Des constellations?

Ken Tapping, le 14 novembre 2012

Dans le ciel, cette semaine…

  • Mars frôle l’horizon au sud-ouest après le crépuscule.
  • Jupiter apparaît vers 18 h et Vénus, aux environ de 5 h.
  • La Lune entrera dans son premier quartier le 20 novembre.

À la bibliothèque de l’observatoire, on peut voir la maquette d’un coin de l’espace. Des balles de couleurs suspendues à un fil représentent les étoiles et le tout est à l’échelle. À une extrémité du modèle se trouve une petite boule correspondant à la Terre. Quand on examine la maquette de l’endroit qu’occupe la Terre, on découvre la constellation d’Orion, le « Chasseur », actuellement visible dans la partie est du ciel, en soirée. Vues de partout ailleurs, ces étoiles tracent un dessin totalement différent.

La façon dont nous avons transformé les étoiles en constellations vient simplement de ce que nous apercevons de notre situation dans l’espace. Les étoiles sont assez loin pour que ces constellations restent les mêmes, peu importe où l’on se trouve dans le système solaire, cependant il en irait tout autrement sur une planète gravitant autour d’un astre différent.

Une autre particularité des constellations est le commentaire que formulent invariablement ceux qui s’efforcent de les apprendre : comment quelqu’un a-t-il pu voir un jour pareil objet dans un tel désordre? Pourquoi les constellations ne ressemblent-elles en rien à ce qu’elles sont censées représenter? Certes, Orion a un peu l’air d’un homme portant une tunique, une ceinture et une épée, cependant la constellation du « Cygne » rappelle davantage une grande croix, celle du Sagittaire, ou l’« Archer » a plutôt l’air d’une théière, et Hercule, ce héros de la mythologie, évoque une grosse pierre tombale. Cassiopée, la « reine d’Éthiopie », n’est qu’un grand W, tandis que la constellation du Capricorne, la « Chèvre marine », ressemble passablement à un navire. Parallèlement, le Lion, une constellation printanière, rappelle véritablement un félin sur le point de bondir et, ces nuits-ci, un peu en dessous d’Andromède, trois étoiles dessinent effectivement un triangle, la constellation du même nom. Enfin, la constellation du Scorpion évoque effectivement cet animal.

Si le groupe de sept étoiles si familier qu’on appelle, selon le pays où l’on vit, le « Grand Chariot », la « Charrue », « Charles’ Wain » ou, plus simplement, la « Casserole » ne figure pas dans la liste qui précède, c’est qu’il ne s’agit pas d’une constellation, mais d’une partie de la constellation de la « Grande Ourse » qui, évidemment, ne ressemble que fort peu à un ursidé.

Transformer un éparpillement d’étoiles en constellation n’est pas le monopole de nos aïeux. Au cours des trois derniers siècles, à peu près, les explorateurs de l’hémisphère nord qui se sont aventurés au sud de l’équateur ont découvert des étoiles qu’ils n’avaient encore jamais vues et leur ont donné le nom de nouvelles constellations. Ainsi naquirent le « Centaure » (Centaurus), le « Microscope » (Microscopium), la « Mouche » (Musca), le « Sextant » (Sextans), la « Table » (Mensa) et le « Poisson volant » (Volans). Comme le veut la règle, aucune ne ressemble à ce qu’évoque son nom, et plusieurs portent une appellation nettement moins romantique que les constellations boréales. La Croix du Sud est vaguement cruciforme, encore qu’elle rappelle davantage un cerf-volant. Fait intrigant, l’hémisphère sud a lui aussi son triangle : celui formé par les trois étoiles du « Triangle austral » ou Triangulum Australis.

Partout sur le globe, des gens ont transformé les étoiles brillant dans le ciel en constellations. Peut-être est-ce une façon de rendre l’inconnu moins angoissant ou plus compréhensible. Aussi irrationnel ou illogique que cela puisse être, placarder nos mythes dans le firmament a rendu l’astronomie beaucoup plus fascinante. Non seulement le ciel conserve-t-il ses mystères, mais il révèle aussi des choses intéressantes sur notre compte.

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :