De la machinerie automobile plus légère et plus silencieuse permet aux clients d'économiser de l'argent

Des idées novatrices pour l'industrie automobile

Le 08 juillet 2010— Cambridge (Ontario)

Upland Technologies Inc.

Le repoussoir, de Upland Technologies, qui installe et verrouille le pare-étincelle à l’extrémité d’un silencieux d’automobile.

L'économie d'argent est un avantage évident pour n'importe quelle industrie, mais de nos jours, elle l'est particulièrement dans l'industrie des pièces automobiles. C'est pour cette raison que Mohamed Gharib a lancé à point nommé sa nouvelle machinerie et ses nouveaux procédés pour les pare-étincelles de silencieux d'automobile.

M. Gharib, président de Upland Technologies Inc., et son équipe d'ingénieurs ont élaboré un nouveau procédé et du nouveau matériel pour le repoussoir qui installe et verrouille le pare-étincelle à l'extrémité d'un silencieux d'automobile.

Gros plan d’un repoussoir d’Upland Technologies.

« L'outillage pour le repoussoir du pare-étincelle ne pèse qu'un tiers du poids de l'outillage que les fournisseurs de pièces automobiles utilisaient précédemment », de déclarer M. Gharib. Par conséquent, un exploitant peut désormais changer l'outillage sans devoir utiliser un charriot élévateur à fourches ou un pont roulant. Le nouveau matériel permet non seulement d'économiser du temps, mais également de l'énergie, parce qu'il a un meilleur rendement énergétique que ses prédécesseurs. Comme les repoussoirs de pare-étincelle tournent à vide pendant de longues périodes, cette économie d'énergie est importante, tout comme l'avantage supplémentaire que présente la machine d'Upland d'être plus silencieuse et de moins vibrer que les versions plus anciennes.

« Tous ces changements débouchent sur des économies de cout, de signaler M. Gharib. C'est la principale raison de cette invention », déclare-t-il.

M. Gharib, un ingénieur en mécanique, a travaillé pour une grande entreprise de machines et d'outils à Brantford, en Ontario, jusqu'à ce qu'il lance sa propre entreprise en 2000. En parlant avec ses clients, qui sont tous des fournisseurs de pièces automobiles, il a appris que le changement d'outil était un grave problème pour eux.

« Nous avons donc examiné des idées différentes quant à la façon de rendre ces outils plus petits et plus légers », explique‑t‑il. Avec l'aide du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC), Upland a effectué des études de faisabilité pour mettre à l'essai son concept fondamental pour un repoussoir de pare-étincelle avec de l'outillage plus petit et plus léger. Mais ensuite, M. Gharib a pris son temps, attendant le bon moment pour lancer son produit. « Enfin, le débouché commercial s'est présenté, et je l'ai saisi », d'expliquer M. Gharib.

En avril 2008, la petite entreprise dont le siège se trouve à Cambridge, en Ontario, a commencé à assembler les repoussoirs de pare-étincelle, après avoir de nouveau reçu une contribution du PARI-CNRC pour l'aider à élaborer le produit. Six mois après avoir lancé le projet, Upland avait décroché des contrats pour trois machines. Aujourd'hui, l'entreprise examine l'intérêt manifesté par des entreprises à l'extérieur de l'Amérique du Nord.

« Le financement du PARI-CNRC a été essentiel à sa réussite, mais les exigences que le programme imposait l'étaient tout autant », déclare‑t‑il.

« Les exigences en matière de reddition de comptes nous ont obligé à structurer le projet d'une façon qui fait appel à une méthode scientifique et qui ne se fait pas au hasard, explique‑t‑il. Cela a ajouté un élément de structure au projet qui a été la clé de son succès. »

En outre, M. Gharib, qui a également reçu un financement du PARI-CNRC pour plusieurs autres projets, est impressionné par la façon dont les conseillers techniques du PARI-CNRC avec lesquels il travaille exigent une compétence technique croissante, mettant constamment au défi l'entreprise.

« On place la barre plus haut chaque fois », déclare‑t‑il.

Pour M. Gharib, se lancer en affaires comme entrepreneur a également constitué un défi, mais il l'a apprécié, en partie parce que cela lui permet de s'adonner à sa passion pour l'ingénierie. Cela déteint sur son personnel, qui est composé de sept ingénieurs, soit environ la moitié de la main-d'œuvre.

« Ce que j'aime dans le travail autonome, c'est que j'exerce le plein contrôle, et nous livrons aux clients ce que nous avons promis, affirme‑t‑il. Nous sommes axés sur l'ingénierie et le développement, et nous pouvons réagir rapidement à l'évolution des marchés et aux besoins des clients. »

C'est bon pour Upland, et c'est bon pour l'industrie du formage des tubes et des métaux.

 

 

 

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :