Un établissement vinicole de Nouvelle-Écosse sèche les raisins pour avoir du succès

Le 05 février 2009— Wolfville (Nouvelle-Écosse)

L'Acadie Vineyards

La Nouvelle-Écosse est célèbre pour sa culture maritime : les historiques goélettes bluenose, des plages splendides, les marées records de la baie de Fundy. On peut à présent ajouter à la liste un excellent vin rouge. Grâce au soutien du Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC), le viticulteur Bruce Ewert a créé un vin rouge audacieux avec lequel les Néo-Écossais peuvent porter un toast à leur littoral.

L’Acadie Vineyards de M. Ewert est un vignoble de sept acres cultivé biologiquement dans la Gaspereau Valley, un vallon niché dans la vallée d’Annapolis de Nouvelle-Écosse, célèbre pour sa fruiticulture.

« Pour cultiver des raisins dans un climat froid, il faut de grandes masses d’eau qui ne gèlent pas l’hiver de façon à modérer les extrêmes de température de l’air. Or, dans cette région, c’est l’influence de l’océan Atlantique qui rend possible l’existence de vignobles », d’expliquer M. Ewert.

Le viticulteur Bruce Ewert lève un verre du premier vin mousseux de Nouvelle-Écosse fabriqué selon la méthode traditionnelle (que l'on appelle aussi champagne) dans la vinerie de L'Acadie Vineyards dans la vallée d'Annapolis.

L’Acadie, neuvième établissement vinicole de la province, fait partie d’une industrie qui a démarré à la fin des années 1970 et qui « prend rapidement de la bouteille ».

« L’industrie vinicole de la Nouvelle-Écosse suscite beaucoup d’optimisme, de déclarer M. Ewert. Or, à cette première étape, la recherche est cruciale pour notre croissance. »

Ce viticulteur âgé de 44 ans a le nez fin lorsqu’il s’agit de flairer les avantages que comporte la R-D du vin. Fort de plus de deux décennies d’expérience comme viticulteur, à des endroits allant de la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique au sud de l’Ontario, en passant par la Californie et l’Australie, M. Ewert éprouve un profond intérêt technique pour la fabrication du vin. Pendant qu’il travaillait comme viticulteur pour Hawthorne Mountain Vineyards, il a collaboré à plusieurs projets bénéficiant du soutien du PARI-CNRC en tant que membre du comité de la R-D du BC Wine Institute.

En 2004, lorsque lui-même et Pauline Scott, sa femme et copropriétaire du vignoble, ont vendu leur maison en Colombie-Britannique, ils ont fait monter les enfants dans la voiture familiale et ont mis le cap à l’est vers la Nouvelle-Écosse, animés par la vision de fabriquer un vin de grand cru grâce aux variétés de raisin uniques de la région.

En alliant l’amour de la science et l’art de la vinification, M. Ewert parvient à ses fins.

Il explique que les sols postglaciaires de la région donnent aux raisins qui y poussent un terroir, c’est-à-dire le goût que leur donne le sol, caractéristique. Le viticulteur en tire parti pour produire le premier vin mousseux de Nouvelle-Écosse fabriqué grâce à la méthode traditionnelle (le terme générique pour « méthode champenoise »). Par ailleurs, il améliore le bouquet local des raisins rouges du vignoble grâce à une technique de vinification utilisée sur le vieux continent, le séchage des raisins.

« En Europe, particulièrement en Italie, le séchage des raisins est une vieille tradition en vinification, dont l’objet est d’améliorer le bouquet du vin, mais il s’agit de la première fois qu’on le fait avec des raisins de Nouvelle-Écosse », d’expliquer M. Ewert.

Grâce au soutien du PARI-CNRC, et en collaboration avec les chercheurs scientifiques d’Agriculture et Agroalimentaire Canada en poste à Kentville (Nouvelle-Écosse), MM. Robert Prange et John DeLong, et le ministère de l’Agriculture de la Nouvelle-Écosse, M. Ewert s’est engagé pleinement dans un rigoureux projet de recherche exclusif de trois ans pour trouver le meilleur moyen de sécher les raisins rouges Marechal Foch, Luci Kuhlmann et Leon Millot cultivés localement.

« Ce n’est pas une simple affaire de dessiccation, il y a des changements uniques du bouquet », de faire observer M. Ewert.

La recherche comporte le réglage et la variation de facteurs de séchage particuliers, notamment l’humidité et la vitesse de l’air à la surface des raisins. M. Ewert surveille ensuite les changements physiologiques qui en résultent dans les raisins, principalement les niveaux de sucre, à mesure qu’ils sèchent. Le programme de recherche a été conçu en consultation avec le conseiller en technologie industrielle Don MacAulay du PARI-CNRC de Kentville (Nouvelle-Écosse).

Après la deuxième année, la recherche a déjà produit des résultats qui justifient de déboucher des bouteilles. Aux All Canadian Wine Awards de 2008, le vin rouge inaugural de la vinerie produit à partir de raisins séchés, appelé Alchemy, a remporté la médaille d’or, et le Leon Millot Soleil, un vin rouge doux fabriqué à partir de raisins séchés, a remporté la médaille d’argent.

« Nous avons commencé avec un extraordinaire portefeuille de vins primés. C’est formidable pour notre image de marque, et cela signifie que nous pouvons continuer sur notre lancée pour développer notre entreprise. Nous n’aurions pu y arriver sans le soutien que le PARI-CNRC a apporté à notre recherche », de déclarer M. Ewert.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :