Une éclipse pour insomniaques

Ken Tapping, le 8 octobre 2014

Dans le ciel cette semaine…

  • Jupiter se lève à l'aube.
  • Saturne et Mars se tiennent en ensemble au ras de l'horizon au crépuscule.
  • La Lune sera pleine le 8 octobre.

Une éclipse lunaire totale se produira à l'aube, le 8 octobre. Évidemment, l'heure convient mal aux travailleurs, mais il s'agit tout de même d'un phénomène spectaculaire.

Lorsque le Soleil, la Terre et la Lune se trouvent à peu près dans le même axe, dans cet ordre, la Lune est éclairée sur toute sa face par le Soleil qui se trouve alors derrière la Terre. Il arrive toutefois que les trois corps soient en conjonction plus étroite, si bien que la Lune se trouve dans l'ombre de la Terre, ou l'inverse, la Terre dans l'ombre de la Lune. Le 8 octobre, la Lune passera dans l'ombre de la Terre, produisant une éclipse lunaire. Comme la lumière du Soleil sera bloquée par la Terre, la Lune, disque sombre sur un fond noir, disparaîtra plus ou moins. Une partie des rayons du Soleil seront toutefois réfractés vers la Lune par l'atmosphère terrestre. La Lune sera donc encore visible, mais beaucoup moins lumineuse qu'à l'habitude, et elle prendra des teintes très inhabituelles.

Comme nous le savons tous, la lumière solaire évolue au cours de la journée. Le jour, le Soleil est d'un blanc jaunâtre, mais quand il descend vers l'horizon, les teintes de jaune et de rouge s'accentuent, jusqu'au déferlement de rouge et d'or du couchant lorsqu'il descend sous l'horizon à l'ouest. Ces changements de couleur sont dus à la diffusion de la lumière, phénomène qui se produit lorsqu'un faisceau lumineux heurte des particules en suspension dans l'air et diffuse dans d'autres directions. Les courtes longueurs d'onde, soit dans l'extrémité des bleus du spectre, sont beaucoup plus sensibles à la diffusion, si bien que lorsque la lumière traverse l'atmosphère, les bleus et les verts sont diffusés, et il ne reste plus que les rouges et les jaunes. Lorsque le Soleil est au zénith, la couche atmosphérique dense à basse altitude que doit traverser la lumière ne fait que quelques kilomètres d'épaisseur; le phénomène de diffusion est donc plus faible et la couleur des rayons change peu. La couleur bleue du ciel le jour est également due au phénomène de diffusion. Toutefois, lorsque le Soleil baisse dans le ciel, les rayons doivent traverser une couche atmosphérique plus épaisse, ce qui accroît la diffusion et élimine pratiquement les bleus et les verts au profit des rouges et des jaunes, d'où le spectacle flamboyant qu'offre le Soleil couchant.

La couche atmosphérique que doivent traverser les rayons solaires réfractés vers la Lune est au moins deux fois plus épaisse que celle que traverse la lumière du couchant, ce qui teinte d'un rouge orangé la lumière qui illumine notre satellite. De la Lune, la Terre est un disque sombre entouré d'un halo lumineux rouge orangé, alors que de la Terre, la Lune est d'un superbe rouge cuivré. C'est du moins ce qui se produit lorsque l'atmosphère est propre et que le ciel est dégagé. La pollution atmosphérique causée par des feux de forêt, les éruptions volcaniques ou d'autres phénomènes change cependant la donne. Lorsque l'atmosphère est chargée de grosses particules, toutes les longueurs d'onde du spectre visible sont diffusées de manière plus ou moins égale, ce qui a pour effet d'atténuer la lumière, sans changer sa couleur. Ainsi, au lieu d'être cuivrée, la Lune est tout simplement d'un gris cendré ou d'une teinte intermédiaire dans cette palette.

Durant une éclipse lunaire, un observateur se trouvant sur la Lune verrait la Terre recouvrir progressivement le Soleil. Plus la lumière solaire serait bloquée, plus la luminosité diminuerait. C'est ce qui se produit lorsque la Lune pénètre dans la pénombre en périphérie du cône d'ombre terrestre. Lorsque le Soleil est entièrement caché, la Lune est totalement plongée dans l'ombre. Le 8 octobre, la Lune commencera à pénétrer dans le cône d'ombre à 1 h 45 HAP (4 h 45 HAE). À 2 h 15 HAP (5 h 15 HAE), l'extrémité du disque lunaire et la limite du cône d'ombre coïncideront. La Lune sera dans l'obscurité totale de 3 h 25 HAP (6 h 25 HAE) et ne commencera à émerger qu'à 4 h 25 HAP (7 h 25 HAE), pour quitter complètement le cône d'ombre à 5 h 35 HAP (8 h 35 HAE) et la pénombre, à 6 h 05 HAP (9 h 05 HAE). Même si nous donnons la progression des dernières phases de l'éclipse pour les régions qui se trouvent dans le fuseau de l'heure avancée de l'Est, la Lune se sera couchée dans l'Est du Canada avant la fin. Quoi qu'il en soit, vu l'heure matinale à laquelle l'éclipse se produira, les amateurs – où qu'ils se trouvent – devront considérablement rogner sur leur sommeil pour l'observer.

Ken Tapping est astronome à l'Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches du Canada, à Penticton (C.-B.) V2A 6J9.

Tél. : 250-497-2300
Téléc. : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :