Décollage des foreuses

Le 27 février 2009— Triton (Terre-Neuve-et-Labrador)

Coastal Hydraulics Ltd.

Depuis qu'il a quitté l'école à l'âge de 16 ans pour aller travailler, Jerry Jones, maintenant âgé de 40 ans, a toujours appris rapidement. Selon lui, deux emplois en particulier, qu'il a occupés à plusieurs années d'écart, ont changé sa vie : construire une petite foreuse pour l'exploration minière et aider à livrer du matériel lourd par hélicoptère dans l'Arctique canadien.

Ces expériences ont inspiré la création de Duralite Diamond Drills, qui se spécialise dans la conception et la construction de foreuses légères pouvant être transportées par hélicoptère pour l'industrie de l'exploration minière. La compagnie Coastal Hydraulics Ltd. de Triton (Terre-Neuve) les vend maintenant partout au Canada et dans le monde entier grâce au soutien du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC).

Source de l'image : Greenland Mining Services.

Source de l'image : Greenland Mining Services.

« Mon expérience avec les hélicoptères m'a permis de connaître les difficultés que représente le transport de matériel lourd dans le domaine de l'exploration minière dans les régions éloignées », dit M. Jones, président de la compagnie Coastal Hydraulics. « Le forage coûte moins cher que le transport des foreuses par hélicoptère. »

En 2005, M. Jones reçoit un appel téléphonique décisif. Une petite entreprise de forage du Labrador, pour laquelle il avait construit une foreuse, voulait un nouvel appareil fait d'aluminium qui pèserait le tiers d'une foreuse en acier conventionnelle.

« De prime abord, je n'étais pas intéressé », se rappelle M. Jones, qui, à l'époque, conduisait un camion dans les sables bitumineux d'Alberta. « Mais je savais que je pouvais le faire. »

Il a donc acheté à crédit le matériel nécessaire pour construire un atelier de 20 pieds sur 30 pieds derrière sa demeure et il s'est mis au travail. Trente-six jours plus tard, il avait construit la foreuse. Trois jours après l'installation de celle-ci, il a reçu un autre appel téléphonique : le client en voulait deux autres. C'est ainsi qu'a été fondée Duralite Diamond Drills.

« Nous avions vraiment tenté le coup », affirme M. Jones, en parlant de son entreprise qui est passée de 3 à 25 employés en trois ans. Ils travaillent maintenant dans deux grands édifices qui logeaient autrefois le chantier naval de Triton.

Le plus remarquable, c'est que la croissance spectaculaire de l'entreprise est presque exclusivement le résultat du bouche-à-oreille dans le secteur mondial de l'exploration minière. M. Jones dit que l'énorme popularité de sa foreuse tient autant à sa simplicité qu'au fait qu'elle est constituée à 90 pour cent d'aluminium.

« Nos clients ne veulent pas seulement une foreuse la plus légère possible. Ils la veulent fiable et simple à utiliser et à déplacer. La clé de sa réussite réside donc dans sa construction. Nos foreuses sont uniques, car elles peuvent être démontées rapidement et efficacement, puis transportées en toute sécurité par des hélicoptères de différents modèles. Ces foreuses sont faciles à transporter par hélicoptère », dit M. Jones.

Selon M. Jones, le soutien fourni par le PARI-CNRC a permis à l'entreprise de commencer rapidement la recherche-développement nécessaire pour créer leurs produits novateurs brevetés.

« L'aide financière et les conseils techniques du PARI-CNRC nous ont donné la confiance nécessaire pour essayer différents designs de foreuses qui n'auraient peut-être pas fonctionné. Mais nous avons connu du succès dès le départ », affirme M. Jones.

L'entreprise privée a construit huit foreuses en 2006, puis 22 en 2007, récoltant des revenus de plus de 6 millions de dollars. Elle a presque triplé sa production en 2008, grâce à des commandes de Major Drilling, une entreprise du Nouveau-Brunswick cotée à la bourse de Toronto, ainsi que de clients en Australie et au Danemark.

« Les revenus ont toujours été réinvestis dans l'entreprise, et l'amélioration de sa productivité est impressionnante », déclare M. Carl King, un conseiller en technologie industrielle du PARI-CNRC, qui travaille en étroite collaboration avec elle depuis 2006.

Presque 200 000 $ ont été dépensés pour la formation des employés et beaucoup d'investissements ont été effectués pour améliorer le matériel ou en acheter du nouveau, ce qui, selon M. Jones, a permis d'augmenter considérablement la qualité des foreuses.

« Ces trois dernières années sont passées à la vitesse de l'éclair », dit M. Jones, qui apprend continuellement en travaillant, « mais on ne peut se reposer sur ses lauriers. Cette industrie évolue rapidement, et nous devons sans cesse nous améliorer. »

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :