Ombres cosmiques

Ken Tapping, le 4 juin 2013

Dans le ciel, cette semaine…

  • Vénus et Mercure rasent l’horizon, à l’ouest, après le crépuscule.
  • Jupiter s’est évanoui dans l’éblouissement solaire.
  • Saturne brille au sud, durant la nuit.

Ceux qui avaient la chance de se trouver dans le nord de l’Australie ou le Pacifique Sud le 10 mai ont eu droit à une gâterie : la Lune s’est faufilée devant le Soleil, cachant la majeure partie de son disque, sauf la bordure. Pendant environ une minute, un cercle de feu brillait dans le ciel. On appelle ce phénomène « éclipse annulaire », du latin annulus signifiant « anneau ».

Nous qui vivons sur Terre jouissons de quelque chose d’unique dans le système solaire, voire dans l’Univers. La Lune semble avoir approximativement la même taille que le Soleil dans le ciel. Bien sûr, le second est considérablement plus grand, cependant, par quelque bizarrerie cosmique, il est aussi proportionnellement plus éloigné. En outre, puisque les orbites de la Terre autour du Soleil et de la Lune autour de la Terre se situent presque dans le même plan, il arrive que la Lune se glisse entre le Soleil et nous pour en bloquer les rayons et nous régaler d’une « éclipse solaire ». Quand le disque aveuglant du Soleil est obstrué, il est donc possible de voir les parties de l’astre habituellement gommées par son éclat : des protubérances – vastes arches de gaz lumineux que soutiennent les champs magnétiques, et les serpentins de perles de la couronne, du gaz si chaud (des millions de degrés) qu’il émet peu de lumière. Les éclipses attirent les astronomes comme des mouches, car elles autorisent des observations irréalisables en d’autres circonstances.

Deux éléments rendent ces évènements encore plus rares. Tout d’abord, la Lune suit un périple elliptique et non circulaire autour de la Terre. Donc, la distance qui nous en sépare varie. Quand elle se trouve au plus près, la Lune camoufle le Soleil totalement ainsi qu’une partie du ciel qui l’entoure. L’éclipse est alors plus longue, mais ne révèle pas nécessairement les structures à la périphérie du disque lumineux. Quand elle se trouve à son point le plus éloigné de la Terre, en revanche, la Lune est trop petite pour couvrir le Soleil en entier, si bien qu’on ne peut observer les intéressantes formations qui occupent l’atmosphère solaire. Ce qu’on voit alors s’avère fascinant sans être vraiment utile, scientifiquement parlant. Le centre du Soleil est caché et on n’en voit que le contour, tel l’anneau flamboyant qu’ont observé ceux assez heureux pour se trouver au bon endroit, le 10 mai.

Ce qui m’amène à l’autre inconvénient de l’éclipse solaire. Le diamètre de la Lune semblant presque identique à celui du Soleil dans le ciel, on ne verra ce dernier s’effacer complètement que sur une infime partie de la surface terrestre. Puisque la Lune poursuit son orbite, l’ombre minuscule qu’elle projette sur la Terre se déplace en surface, créant le trajet de l’éclipse. Les observateurs se rendent le long de ce tracé, y posent leurs instruments, puis attendent que l’ombre lunaire les recouvre. Pendant environ deux minutes.

Les éclipses solaires surviennent quand la Lune se glisse entre le Soleil et la Terre. Cependant, il arrive aussi que la Terre passe entre la Lune et le Soleil. Dans ce cas, c’est notre planète qui projette son ombre sur son satellite. Comme son diamètre correspond presque au quadruple de celui de la Lune, la Terre occupe une partie beaucoup plus importante du ciel lunaire. Son ombre est donc plus grande et la Lune met plus longtemps à la traverser : des heures au lieu de minutes. On pourrait croire que la Lune se trouve alors complètement plongée dans le noir. Ce n’est toutefois pas le cas. Notre atmosphère courbe les rayons du soleil autour du globe pour illuminer la Lune. Quand l’air est pur, notre satellite arbore une jolie teinte cuivrée; dans le cas contraire, la pollution donnera à la Lune un ton gris terne et cendré.

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
Télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :