Technologies numériques : créer un véritable tsunami en matière de productivité, de qualité et de rendement

Le 15 mai 2014— Vancouver (Colombie-Britannique)

Une invention exclusive a permis à Saltworks Technologies, établie en Colombie-Britannique, de faire sensation à l’échelle internationale dans le domaine de la purification de l’eau. Le produit en instance de brevet, une membrane échangeuse d’ions, permet l’élimination sélective de différents produits chimiques et purifie les eaux usées industrielles pour réduire leur impact environnemental. Les demandes de la part des industries affluent, notamment l’industrie du pétrole et du gaz, des mines, des aliments et des boissons, des sites d’enfouissement — et même la NASA. Au fur et à mesure que les réserves d’eau s’amenuisent, le besoin de purifier, de recycler et de réutiliser l’eau s’accroît.

Pour répondre à la demande grandissante, le processus de fabrication devait être automatisé. Saltworks Technologies devait réussir à mettre à niveau la production, à répondre aux besoins croissants des clients répartis dans le monde et à offrir une qualité supérieure et une expédition rapide. C’est pourquoi elle s’est tournée vers le Programme pilote d’adoption de technologies numériques (PPATN) administré par le Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC).

Le président, Josh Zoshi, et son partenaire, le président-directeur général Ben Sparrow, ont compris que seul un bond prodigieux vers la technologie numérique éliminerait le goulot d’étranglement à l’étape de la fabrication. « Pour produire commercialement les membranes, nous devions avoir des chaînes de production de haute précision, déclare-t-il. Pourtant, ce genre d’équipement est très coûteux et la courbe d’apprentissage est importante ». De plus, MM. Zoshi et Sparrow se lançaient dans l’inconnu pour « développer un produit inédit au moyen d’une technologie originale ». Grâce aux conseils et à l’aide financière du PPATN, l’entreprise comptant 45 employés a adopté la bonne technologie pour personnaliser ses chaînes de production et se tailler une place de choix sur la scène mondiale.

Plonger avec le PPATN

Selon le conseiller en technologie industrielle du PARI-CNRC, Doug Conyers, Saltworks Technologies a investi considérablement dans la propriété intellectuelle du produit et du processus et ne désirait donc pas recourir à l’impartition. « L’entreprise possédait les compétences pour automatiser la fabrication des membranes, produire plus rapidement et offrir une qualité supérieure, mais elle avait besoin d’aide pour les commandes numériques, le débogage et les processus de production », précise-t-il.

Tous les postes de la chaîne de production sont commandés de façon numérique — surveillance, alignement, contrôle de la qualité et mesures. Les données produites fournissent à Saltworks Technologies des renseignements cruciaux sur les problèmes ou les réussites, ce qui lui permet de s’ajuster en conséquence. En outre, l’automatisation a augmenté la productivité, le rendement et la qualité.

Doug Conyers se rappelle que lorsque l’entreprise a commencé à travailler avec le PPATN, elle avait dressé une longue liste de technologies qu’elle désirait adopter. Il précise que les petites entreprises « doivent choisir leurs batailles, puisqu’il est impossible de tout réaliser en raison de l’échéancier serré, des ressources et du financement limités ». Saltworks Technologies avait étudié la possibilité d’implanter un progiciel de gestion intégré (PGI), mais il aurait été prématuré de le faire. M. Zoshi ajoute que « le conseiller du PPATN nous a convaincus qu’il était nécessaire que nous prenions le temps de recueillir plus d’information avant de mettre en œuvre un PGI, et nous sommes heureux de notre décision ». Ainsi, Saltworks Technologies a décidé de se concentrer sur l’élimination du plus grand frein à sa croissance en automatisant la chaîne de production de la membrane.

« La technologie numérique nous a permis de commercialiser nos produits dans le monde entier et de concurrencer les géants de l’industrie. »
Josh Zoshi, président, Saltworks Technologies »

Surfer sur les résultats

Selon M. Zoshi, l’effet le plus important de l’automatisation de la fabrication de la membrane a été de pouvoir livrer rapidement un produit de qualité qui répond aux attentes des clients. Dans les faits, la capacité de production a été multipliée par plus de 7 et on s’attend à éventuellement la multiplier par 20. La vitesse de la chaîne de montage n’influence pas que la production, mais également le rythme du changement de configuration entre les tâches. En effet, plus la chaîne se déplace vite, plus le rendement s’accroît et plus les chances sont grandes de satisfaire les besoins des clients. L’automatisation a également augmenté de façon importante la qualité et réduit les défectuosités et les coûts considérables qu’elles entrainent.

Deux mois après la mise en œuvre de la technologie numérique, Saltworks a fait les constatations suivantes :

  • Elle a multiplié la production par 7 et s’attend à la multiplier par 20;
  • Deux nouveaux emplois ont été créés.

« La technologie numérique nous a permis de commercialiser nos produits dans le monde entier et de concurrencer les géants de l’industrie, déclare M. Zoshi. Peu d’entreprises sont en mesure de produire ce genre de membrane et grâce au PPATN et à notre technologie exclusive — notre recette secrète — nous sommes l’une d’elles. »

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :