Sur les traces de Galilée

Dans le ciel, cette semaine...

  • Saturne a disparu dans l’éblouissement des feux mourants du Soleil. Mars rase l’horizon au sud-ouest après le crépuscule.
  • Jupiter apparaît vers 22 h et Vénus, vers 3 h.
  • La Lune entrera dans son dernier quartier le 7 octobre.

Ken Tapping, le 3 octobre 2012

À moins que vous ne vous couchiez tôt, vous aurez sûrement remarqué cet objet lumineux qui apparaît au-dessus des montagnes, à l’est, en fin de soirée. Il s’agit de Jupiter, cinquième planète du système solaire – nous vivons sur la troisième. Impossible de la rater, elle est si brillante! C’est pourquoi elle a été découverte il y a longtemps. Si longtemps, en fait, qu’on ignore exactement quand. Nous savons néanmoins que, lorsqu’il a mis la main sur une lunette astronomique, au XVIIe siècle, Galilée fut le premier à la pointer sur Jupiter. Ce qu’il vit l’amena éventuellement à conclure que la Terre et les autres planètes tournaient autour du Soleil. À l’époque, la théorie officielle voulait que tout, sans exception, gravitât autour de la Terre. Si vous avez des jumelles ou, mieux, un petit télescope, vous verrez ce qu’a observé Galilée et pourrez vérifier ses déductions vous-même. À vrai dire, vous aurez une meilleure vue que la sienne, peu importe la piètre qualité de l’équipement.

Pour souligner le récent anniversaire des découvertes réalisées par Galilée, une trousse de télescope, bon marché mais d’une qualité remarquable, a fait son entrée sur le marché. L’instrument peut être employé comme un télescope moderne ordinaire ou configuré afin d’imiter celui qu’a utilisé Galilée. Quand on recourt au deuxième mode d’observation, on remarque deux choses : la première est que les télescopes ont incroyablement évolué depuis le XVIIe siècle; la seconde, que Galilée devait consacrer un temps fou à ses observations.

Ces jours-ci, Jupiter se lève en soirée. Vers 22 h, vous devriez voir la planète apparaître de manière spectaculaire, à l’est. On dirait une étoile éclatante tant elle luit, mais, si vous la regardez attentivement, vous constaterez qu’elle ne scintille pas, ce qui, la plupart du temps, est signe qu’il s’agit d’une planète, pas d’une étoile.

À travers des jumelles ou un petit télescope, Jupiter ressemble à un disque brunâtre traversé par deux ou plusieurs ceintures plus foncées. Si la planète était plus haute dans le ciel, un grossissement plus puissant montrerait mieux les bandes de nuages. Malheureusement, si près de l’horizon, les turbulences de l’atmosphère annulent toute précision qu’apporterait pareil grossissement.

En revanche, au moins quatre objets ténus, semblables à des étoiles, sont très visibles, alignés avec la planète comme autant de perles sur leur fil. Si, à l’instar de Galilée, vous les observez chaque nuit en notant leurs positions respectives, vous constaterez que ces « étoiles » se déplacent d’une journée à l’autre. On n’en voit parfois que deux ou trois. Galilée ne s’est pas trompé en concluant qu’il s’agissait de quatre lunes et que celles-ci tournaient autour de Jupiter, sur le même plan, à la façon de billes roulant sur une assiette invisible qu’on regarderait de la tranche. Galilée souhaitait les appeler les étoiles « médiciennes », sans doute pour s’attirer les bonnes grâces de Cosimo Medici, duc de Toscane. Néanmoins, ces lunes ont reçu pour nom officiel Io, Europe, Ganymède et Callisto. On les appelle collectivement les « satellites galiléens ». Aujourd’hui encore, tout en connaissant le fin mot de l’histoire, interpréter les changements de position comme la preuve que ces objets orbitent autour de Jupiter exige un certain labeur. Imaginez combien ceci a dû être difficile pour Galilée, armé d’un télescope rudimentaire. Nous savons qu’il avait une très haute estime de lui-même en tant qu’astronome. Peut-être avait-il raison.

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :