Des camions à ordures moins énergivores

L'innovation au service du transport des ordures

Le 13 octobre 2011— Montréal (Québec)

Développment Effenco Inc.

Difficile de trouver un véhicule qui roule si peu tout en étant aussi énergivore qu’un camion à ordures. En fait, le tiers du carburant qu’il consomme sert surtout à faire fonctionner le bras mécanique et à compacter les déchets dans la benne. Pourrait-on concevoir un système qui récupèrerait une partie de l’énergie consacrée au freinage pour la rediriger vers le fonctionnement des systèmes auxiliaires du camion?

C’est l’idée qu’ont eue en 2007 David Arsenault, Dany Fouquet et Benoit Lacroix, trois jeunes ingénieurs diplômés de l’École de technologie supérieure à Montréal, et Simon Poulin, un jeune entrepreneur. Leur objectif : créer un système simple et efficace, compatible avec les camions servant à la collecte des ordures en Amérique du Nord, qui pourrait réduire la consommation de carburant de 20 % grâce à la récupération de l’énergie de freinage. Ils fondent alors Effenco (pour Efficacité Énergétique Compagnie) et font appel au Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC) pour les aider à atteindre leur but.

De gauche à droite, les fondateurs Simon Poulin, Benoit Lacroix et David Arsenault, l’investisseur Bryan Wallis et Félix Ménard, membre du personnel d’Effenco.

De gauche à droite, les fondateurs Simon Poulin, Benoit Lacroix et David Arsenault, l’investisseur Bryan Wallis et Félix Ménard, membre du personnel d’Effenco.

Un concept séduisant et réalisable

« Le concept alliait économie et développement durable et tenait bien la route, explique René Fugère, conseiller en technologie industrielle (CTI) du PARI-CNRC. Nous avons décidé d’aider les promoteurs du concept, techniquement très forts, à mettre au point un premier système hybride hydraulique à pression contrôlée. Outre une aide financière, nous avons mis à leur disposition des ressources spécialisées, notamment en veille technologique et en stratégie de commercialisation, afin de les épauler efficacement dans la phase de prédémarrage. »

L’équipe d’évaluateurs du PARI-CNRC, formée des CTI René Fugère, Raymond Guay et Denis Lacroix, a aussi permis aux jeunes entrepreneurs de se comparer et de valider leur vision auprès des entreprises du même secteur.

Le PARI-CNRC a soutenu financièrement Effenco pour la réalisation d’un premier projet visant à tester la faisabilité du concept. Cela a permis de franchir une étape décisive. « Les essais réels nous ont indiqué où et comment modifier le concept pour le rendre plus performant et plus convaincant pour l’industrie, explique Simon Poulin, vice-président, Développement des affaires. L’appui du PARI-CNRC nous a aussi permis d’accroitre notre crédibilité auprès d’autres partenaires, tel que Développement économique Canada (DEC). »

À partir des premiers résultats obtenus, Effenco va de l’avant afin d’améliorer la boite d’entrainement du système, notamment en réduisant sa taille et son poids. L’entreprise développe ainsi la deuxième génération du système de récupération d’énergie du freinage d’Effenco, baptisé HeadMC, qui est maintenant en service, entre autres, à Drummondville, à Sherbrooke, à Victoriaville et à Halifax. Les essais indiquent des résultats conformes aux attentes autant en termes d’économie de carburant, d’usure de freins et de réduction de gaz à effet de serre (GES).

Des conseils techniques et en marketing

« L’équipe du PARI-CNRC nous a permis d’enrichir notre réflexion sur le plan technique et d’élaborer une solide stratégie de commercialisation, commente David Arsenault, président d’Effenco. En innovation, la quantité de renseignements à divulguer et la manière d’aborder les clients potentiels étaient des aspects que nous connaissions moins bien et les conseillers du PARI-CNRC nous ont beaucoup aidés en ce sens. Nous ciblons maintenant une clientèle très précise, ce qui facilite grandement nos décisions d’affaires. »

Grâce aux conseils des CTI et le soutien financier du PARI-CNRC, Effenco :

  • a embauché cinq employés, portant ainsi ses effectifs à treize personnes, dont huit sont des professionnels scientifiques.
  • a reçu le soutien financier d’autres sources, dont DEC, le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec et l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec.

Effenco, désormais en phase intensive de précommercialisation, prévoit tripler son chiffre d’affaires d’ici 2012 et espère acquérir de 15 à 25 % du marché des camions à déchets lourds hybrides. Son objectif est de vendre une centaine de systèmes HeadMC en 2012.

« Nous continuons de suivre l’entreprise, ajoute René Fugère. Si elle a besoin de notre aide pour développer de nouvelles générations du système HeadMC, nous étudierons ses projets avec intérêt. »

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :