Pépinières d’étoiles

Ken Tapping, le 29 août 2012

Dans le ciel, cette semaine…

  • Mars, Saturne et l’étoile Spica font bon ménage près de l’horizon, au sud-ouest, une fois le soleil couché.
  • Vénus et Jupiter luisent avec éclat dans la partie est du firmament peu avant l’aube.
  • La Lune sera pleine le 31 août.

Pour voir d’excellentes photos illustrant notre propos de la semaine, voyez les images des galaxies Messier 33 et Messier 51 sur le site Web du télescope Canada-France-Hawaï (TCFH). Ces illustrations et d’autres montrent bien la qualité des photos que permettent de réaliser les observatoires terrestres, pourvu qu’ils disposent d’appareils d’optique et d’imagerie à la fine pointe de la technologie. L’adresse du site TCFH.

Notre système, qui comprend le Soleil, les planètes – dont la nôtre – et une foule d’objets, n’est qu’un microscopique grain de sable dans l’immense spirale galactique que nous appelons « Voie lactée ». Cette dernière renferme des milliards d’étoiles et de planètes. Les images prises avec les télescopes comme le TCFH nous donnent une idée du trésor de bijoux cosmiques qui nous sert d’écrin. Malheureusement, d’où nous nous trouvons, c’est-à-dire nettement à l’intérieur de la galaxie, il est très difficile d’avoir une vue d’ensemble de celle-ci et de ce qui s’y passe. Des projets comme l’Étude canadienne du plan galactique nous en apprennent davantage sur les évènements qui se produisent dans notre voisinage immédiat (qui dans la série Star Trek correspond au quadrant Alpha) et à ses environs; c’est à peu près tout ce que l’on peut voir de la Terre.

La Voie lactée est une galaxie en spirale comme les milliards d’autres qui ont été répertoriées dans les études de l’espace profond comme celle du Champ profond de Hubble. Néanmoins, on peut en apprendre beaucoup de l’étude des galaxies similaires situées non loin de la nôtre. Messier 33 et Messier 51 en sont de bons exemples. Trois millions d’années-lumière à peine nous séparent de M33, M51 étant plus éloignée, soit d’environ 23 millions d’années-lumière. (Une année-lumière correspond à la distance parcourue par la lumière en un an, soit, plus précisément, 9 460 730 472 580,82 km.) Les galaxies les plus lointaines visibles de la Terre se situent à des milliards d’années-lumière de distance. M33 et M51 présentent l’avantage appréciable qu’il est possible de les observer quasiment de face. Elles consistent en un noyau lumineux, composé d’étoiles si proches les unes des autres que leur éclat se confond, autour duquel gravitent plusieurs bras, chacun renfermant des milliards d’étoiles. Le long de ces bras s’étendent des bandes sombres de gaz et de poussières, matière première dont sont tirées les étoiles et les planètes. Éparpillés à la bordure de ces bandes luisent des nœuds et des taches roses, magnifiquement mis en relief dans les photos du TCFH. Ces amas luisants correspondent aux endroits où poussières et gaz ont engendré une étoile, quelquefois plusieurs. Les intenses rayonnements ultraviolets qui émanent de ces jeunes étoiles font briller les vestiges du nuage qui en a été le berceau.

Par bonheur, bien qu’ils bloquent la lumière visible, ces nuages laissent traverser les ondes hertziennes très courtes. Il est donc possible d’imager les étoiles naissantes en recourant à des radiotélescopes spéciaux comme le télescope James Clerk Maxwell (JCMT), contigu au TCFH et à d’autres instruments, au sommet du Mauna Kea, un volcan éteint d’Hawaï. 

Le site Web du TCFH propose aussi de nombreuses illustrations d’objets situés dans notre galaxie, notamment des amas stellaires, des nébuleuses (nuages de gaz iridescents) et les restes d’anciennes novas. Ces superbes images montrent encore une fois ce qui fait de l’astronomie une science à part. Ce qu’on observe fascine à la fois par son aspect scientifique et par sa beauté visuelle. Ces illustrations montrent aussi tout ce qu’on peut réaliser du sol grâce aux technologies d’optique et d’imagerie modernes.

Ken Tapping est astronome à l’Observatoire de radio-astrophysique du Conseil national de recherches, à Penticton (C.-B.), V2A 6J9.

Téléphone : 250-497-2300
Télécopieur : 250-497-2355
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca

Date de modification :