Le véhicule polyvalent du génie

Le 28 mai 2010— St. Thomas (Ontario)

Pour se tirer d'une situation dangereuse, les convois militaires doivent pouvoir se déplacer rapidement. Or, le matériel d'excavation dont les Forces armées canadiennes ont besoin pour faire leur travail en Afghanistan et dans d'autres zones de combat n'a pas été construit pour être rapide.

Jusqu'à présent.

Grâce à Fred Smith, Vern Eck et à l'équipe d'ARVA Industries Inc., l'armée canadienne dispose désormais d'un tracteur qui est à la fois une pelle rétrocaveuse et une chargeuse frontale, mais qui se déplace par ses propres moyens à des vitesses de convoi de 110 kilomètres à l'heure.

Appelée véhicule polyvalent du génie (VPG), l'excavatrice est dotée d'un moteur de conception spéciale, dont le système de radiateur lui permet de fonctionner à des températures allant de ‑40 °F à 120 °F. La cabine blindée de sécurité est fabriquée de façon à résister à la déflagration de bombes placées le long des routes. Le VPG a été créé pour prendre des virages sans s'incliner ou tressauter et peut être conduit par une seule personne. En plus de tous ces avantages, le VPG peut également être chargé dans un avion C‑130 Hercules, l'appareil de transport utilitaire des Forces armées canadiennes.

Le véhicule polyvalent du génie

Désormais, les soldats canadiens n'ont plus besoin de mettre leur vie en danger lorsqu'ils chargent ou déchargent une pelle rétrocaveuse ou une chargeuse frontale d'une remorque pendant que leur convoi est sous le feu de l'ennemi.

« Il s'agit d'une remarquable réussite canadienne », déclare fièrement M. Smith.

M. Smith est le président et copropriétaire, avec son partenaire M. Eck, d'ARVA, une petite entreprise de 42 personnes sise à St. Thomas, en Ontario. L'entreprise a pris un risque important en 2002 en répondant à une demande de l'armée canadienne pour ce véhicule spécial – un risque que de nombreuses entreprises n'envisageraient pas de prendre.

Le contrat militaire demandait à l'entreprise de concevoir, de fabriquer et de mettre à l'essai ce nouvel engin dans un délai de six mois. Cette demande représentait un défi – quelqu'un pouvait‑il fabriquer le moteur diésel électronique présentant les attributs de chauffage et de refroidissement nécessaires pour un véhicule de chantier, selon les spécifications du ministère de la Défense nationale? En outre, compte tenu du délai, le VPG devrait être fabriqué au moyen de composantes conventionnelles disponibles dans le commerce, qui n'avaient jamais été conçues pour être assemblées.

Pour une petite entreprise qui consacrait la majorité de ses ressources à ce projet, le risque d'échec était élevé.

ARVA a déjà réalisé avec succès des projets bénéficiant du soutien du PARI-CNRC. Mais cette fois‑ci, « l'équipe du PARI-CNRC pouvait également se rendre compte qu'il s'agissait d'un projet vraiment risqué », de déclarer M. Smith.

Cependant, le conseiller technique d'ARVA du PARI-CNRC, Charlie Johnston, avait foi en l'entreprise. En outre, MM. Smith, Eck et Terry McQuillen, gestionnaire de projet, faisaient confiance à l'équipe d'ARVA. Grâce au financement du PARI-CNRC, ARVA s'est donc lancée dans l'aventure en 2004 et a construit le premier VPG, qu'elle a ensuite mis à l'essai pendant 500 heures, 24 heures sur 24, pour s'assurer qu'il fonctionnait selon les spécifications. Si le VPG était en panne pendant plus de quatre heures lors d'une même journée, l'entreprise devrait tout reprendre à zéro.

« Nous n'avons pas eu besoin de recommencer. Il fonctionnait comme une montre suisse », de déclarer M. Smith.

Le véhicule polyvalent du génie

Le PARI-CNRC a suggéré un outil très efficace, l’analyse par éléments finis (AEF). Elle permettrait à ARVA de raffiner ses concepts rudimentaires pour en arriver à un design fonctionnel. ARVA, n’ayant pas l’expertise à l’interne, a demandé conseil au PARI-CNRC. « Son personnel et son soutien sans pareil, en plus de son aide financière, nous ont permis de revoir l’envergure du projet AEF et d’étudier d’autres options », de déclarer M. Smith.

M. Smith ajoute : « Le défi consistait à en arriver à un prototype fonctionnel malgré les contraintes en matière de poids. L’AEF s’est avéré un outil de choix. Le VPG a passé les tests sans problèmes majeurs. Ce succès est dû en grande partie à l’application de l’AEF durant la phase de conception. »

ARVA est l'une des trois seules entreprises au monde qui fabrique des VPG, et c'est la seule au Canada. Elle s'est attiré les louanges du général Ray Henault, ancien chef d'état-major de la Défense, qui a déclaré : « Le VPG peut être déployé mondialement, est capable de fonctionner dans des conditions extrêmes et fournit à l'opérateur une protection perfectionnée contre les explosions de mines. Le véhicule améliorera grandement notre efficacité opérationnelle sur le terrain. »

ARVA, qui construit également des grues et des wagons de chemins de fer pouvant être transportés par avion, travaille à présent à la prochaine innovation du VPG – un système de téléguidage qui permettrait au VPG de rouler en tête d'un convoi et d'absorber le gros de l'explosion de bombes placées le long des routes, en étant contrôlé depuis le véhicule qui le suit.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :