Un logiciel spécialisé aide une imprimerie à accroitre ses ventes et sa productivité

Imprimerie Maxime Inc.

Le 16 août 2013— Montréal (Québec)

Photo de 3 employés à la porte de l'édifice de l'Imprimerie Maxime

Un nouveau logiciel pour le secteur de l’imprimerie a accru considérablement la productivité d’Imprimerie Maxime grâce à l’automatisation de plusieurs processus. De gauche à droite : André Paiement, président; Martin Boucher, gestionnaire de la production et actionnaire, et Alexandre Boucher, représentant commercial et actionnaire.

Nous avons tous entendu l’expression « Il existe une application pour ça », souvent à la blague. Dans le cas d’Imprimerie Maxime inc., il existait véritablement une application pour ce qu’elle désirait faire et ainsi stimuler la productivité de façon phénoménale.

Imprimerie Maxime est une petite imprimerie commerciale située à Montréal. Fondée en 1987, l’entreprise jouit d’une bonne réputation et d’une clientèle fidèle, mais avait du mal à prospérer. La principale difficulté résidait dans le fait que plusieurs tâches étaient faites manuellement : les estimations, le cout de revient par commande, les procédés de production et la comptabilité.

« J’effectuais moi-même toutes les estimations manuellement », déclare le président de l’entreprise, M. André Paiement. « Chaque nouvelle proposition exigeait des heures de travail pour estimer le temps, les couts et le prix demandé au client. »

Dans ces conditions, il était difficile de hiérarchiser les projets selon leur rentabilité, de prendre des décisions éclairées sur les couts ou d’accepter autant de propositions que M. Paiement l’aurait souhaité. Sans un lien automatisé entre les propositions et la production, il était aussi impossible pour le personnel d’être absolument certain de livrer un travail à temps et difficile de prévoir le flux de production. « Le personnel travaillait beaucoup d’heures supplémentaires pour respecter les délais », affirme M. Paiement.

Utiliser la bonne technologie

Il devait exister une meilleure façon de fonctionner — et M. Paiement l’a trouvée. Il a appris que d’autres joueurs du secteur utilisaient le logiciel créé par Tactic TGI. Située à Saint-Georges au Québec, Tactic développe des logiciels de gestion conçus spécialement pour les secteurs de l’imprimerie et des arts graphiques et permet d’automatiser toutes les tâches, à partir de l’estimation jusqu’à l’établissement du cout de revient par commande, en passant par les processus de production et la comptabilité. Le problème? Implanter le logiciel occasionnerait des dépenses considérables pour une entreprise de la taille d’Imprimerie Maxime, qui n’employait que onze personnes en 2012.

Nullement découragé, M. Paiement a communiqué avec le Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) pour savoir si son entreprise était admissible au soutien du Programme pilote d’adoption des technologies (PPATN). On a dirigé M. Paiement vers le conseiller en technologie industrielle (CTI) de la région de Montréal, M. Thuy Nguyen.

« J’ai étudié le logiciel Tactic pour m’assurer qu’il comblait adéquatement les besoins de l’entreprise et vérifié si elle pouvait se permettre de le mettre en œuvre », explique M. Nguyen. À partir de juillet 2012 et pendant six mois, le projet PPATN a aidé l’entreprise à implanter le logiciel et à donner la formation nécessaire à ses employés. Tactic a automatisé bon nombre des processus de l’entreprise, notamment le suivi de projet, l’estimation, le calcul du cout de revient par commande, la facturation, la gestion de l’inventaire et la gestion des dossiers clients et fournisseurs.

La société a rapidement vu les résultats de l’implantation du logiciel. Grâce au projet PPATN, Imprimerie Maxime a accompli les progrès suivants :

  • Accroissement des ventes de 32,5 pour cent de mai à novembre 2012 par rapport à la même période l’année précédente;
  • Stabilisation de sa marge brute, qui devrait s’accroitre de 10 pour cent en 2013;
  • Réalisation de gains de productivité de 20 pour cent;
  • Embauche de trois nouveaux employés – deux autres sont prévues en 2013;
  • Traitement de 500 propositions par mois, soit une augmentation de 400 pour cent.

Se concentrer sur le développement des affaires

Maintenant que plusieurs de ses tâches sont automatisées, M. Paiement peut se consacrer au développement des affaires – et il n’a pas perdu de temps pour s’y mettre. En 2013, il a engagé un consultant pour réaliser une analyse du développement stratégique afin d’aider l’entreprise à attirer de nouveaux clients. Grâce à l’amélioration substantielle de la productivité que procure le logiciel, l’entreprise prévoit doubler ses ventes sans investissements majeurs.

« Ce qui m’a le plus étonné, c’est la rapidité avec laquelle le projet a généré des résultats remarquables. »—Thuy Nguyen, conseiller en technologie industrielle, CNRC PARI.

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :