Magnifique et désolant

Ken Tapping, le 9 janvier 2013

Dans le ciel, cette semaine…

  • Mars rase l’horizon au sud-ouest une fois le soleil couché.
  • Jupiter trône dans la partie sud du firmament durant la nuit. Saturne apparaît vers 3 h.
  • Nouvelle lune le 11 janvier.

À Noël, j’ai reçu comme cadeau un recueil de photographies montrant la Terre vue de l’espace. Ces illustrations présentent la face nocturne du globe et les conséquences de la civilisation d’un point de vue spatial. Les villes ressemblent à des coffrets emplis de joyaux, reliés entre eux par des fils de lumière – les autoroutes. Sur certaines images, la planète est couronnée du flamboiement vert des aurores boréales.

Au niveau le plus superficiel, ces clichés sont tout simplement magnifiques. Si l’on creuse un peu, en revanche, ils s’avèrent désolants; creusez davantage et ils laissent entrevoir une formidable occasion de réaliser quelque chose pour remédier à un des problèmes les plus graves auxquels nous sommes présentement confrontés, sans que quiconque s’en trouve sensiblement affecté.

La lumière qui parvient à la Station spatiale internationale et qui a permis de prendre ces photos n’est qu’un gaspillage complet. Au lieu d’éclairer ce qui devrait l’être, elle s’est simplement dispersée dans l’espace. Des estimations grossières laissent croire que le quart, au moins, de la lumière produite à l’extérieur des habitations pour éclairer les rues, les terrains de sport, les stationnements ou les jardins ne sert qu’à illuminer le ciel ou à importuner les voisins. À une époque où l’on insiste de plus en plus sur les façons d’économiser une énergie dispendieuse, pourquoi gaspiller de l’électricité qu’on pourrait aisément économiser sans aucun impact sur notre vie?

Par exemple : sans abat-jour, une ampoule illuminant la cour rayonne dans toutes les directions. Environ la moitié de la lumière qu’elle produit est perdue parce que les rayons éclairent le ciel. Installer un abat-jour réfléchissant sur l’ampoule suffira à renvoyer les rayons gaspillés vers le sol. Résultat : une ampoule de 60 W éclairera la cour aussi bien que le faisait auparavant une autre de 100 W. Vous venez d’épargner 40 % de son coût en électricité. Il existe des appareils d’éclairage extérieurs intégrant des réflecteurs qui éclaireront votre jardin, pas celui du voisin. Un bon principe directeur en ce qui concerne les cours, les stationnements, les terrains de sport et les autres aires extérieures éclairées est que tout ce qui rayonne au-dessus de l’horizontale est perdu. Pour l’éviter, il suffit d’employer les bons abat-jours et de placer les appareils à l’endroit adéquat. Ensuite, posez des ampoules moins puissantes.

Nous vivons dans un monde qu’inquiète de plus en plus l’incidence sur le climat des gaz à effet de serre libérés dans l’atmosphère. Parallèlement, les gens redoutent les conséquences d’une diminution, comme d’un maintien de telles émissions, sur leur mode de vie. Voici au moins une façon de s’attaquer au problème sans que notre mode de vie s’en ressente. Par la même occasion, on réduira la consommation d’énergie et réalisera des économies. Les technologies d’éclairage modernes et efficaces telles les diodes électroluminescentes vous permettront d’utiliser cette dispendieuse électricité encore plus efficacement.

Un éclairage intelligent aurait un autre avantage : celui d’un ciel plus obscur. Les rayons qui illuminent les nuages et le brouillard atmosphérique font luire le ciel. Atténuer cette luminosité fera ressurgir les cieux sur lesquels s’extasiaient nos grands-parents et leurs parents avant eux. Avez-vous déjà observé la Voie lactée de votre jardin? Peut-être voudrez-vous investir une partie de l’argent que vous aurez économisé dans un télescope.

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
Télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :