L’innovation se transporte sur les routes

Le 02 mars 2018— Coleman, Île-du-Prince-Édouard

Tous ceux qui ont joué avec des camions-bennes dans un carré de sable savent très bien à quel point ils peuvent facilement se renverser. Ce risque est réel pour les chauffeurs de camion grandeur nature, qui font aussi face à d’autres risques, comme le contact avec une ligne de transport électrique quand la benne bascule.

Les chauffeurs s’exposent aussi directement à des dangers quand ils grimpent dans la benne pour pelleter ce qui n’est pas tombé sur le sol.

Résident d’une zone rurale de l’Île-du-Prince-Édouard, Harvey Stewart a imaginé un moyen plus sécuritaire et plus facile de décharger de la terre et des produits agricoles : des convoyeurs à bande automatisés. Il a alors fondé Trout River Industries Inc. pour concevoir et fabriquer des remorques de camion novatrices.

Quand il a dû trouver quelqu’un pour parier sur son idée et son entreprise, le Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) était là pour l’épauler avec ses conseils techniques et son soutien.

Une route pavée de bonnes connexions

Darrin Mitchell et Harvey Stewart, copropriétaires de Trout River, aux installations de fabrication originales de l’entreprise, à Coleman, Île-du-Prince-Édouard. Ils s’enorgueillissent du fait que la toute première remorque fabriquée par Trout River se promène encore sur les routes, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Harvey Stewart a breveté la technologie de Trout River, qui comprend un convoyeur à bande qui couvre le fond de la remorque de camion sur toute sa longueur et toute sa largeur. Le convoyeur transporte le contenu jusqu’à l’éjecteur, sans rien renverser.

« Je n’oublierai jamais comment le PARI CNRC s’est impliqué dans mon projet du début jusqu’à la fin », indique M. Stewart. « Il a été le premier à sauter dans l’arène pour nous aider et une fois le projet en route, les autres ont emboîté le pas. »

Le PARI CNRC a encouragé M. Stewart à documenter son processus de conception à mesure qu’il établissait ce qui pourrait fonctionner ou non. Les conseillers en technologie industrielle (CTI) du PARI CNRC ont soutenu Trout River pour la réalisation de divers projets, dont la modernisation de ses procédés de fabrication, l’embauche d’un ingénieur, la réalisation d’une étude de faisabilité et la conception et la commercialisation de nouvelles remorques de camion, par exemple une remorque plus légère pour l’exportation de cargaisons plus lourdes.

Par-dessus tout, Harvey Stewart et son partenaire commercial, Darrin Mitchell, ont apprécié les contacts du PARI CNRC. « Le PARI CNRC nous a mis en relation avec des contacts experts qui allaient pouvoir évaluer notre entreprise », explique M. Stewart. « Chaque fois que notre entreprise a fait un important bond en avant, elle a pris son élan dans des conversations avec les personnes appropriées. »

Harvey Stewart et Darrin Mitchell ont écouté attentivement durant ces conversations. Ils n’ont pas seulement réglé leur problème de sécurité initial, mais aussi créé des remorques de camion qui comblent des lacunes de l’industrie. Comparativement aux camions-bennes, les remorques de Trout River peuvent décharger leur cargaison en quelques minutes, et ce, à l’intérieur d’un bâtiment, sur une surface inégale, en roulant et même directement dans un autre équipement, tel qu’une finisseuse, un épandeur agricole ou un camion de sel. Leur plus récente technologie, qui s’adapte à des remorques plus larges, se nettoie et se vide toute seule sur simple pression d’une commande à distance.

Leurs clients utilisent aujourd’hui les remorques de Trout River pour transporter des déchets, du gravier, du bitume, de la neige et des produits agricoles, et ce, tout au long de l’année. Cette flexibilité est un bonus pour ses clients, qui peuvent désormais offrir à leurs chauffeurs qualifiés un emploi à l’année plutôt que saisonnier, élément clé pour conserver ces chauffeurs expérimentés en cette période de pénurie généralisée de main-d’œuvre.

« Nous avons vu Trout River apporter progressivement des réponses pour obtenir des résultats, que l’on pense à leurs approches innovatrices en matière de produits et de partenariats ou à la façon dont ils interagissent avec leurs employés, leurs clients et leurs concurrents », affirme Daniel Breau, leur CTI actuel.

Et roule le succès…

« Daniel Breau du PARI CNRC a un excellent instinct quand il s’agit de notre entreprise et il peut nous appeler à l’improviste pour nous suggérer une idée à essayer. Il n’y a pas de prix pour ces gens qui, comme lui, prennent autant leur travail à cœur. »

Harvey Stewart, cofondateur de Trout River Industries

Des équipes de construction routière, des agriculteurs, des responsables de la gestion des déchets et d’autres travailleurs utilisent désormais les remorques de Trout River sur presque tous les continents. Pour répondre aux besoins mondiaux, Trout River exporte des pièces et des remorques, a aménagé une seconde unité de production dans un autre bâtiment de l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard et a octroyé des licences de fabrication à l’étranger. 

Aujourd’hui, Trout River est l’un des plus importants fabricants de l’Île-du-Prince-Édouard et l’entreprise enregistre annuellement une croissance de plus de 20 pour cent de ses ventes. Ce qui a attiré l’attention de l’entreprise de Winnipeg, Maxim Truck & Trailer. En 2016, Maxim a acquis une participation majoritaire dans Trout River, réunissant ainsi deux fabricants canadiens pour élargir leur distribution.

Les interactions avec le PARI CNRC se poursuivent. « Notre CTI est fantastique », affirme M. Stewart. « Il a un excellent instinct quand il s’agit de notre entreprise et il peut nous appeler à l’improviste pour nous suggérer une idée à essayer. Il n’y a pas de prix pour ces gens qui, comme lui, prennent autant leur travail à cœur. »

Harvey Stewart et Darrin Mitchell répondent à ces appels, envahissent les médias sociaux, nouent de nouveaux contacts et cherchent constamment de nouvelles façons pour continuer à poserHarvey Stewart et Darrin Mitchell répondent à ces appels, envahissent les médias sociaux, nouent de nouveaux contacts et cherchent constamment de nouvelles façons pour continuer à poser de nouveaux jalons sur les routes du Canada et internationales.

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :