Devenir plus efficace et s’adapter aux tendances du marché

Scribendi Inc.

Le 07 mai 2013— Chatham (Ontario)

Le vice-président de Scribendi, Terence Johnson, devant l’équipement de commutation et de sécurité qui raccorde les 20 employés du siège social au centre de données et aux autres employés disséminés dans le monde.
(Photo : Scribendi Inc.)

On pourrait s’étonner en apprenant que l’adoption d’une technologie numérique puisse hausser le rendement d’un travail aussi traditionnel que la révision et la relecture d’épreuves. Pourtant, c’est exactement ce que fait Scribendi Inc. depuis 1997, et l’entreprise récidive grâce au Programme pilote d’adoption des technologies numériques (PPATN), dont l’exécution a été confiée au Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC). Le PPATN constitue un investissement majeur dans l’économie canadienne, son but étant d’accroître la productivité des petites et moyennes entreprises du Canada.

Fondée en 1997, Scribendi était à l’époque la première entreprise de révision et de relecture d’épreuves en ligne au monde. Elle compte maintenant 10 relecteurs sur place et 180 travaillant chez eux, ici et là sur le globe. Depuis sa création, l’entreprise a corrigé au-delà de 600 millions de mots et propose désormais ses services à toute heure du jour dans plus de 140 pays, avec des délais aussi serrés que quatre heures.

L’entreprise avait déjà participé à un projet avec le PARI CNRC. Cette année toutefois, ses fondateurs, Chandra Clarke et Terry Johnson, envisageaient une amélioration qui cadrait parfaitement dans le PPATN : mettre en place un nuage de serveurs privé. Cette façon d’échapper aux fournisseurs de services externes permettrait à Scribendi de concevoir et d’optimiser plus aisément chaque couche du système en fonction de son logiciel exclusif et des fonctionnalités de son site Web.

Plus précisément, Mme Clarke et M. Johnson souhaitaient accroître leur efficacité lors de l’implantation de nouvelles fonctions et de mises à jour en réponse aux tendances du marché. Ils voulaient que leurs clients puissent télécharger leur site Web en l’espace de quelques secondes, partout sur la planète.

« La croissance de l’entreprise nécessitait une expansion de la capacité et de la résilience du serveur, mais aussi une sécurité informatique supérieure, cela afin de protéger Scribendi et ses clients contre de nouvelles menaces », explique le cofondateur et vice-président Terry Johnson. « Le projet du PPATN nous a permis d’acquérir de nouveaux serveurs et unités de stockage, et d’installer la grappe dans un centre de données en Saskatchewan. L’équipement alimentera notre site Web de production, la capacité excédentaire de la grappe autorisant l’affectation de ressources informatiques à nos projets de recherche. »

Scribendi a aussi acquis un nouvel équipement pare-feu et recouru aux services de SkySQL pour les consultations et la formation du personnel TI de l’entreprise chargé d’administrer la base de données et la grappe.

En quête de la souplesse idéale

« Notre CTI, Millan Yeung, nous a aidés à cerner les possibilités qu’offrait le PPATN afin de combiner la mise à niveau du système et la formation du personnel en virtualisation, en création de grappes et en administration de bases de données. »

Terry Johnson,
cofondateur, Scribendi Inc.

Millan Yeung, le conseiller en technologie industrielle (CTI) qui a épaulé Scribendi lors du projet, raconte que l’entreprise a d’abord envisagé de recourir à un fournisseur de services pour héberger son nuage de données. Cependant, les frais d’exploitation auraient été plus élevés que ceux d’un nuage privé, et Scribendi aurait été contraint d’expédier ses serveurs principaux hors du Canada.

Grâce au projet du PPATN, l’entreprise a pu évaluer et analyser l’infrastructure de son système, en installer un nouveau, procéder aux essais opérationnels et aux rectifications, puis peaufiner le rendement. Bien qu’elle ait payé elle-même les nouveaux serveurs et unités de stockage, le PPATN l’a aidée à absorber les frais de main-d’œuvre associés à leur installation ainsi que la formation des employés qui devaient en maîtriser le fonctionnement.

Selon M. Yeung, son rôle consistait à offrir une vue holistique du projet et à comprendre comment celui-ci aiderait l’entreprise, puis à chapeauter le tout et à dispenser des connaissances techniques à valeur ajoutée.

« J’ai contribué à guider le projet de diverses manières, confie-t-il. Je me suis assuré qu’il s’alignait avec les objectifs d’affaires, de revenus et de marketing de l’entreprise en formulant des suggestions chaque fois qu’il me semblait y avoir une meilleure manière ou une façon différente de faire les choses. »

Voici ce que l’adoption des technologies numériques financée par le PPATN a apporté à Scribendi :

  • réduction du temps de chargement de la page d’accueil de son site Web dans le monde de quatre secondes en moyenne – une amélioration de 30  %;
  • hausse du chiffre d’affaires de 20 % en 2012, comparativement à 2011;
  • création d’un poste à temps plein en TI au siège social et de quatre autres postes à temps plein dans d’autres fonctions;
  • temps de disponibilité moyen de plus de 99,95 % en août 2012.

L’avenir est rempli de promesses sur le plan international. À l’automne 2011, Scribendi a participé à une mission commerciale en Corée et en Chine pour voir ses exportations vers ce dernier pays augmenter significativement grâce à l’aide du consulat canadien à Shanghai.

« Avec la mise à niveau du système, nous avons inauguré un portail chinois. Nous recourrons à nos capacités supérieures de calcul pour soutenir l’expansion des ventes dans la région », a déclaré M. Johnson.

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :