La formation avancée en conception favorise la productivité

En formant ses ingénieurs d’études à l’Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité (AMDEC), Delta-Q a réussi à rehausser simultanément productivité et qualité.

Le 14 janvier 2013— Burnaby (Colombie-Britannique)

Un employé de Delta-Q fixe le nouveau chargeur IC650, conçu avec le concours du PARI CNRC, dans une chambre à essais accélérés et aggravés

Un employé de Delta-Q fixe le nouveau chargeur IC650, conçu avec le concours du PARI CNRC, dans une chambre à essais accélérés et aggravés (HALT).

La rapidité avec laquelle un nouveau produit technologique parvient au marché est cruciale, surtout pour les composants industriels. En effet, les pièces doivent être livrées au moment opportun, au prix adéquat, et leur qualité doit être garantie. Atteindre ces trois objectifs ne s'avère pas toujours aisé. Néanmoins, Delta-Q y parvient grâce à un nouveau procédé.

Delta-Q propose aux équipementiers des solutions pour le chargement des piles et la conversion de l'énergie. Les capacités de l'entreprise vont de l'électronique de puissance au génie mécanique, en passant par l'intégration des logiciels. Ses chargeurs conviennent aux voiturettes de golf, aux plateformes de travail surélevées, aux appareils servant à nettoyer le sol, aux véhicules utilitaires et aux chariots élévateurs.

Dans ses démarches continuelles visant à améliorer les procédés de l'entreprise et à satisfaire la clientèle qui aspire à l'absence totale de défaillances, l'équipe de développement a été chargée d'établir une nouvelle norme de fiabilité pour un nouveau chargeur, baptisé IC650. L'entreprise a opté pour la méthode d'Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité (AMDEC) qu'utilisent les ingénieurs pour déterminer, preuves à l'appui, comment un produit pourrait faire défaut dans des conditions d'utilisation réelles. Pareille analyse a pour résultat la création d'un produit au taux de défaillance nettement plus bas que lorsqu'on ne recourt pas à l'AMDEC.

Une commercialisation plus rapide de meilleurs produits

Delta-Q était aux prises avec un problème : parvenir à une meilleure connaissance de la méthode AMDEC. Tous les membres de l'équipe convenaient que l'application des principes AMDEC déboucherait sur les produits désirés par la clientèle.

Quand le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) a dévoilé le nouveau Programme pilote d'adoption de la technologie numérique (PPATN), le conseiller en technologie industrielle (CTI) Walter Wardrop a immédiatement su comment Delta-Q pourrait en bénéficier. Former autant d'ingénieurs s'avérerait prohibitif pour une entreprise comme Delta-Q, mais le PPATN pouvait lui dispenser l'aide dont elle avait besoin.

« La collaboration entre le PARI CNRC et Delta-Q Technologies Corp. a permis à l'entreprise de concevoir de meilleurs produits plus rapidement. Notre productivité y a gagné et nous avons posé les bases d'une expansion future. »

— Guy Pearson, vice-président de l'ingénierie, Delta-Q

Adieu aux étranglements

Le PPATN constitue un important investissement dans l'économie canadienne. Son but est d'améliorer la productivité des petites et moyennes entreprises du pays. Grâce à ce nouveau programme, Delta-Q a trouvé et engagé un spécialiste de l'Inde qui a passé plusieurs semaines à apprendre l'AMDEC à bon nombre de ses ingénieurs, afin que l'entreprise applique cette méthode de manière cohérente tout en maintenant ou accroissant son rendement.

« Du point de vue du CTI, nous cherchions à atteindre deux buts avec ce projet », explique M. Wardrop. « À court terme, nous voulions déterminer combien de temps on économiserait de la conception à la fabrication, si tous les ingénieurs de l'entreprise parvenaient à la même compréhension de l'AMDEC; à plus long terme, nous tenions à établir si le taux de défaillance diminuerait de façon appréciable. »

Plusieurs années s'écouleront sans doute avant qu'une modification du taux de défaillance devienne apparente. Cependant, il est d'ores et déjà acquis que la productivité s'est accrue. Le fait que plus de gens connaissent mieux la conception chez Delta-Q représente un avantage certain pour cette dernière. Il pourrait s'ensuivre d'autres améliorations au niveau de l'innovation, de la résolution de problème et du rendement.

En plus d'avoir haussé la productivité, le projet du PPATN de Delta-Q est source de promesses :

  • l'entreprise a déjà signé une entente avec un important équipementier en véhicules électriques, de sorte que les ventes de son nouveau produit devraient atteindre quatre millions de dollars en 2013, la première année, avant de doubler l'année suivante, et cela après avoir emporté un unique marché;
  • les ingénieurs et les concepteurs de Delta-Q appliquent désormais systématiquement la méthode AMDEC au développement de tout nouveau produit.

L'amélioration du procédé de Delta-Q illustre parfaitement comment les opérations et les perspectives d'une entreprise peuvent changer considérablement pour le mieux quand on s'efforce de rehausser la productivité.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :