L'ascension d'assent

Le 01 décembre 2016— Ottawa (Ontario)

Les gros titres nous font sursauter quand ils font mention de la présence de plomb toxique dans des jouets pour enfants. C'est aussi vrai quand apparaissent des photographies de travailleurs d'usine ou de mineurs victimes de violations des droits de la personne.

Notre indignation vient du fait qu'à titre de consommateurs, nous nous attendons à ce que les entreprises agissent de manière responsable, peu importe d'où elles viennent.

Les organismes de réglementation du gouvernement et de l'industrie exigent des fabricants qu'ils produisent des produits sécuritaires, dans des milieux de travail sécuritaires. Les fabricants qui ne se conforment pas à ces exigences risquent des amendes substantielles, ainsi qu'une interdiction de vendre leurs produits ou de soumissionner à des appels d'offres de plusieurs millions de dollars.

Les fabricants doivent mettre en place des pratiques sécuritaires et conformes à l'éthique dans leurs installations, ainsi que produire des rapports à ce sujet. Ils sont aussi tenus responsables de la façon dont leurs fournisseurs mènent leurs activités et s'approvisionnent en matériaux, par exemple en minéraux et en produits chimiques.

Des dirigeants dans un ring de boxe au siège social d'Assent Compliance

Le directeur général, Andrew Waitman (au centre), et son équipe de direction dans le ring au siège social d'Assent Compliance, à Ottawa.

C'est pourquoi, à titre d'exemple, les sociétés cherchent à démontrer que leurs produits ne contiennent aucun minerai de conflit. L'or et le tungstène sont considérés comme des minerais de conflit – l'équivalent contemporain des « diamants de sang » – si leur exploitation permet de financer des milices qui exploitent des enfants ou des adultes dans un pays déchiré par la guerre.

Cependant, surveiller les activités de chaque fournisseur, dans divers emplacements, est un processus complexe, coûteux et laborieux.

Habituellement, les fabricants ont des employés qui mettent manuellement à jour les données sur les fournisseurs et effectuent un suivi afin de s'assurer que les matériaux ou les produits sont conformes et proviennent de sources éthiques. Ou encore, les sociétés s'efforcent de dénicher un consultant qui pourra produire des rapports de conformité et expliquer les critères de conformité de plus en plus rigoureux. À Ottawa, les fondateurs de la jeune entreprise Assent Compliance ont trouvé pour les fabricants un moyen beaucoup plus facile de se conformer : logiciel et expertise.

Durant une séance de réseautage en 2012, un entrepreneur recommandait aux fondateurs d'Assent Compliance de communiquer avec le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches Canada (PARI–CNRC) pour aider leur entreprise à passer à la prochaine étape.

Une alliance de conformité

Assent's software and expertise

Les fabricants chargent leurs employés de s'assurer que l'entreprise et ses fournisseurs respectent les règlements internationaux, nationaux et industriels, et ces employés comptent de plus en plus sur le logiciel et l'expertise d'Assent.

L'équipe d'Assent effectue au nom de ses clients le suivi des changements à la réglementation. Une fois abonnés au logiciel d'Assent, les fabricants ont accès à des données abondantes sur les fournisseurs, les règlements et l'expertise de l'industrie, ainsi qu'à une équipe de soutien attentive. Pour faire gagner du temps à ses clients, le logiciel peu coûteux d'Assent communique directement avec les systèmes déjà utilisés par les fabricants pour l'approvisionnement, l'inventaire, les expéditions et les activités de fabrication et même, avec leur système de gestion des ressources humaines.

« Nous avons soutenu Assent pour la mise au point de cette connexion efficace avec les systèmes de ses clients, connexion qui passe par une interface de programmation d'applications, ou API, et lui permet de communiquer avec les principaux systèmes de gestion utilisés dans les entreprises, explique Grégory Fruchet, conseiller en technologie industrielle du PARI–CNRC. Une fois cette étape franchie, Assent était bien positionné pour grandir. » Le PARI–CNRC a aussi contribué à la mise au point du logiciel d'inspection de conformité d'Assent, avec son générateur d'enquête et ses formulaires personnalisés, ainsi qu'à celle de son logiciel de protection contre la traite de personnes.

Le logiciel d'Assent devient partie intégrante des mécanismes de suivi et de production de rapports sur les activités de ses utilisateurs, que ceux-ci fabriquent des téléphones cellulaires, des dispositifs médicaux, des ampoules ou des jouets.

Les fournisseurs de matières premières de ces fabricants deviennent aussi bien souvent des clients d'Assent, car ils doivent soumettre des données de conformité au nom de leurs clients fabricants. Les ingénieurs d'Assent ont conçu le logiciel de manière à ce qu'il puisse être revendu et intégré à d'autres produits logiciels déjà utilisés par les fournisseurs. Grégory Fruchet et ses collègues ont conseillé les cadres dirigeants d'Assent quant à la façon de renforcer leur modèle d'affaires avec l'apport de partenaires intermédiaires, de gérer une entreprise en croissance et d'embaucher des jeunes pour donner aux nouveaux diplômés l'occasion d'acquérir une expérience de travail.

« Au cours des cinq dernières années, le PARI nous a aidés à presque tous les niveaux, à titre de ressource clé et de partenaire, indique Andrew Waitman, directeur général d'Assent. Ce soutien nous a permis d'attirer des employés talentueux et de commercialiser trois modules logiciels qui ont depuis voyagé et engendré des millions de dollars de revenus. »

Andrew Waitman
directeur général, Assent Compliance

Un produit imbattable

Andrew Waitman souligne que les fabricants qualifient l'adoption du logiciel d'Assent de décision facile pour toute société éthiquement responsable.

En 2015, plus de 100 000 organisations se fiaient à Assent, et ce, uniquement pour obtenir des données sur les minerais de conflit. L'entreprise compte sur près de 200 employés pour répondre aux besoins de ses clients, allant des entreprises moyennes aux sociétés Fortune 500 telles que Corning et John Deere.

Les fonds de capital-risque réalisent aussi le potentiel de l'entreprise. En mai 2016, Assent a reçu un investissement de 20 millions de dollars sous la direction de Volition Capital de Boston. L'entreprise profite aussi du soutien d'OpenText Enterprise Apps Fund, de la Banque Royale, de la Banque de développement du Canada et du PARI–CNRC. Encore une fois, le PARI–CNRC est dans le coin d'Assent.

Andrew Waitman ne craint pas de se lancer poings levés vers l'avenir. Il tire parti de ces fonds de capital-risque pour élargir l'équipe d'Assent, accroître la présence de l'entreprise sur la scène internationale et mettre au point de nouveaux modules logiciels pour de nouveaux marchés et clients. Selon Andrew Waitman, la prochaine étape de l'ascension d'Assent sera marquée par un appel public à l'épargne, la transformation de l'entreprise en une société ouverte et son inscription en Bourse.

Restez branché

Abonnez-vous