Bouillon de culture: les plantes high-tech du Québec

Medicago Inc.

Le 05 juin 2009— Montréal (Québec)

La serre de Medicago

Imaginez une serre de la taille d'un demi-terrain de football. C'est d'autant plus étonnant lorsqu'on apprend qu'elle est située au cœur du Parc technologique du Québec métropolitain. La serre de dernière technologie met en vedette des milliers de plants de tabac convertis en usines vivantes produisant des vaccins contre la pandémie de grippe H5N1.

Lorsqu'il travaillait à Agriculture Canada, Louis Vézina, agronome spécialisé en biochimie végétale et en biologie moléculaire, s'intéressait aux bioprocédés qu'il jugeait porteurs d'avenir. Tant et si bien qu'en 1997, il s'associe à François Arcand et fonde Medicago afin de développer une technologie basée sur les plantes.

Pourquoi les plantes? Il y a des milliers de protéines produites pour des applications commerciales - à partir d'enzymes pour des procédés industriels aux anticorps thérapeutiques qui génèrent des milliards de dollars de recettes. Traditionnellement, les protéines étaient produites en utilisant des systèmes de production complexes tels que la culture de cellules, de levures, de bactéries ou d'œufs. Toutefois, la production de protéines dans les plantes présente plusieurs avantages importants. En effet, les plantes sont les seules capables de produire en grande quantité des protéines à faibles coûts.

Pour contrer efficacement les maladies émergentes, la capacité à produire rapidement des vaccins ou des anticorps thérapeutiques dans le contexte d'une pandémie est critique. Medicago a conçu la technologie Proficia™, une solution de rechange aux systèmes traditionnels de production à base d'œufs et de cellules. Utilisant les plantes vivantes comme hôtes, la technologie Proficia™ est rapide, flexible, a un rendement élevé et un bon système de production de vaccins et d'anticorps.

La production rapide de vaccins et d'anticorps est un avantage majeur de cette technologie. Proficia™ permet de produire un vaccin prêt à être testé dans un délai de trois à quatre semaines après l'identification d'une souche virale, qu'elle soit saisonnière ou pandémique.

Au terme d'une ronde de financement qui permet de recueillir 24 millions de dollars, Medicago construit sa serre de classe mondiale : 1 400 mètres carrés comportant des équipements de traitement de la biomasse et de purification. Cette usine-pilote répond aux normes les plus sévères de l'industrie pharmaceutique américaine et européenne.

Dès la rédaction du plan d'affaires, le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC) s'intéresse au projet et y voit le potentiel de savoir scientifique et d'innovation. En effet, le recours au tabac génétiquement modifié afin de lui faire produire une protéine humaine pour ensuite l'extraire est audacieux et visionnaire.

Le PARI-CNRC a d'abord aidé la jeune entreprise à préparer son plan et l'a assistée dans la négociation de sa licence. En 2000, une première contribution financière est versée à Medicago afin d'évaluer la viabilité des technologies de transformation végétale suivie, en 2001, d'une seconde afin de développer ses outils technologiques.

De 2001 à 2004, le PARI-CNRC a épaulé Medicago dans toutes ses opérations de laboratoire et de développement interne par le biais de conseils et de maillages. Ainsi, plus qu'un simple lien financier, c'est une véritable relation qui s'est établie entre le conseiller en technologie industrielle (CTI) et l'entreprise. « Notre CTI avait une formation complète en agronomie et comprenait très bien les technologies de transformation végétale. C'est un gros atout de ces gens-là puisqu'on ne parle pas à des administrateurs de fonds, mais à des scientifiques qui comprennent les difficultés et le potentiel des technologies. »

En 2008, le PARI-CNRC a soutenu Medicago par une troisième contribution de 279 700 $ pour la création d'un programme de vaccination contre un virus de la grippe saisonnière reposant sur ses technologies exclusives de particules pseudo-virales.

Aujourd'hui, Medicago est une société publique bien établie qui, déjà, se positionne parmi les trois premières entreprises du domaine, et ce, à l'échelle mondiale. Si elle se consacre actuellement, en partenariat, à l'élaboration de vaccins de nouvelle génération destinés à lutter contre des maladies humaines, la vision d'avenir de l'entreprise prévoit la fabrication de ses propres produits à partir de molécules dont elle détient les droits. Une histoire à suivre.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :