Trois faits marquants de 2012

Ken Tapping, le 26 décembre 2012

Dans le ciel, cette semaine…

  • Jupiter se lève vers 15 h.
  • Mars se lève vers 22 h et Saturne, aux environs de 2 h.
  • Saturne apparaît autour de 4 h, et Vénus vers 6 h 30, au voisinage de Mercure.
  • La pleine lune aura lieu le 28 décembre.

Plusieurs passionnantes réalisations scientifiques ont vu le jour durant l’année qui vient de s’écouler, certaines aussi exotiques que lointaines, d’autres plus familières. Cela ne signifie pas que l’année 2012 a quelque chose de vraiment particulier. En fait, il ne s’agit que de l’année la plus récente de plusieurs décennies marquées par l’accélération du progrès scientifique. On le doit dans une large mesure à la l’évolution des technologies employées en recherche, évolution qui s’accélère à une cadence analogue. En effet, nous possédons désormais des capteurs plus sensibles et plus complexes, qu’il est possible de raccorder à des systèmes de traitement de l’information nettement plus rapides et puissants. Les outils dont l’astronome dispose sur son bureau pour traiter et explorer des collections même volumineuses de données lui permettent d’y repérer les joyaux plus facilement que jamais. D’autre part, les ordinateurs personnels sont maintenant presque aussi puissants que ceux des professionnels. Cela, et le fait que la plupart des données scientifiques sont disponibles sur des sites Web publics signifie que n’importe qui peut entreprendre une exploration similaire.

La prouesse scientifique la plus marquante de 2012 est vraisemblablement la découverte du boson de Higgs. Une théorie de la nature fondamentale de la matière s’est développée au fil de nombreuses années. On l’appelle le « modèle standard ». Toutefois, cette théorie repose sur l’existence d’une étrange particule nommée « boson de Higgs ». Une foule d’expériences ont été tentées pour la détecter et ont échoué, si bien que, depuis quelques années, le sentiment grandissait au sein du monde scientifique que le boson de Higgs n’existait pas et que le modèle standard était erroné à la base. La chose était malheureuse, car cette théorie semblait fonctionner à tous les autres égards. L’incapacité de trouver le boson de Higgs était sans doute liée à l’absence d’accélérateurs de particules suffisamment puissants. Puis est venu le Grand collisionneur de hadrons, le plus puissant accélérateur de particules jamais bâti. Au terme d’une série d’expériences conçues avec minutie, on a finalement obtenu et confirmé les preuves de l’existence du boson de Higgs. Cette découverte est le point culminant de deux courants : la ténacité des scientifiques et l’innovation technique sans lesquelles des appareils tels le Grand collisionneur de hadrons ne pourraient voir le jour.

Un autre moment mémorable illustrant la convergence des sciences et de la technologie en 2012 est sans doute Curiosity, la sonde qui arpente actuellement le sol martien. Avec les rovers, les modules atterrisseurs et les orbiteurs qui l’ont précédé sur la planète rouge, Curiosity contribue à transformer un corps stellaire rougeâtre en un lieu possédant ses propres caractéristiques géographiques et géologiques, à l’instar de celles qu’on trouve sur la Terre.

Amener Curiosity sur Mars s’est avéré en soi un exploit. Après les secousses, les contraintes et les vibrations du lancement, le véhicule a en effet dû survivre à un voyage spatial de plusieurs mois, puis réussir son atterrissage. Cet astromobile est, de loin, le plus gros objet à avoir été envoyé sur Mars. Le plan de navigation à lui seul est un triomphe. La seule chose qui permettrait à 2013 de surpasser l’année 2012 en la matière serait la découverte de Martiens, même unicellulaires, par la sonde.

Enfin, une prouesse typiquement canadienne réalisée en 2012 est le développement et la construction du WIDAR par le Conseil national de recherches. Ce processeur arithmétique est le cerveau qui traitera les données de la version améliorée du Very Large Array, le radiotélescope aménagé près de Socorro, au Nouveau-Mexique. Les résultats des premières observations commencent à nous parvenir et sont à la mesure de nos attentes. Nous venons de passer une excellente année. Espérons qu’il en ira autant de 2013!

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :