement. La Terre sur son orbite alterne progressivement entre les deux solstices chaque année.

Lorsque l'axe de la Terre est incliné vers le Soleil, celui-ci se trouve haut dans le ciel et demeure au-dessus de l'horizon plus longtemps, ce qui nous donne des jours chauds et plus longs. Lorsque l'axe pointe dans la direction contraire, le Soleil est plus bas dans le ciel et les jours sont plus courts. Proche de l'équateur, la durée du jour varie peu au cours de l'année. Toutefois, plus on s'éloigne vers les pôles, plus la différence entre l'été et l'hiver est grande. À proximité des pôles, soit au-dessus des cercles polaires arctique et antarctique, il y a des périodes durant l'été où le Soleil ne se couche pas du tout et des périodes durant l'hiver où il ne se lève pas.

Si vous avez déjà joué avec une toupie, vous savez qu'il est pratiquement impossible de l'empêcher d'osciller. Son axe finit pratiquement toujours par tracer un cercle, mais beaucoup plus lentement que la vitesse de rotation du jouet. Ce mouvement appelé « précession » est aussi le propre de l'axe terrestre. L'axe de la Terre accomplit un tour complet en environ 26 000 ans. Dans quelques milliers d'années, il ne pointera plus vers Polaris, car le phénomène de précession a pour effet de faire constamment glisser les points de solstice et d'équinoxe. Lorsque les Anciens ont créé le zodiaque, le premier signe devait correspondre à la constellation qui apparaissait derrière le Soleil à l'équinoxe de printemps. À l'origine, c'était la constellation du Bélier, mais aujourd'hui, c'est celle des Poissons. Dans environ 23 000 ans, ce sera de nouveau le Bélier.

Ken Tapping est astronome à l'Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches du Canada, à Penticton (C.-B.) V2A 6J9.

Tél. : 250-497-2300
Téléc. : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :