Villes intelligentes : une vue à vol d’oiseau pour des déplacements plus faciles

Le 28 juin 2016— Kitchener (Ontario)

Kurtis McBride, président-directeur général de Miovision, avec Spectrum, un produit qui établit le lien entre les opérations de circulation d'une ville et un feu de circulation, montre ce qui se passe en temps réel et effectue des analyses et des observations pour optimiser le courant de circulation.

Si vous vous déplacez pour vous rendre au travail au Canada, vous avez probablement déjà bénéficié de l'un des produits de gestion de la circulation de Miovision. En fait, des habitants de plus de 50 pays ont probablement effectué des déplacements plus faciles grâce à la diffusion vidéo en continu et aux algorithmes mis au point par ce client du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), de Kitchener, en Ontario.

Le mandat de Miovision consiste à jeter les bases des « villes intelligentes » de demain en réinventant la façon dont les données sur la circulation sont gérées aujourd'hui. Grâce à la technologie de Miovision, les urbanistes sont en mesure de prendre des décisions sur la gestion de la circulation en temps réel et, même, de planifier de meilleures routes pour les prochaines décennies.

La plupart du matériel et des logiciels requis ont été mis au point au cours de la dernière décennie, en collaboration avec Shimon Schwartz et, ultérieurement, Hisham Al-Zanoon, conseillers en technologie industrielle (CTI) du PARI-CNRC. La relation a été établie peu de temps après la fondation de Miovision. Celle-ci est la création de trois étudiants en génie de l'Université de Waterloo qui, après avoir travaillé un été à compter les voitures, assis dans des chaises de jardin, se sont dit qu'il devait y avoir un meilleur moyen pour que les municipalités planifient les routes.

« Il est à propos que l'un des premiers projets des jeunes entrepreneurs ait été réalisé dans le cadre du Programme emploi jeunesse du PARI », raconte Kurtis McBride, président-directeur général de Miovision.

« De tous les programmes et projets fédéraux, le PARI est probablement le mieux géré. Son processus est le plus transparent. On est franc : on n’hésite pas à vous dire si vous avez une chance ou non. Le processus est très collaboratif. »

« Nous avons collaboré avec le PARI dès le début, ajoute-t-il. Nous avons commencé par mener quelques petits projets au Accelerator Centre de Waterloo et avons tiré profit du Programme [emploi jeunesse]. Nous avons pu ainsi embaucher certaines personnes qui, autrement, auraient été hors de notre portée. Et l'impact a été énorme. Il s'agit de maximiser l'argent que nous possédons pour aller plus vite et plus loin. »

« La question a toujours été de déterminer la façon d'exploiter chaque dollar pour réaliser nos innovations », précise-t-il.

Gestion de l'écosystème de la circulation

Par la suite, bien d'autres projets ont été menés avec le PARI-CNRC, chacun visant à faire de Miovision le guichet unique pour tout ce qui touche à la circulation, notamment :

  • l'élaboration d'une infrastructure de partage et de traitement des vidéos de circulation;
  • des bases de données permettant d'enregistrer de très grandes quantités de fichiers et de données;
  • des stratégies visant à accélérer le traitement et l'analyse vidéo;
  • la technologie de reconnaissance de plaques d'immatriculation.

« Miovision s'occupe de l'écosystème entier des systèmes d'automatisation de gestion de la circulation d'une ville », indique M. Al-Zanoon, CTI actuel de l'entreprise. « Notre relation avec Miovision s'est accentuée au fur et à mesure de la croissance de l'entreprise. »

Et quelle croissance! Au départ, en 2005-2006, Miovision comptait six employés. Aujourd'hui, ils sont plus de 115.

« D'entrée de jeu, Miovision a attiré et embauché des ingénieurs en logiciel hautement qualifiés, explique M. Al-Zanoon. D'après le plan de croissance, M. McBride s'attend à doubler le nombre d'employés de l'entreprise d'ici 2020. »

Selon M. McBride, les avantages de collaborer avec le PARI-CNRC ne se limitent pas aux conseils et au soutien financier. Les avantages sont de nature systémique.

« De tous les programmes et projets fédéraux, le PARI est probablement le mieux géré, affirme-t-il. Son processus est le plus transparent. On est franc : on n'hésite pas à vous dire si vous avez une chance ou non. Le processus est très collaboratif. Mais il est aussi simple et direct. Avec le PARI, c'est toujours très raisonnable. »

L'avenir s'annonce brillant pour Miovision, l'une des entreprises de technologie à la croissance la plus rapide au Canada (selon Deloitte). D'après M. Al-Zanoon, le PARI-CNRC aide actuellement l'entreprise à élaborer un nouvel appareil muni de caméras perfectionnées, de capteurs et de canaux radioélectriques. Ce nouveau projet financé par le PARI appuiera la position concurrentielle de Miovision comme chef de file sur le marché, ainsi que sa stratégie de croissance.

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :